Vous êtes ici : Les verbes » Infinitif, participe et gérondif » Le participe et le gérondif
480. Les formes du participe : le participe présent

1. Généralités

Le participe est, fondamentalement, une forme adjectivale du verbe, qui est toujours rattachée d’une ma­niè­re ou d’une autre à un groupe nominal. Certaines formes de participe s’accordent en genre et en nom­bre avec le nom.

Le participe est traditionnellement considéré en français comme un mode de conjugaison du verbe (com­me l’in­di­ca­tif, l’in­fi­ni­tif, etc.). Bien que, par rapport aux autres temps ou modes, le nombre de formes soit limité, le participe est effectivement une forme conjuguée, qui peut prendre des marques de temps, de gen­re, de nombre et de personne, et se mettre à la forme négative ou passive (exem­ple : ne m’étant pas aperçue de mon erreur, ou n’ayant pas été suffisamment étudiées).

Le participe passé est uti­li­sé dans la formation des temps composés, et il est donc d’usage très courant. Le par­ti­cipe présent, en revanche, est uti­li­sé de préférence à l’écrit. Même si, pour cette raison, il est moins fréquent que le participe passé, il est d’usage tout à fait courant dans la langue écrite et s’emploie avec une très grande souplesse.

2. Le participe présent

Le participe présent se forme sur le radical de la 1e personne du pluriel de l’in­di­ca­tif présent (p. 365 §4) :

marchons → marchant, rougissons → rougissant, rompons → rompant
mentons → mentant, paraissons → paraissant, craignons → craignant
traduisons → traduisant etc.

Les exceptions sont rares, il n’y en a que trois :

être → étant, avoir → ayant, savoir → sachant

Le participe présent n’a qu’une seule forme, il est invariable et ne porte pas de marque de personne. Il peut cependant exprimer la personne, le genre et/ou le nombre dans les cas suivants :

3. Verbes avec pronom réfléchi

Le pronom réfléchi s’accorde avec la personne. Dans les dictionnaires, lexiques, etc., le verbe à pronom réfléchi est indiqué à l’in­fi­ni­tif, à la troisième per­son­ne (avec se). Cependant, au participe (comme du reste à l’in­fi­ni­tif), il ne faut pas oublier de « conjuguer » le pronom, mê­me si le participe proprement dit res­te invariable :

[se demander] nous étant longtemps demandé pourquoi ihmeteltyämme pitkään, miksi
[se rendre compte] me rendant compte que je m’étais trompé huomatessani erehtyneeni
[se lever] nous levant soudain noustessamme
[se disputer] Se disputant sans cesse, ces deux enfants étaient insupportables.

4. Verbes au passif

Le passif est toujours un temps composé (formé avec un participe passé). Le participe présent au passif est donc lui aussi un temps composé, et le participe passé s’accorde avec le sujet logique du verbe :

(comprendre) Étant souvent mal comprise, cette règle provoque de nombreuses erreurs. Koska tämä sääntö ymmärretään usein väärin, se aiheuttaa lukuisia virheitä.
(déranger) Étant dérangés par le bruit, ils avaient du mal à s’endormir.

Remarque : au passif, le participe présent compte toujours deux éléments :

éviter → étant évité, imiter → étant imité, apprendre → étant appris