Vous êtes ici : Les verbes » Infinitif, participe et gérondif » L’accord du participe passé
491. L’accord du sujet avec des expressions de quantité

1. Accord variable

Les expressions de quantité contenant un élément singulier mais renvoyant à un référent pluriel posent le problème de l’accord. Faut-il accorder selon la grammaire (sujet GN singulier → verbe au singulier) ou selon le sens (référent pluriel → verbe au pluriel) ? Comme en finnois dans des cas similaires, l’usage n’est pas com­plètement fixé à ce sujet, et les deux manières d’accorder sont souvent possibles, mê­me s’il existe cer­taines tendances à préférer tel ou tel accord.

2. Déterminant de quantité + nom pluriel

Le verbe se met au pluriel :

Beaucoup d’élèves ont choisi le français.
Peu de gens font du russe.
Combien de personnes ont choisi l’italien ?
Environ 30 % des élèves de lycée étudient deux ou trois langues étrangères.
Un tiers des élèves sont absents pour cause de maladie.

Bien que formellement un tiers de soit un singulier, le sens est nettement pluriel, car il s’agit d’une sorte de déterminant numéral.

3. Déterminant de quantité (nom) singulier + de + nom pluriel

Le verbe peut s’accorder avec l’un ou l’autre nom. Dans la langue courante, on préfère de façon générale accorder au pluriel, surtout si dans la phrase il y a par exem­ple un pronom de sens nettement pluriel :

La majorité des gens pense / pensent que les impôts sont nécessaires.
Un très grand nombre de gens est venu / sont venus assister au feu d’artifice.
La moitié des élèves a décidé / ont décidé de faire du français l’an prochain.
La majorité des Français seraient incapables de situer Helsinki sur la carte de l’Europe.
La grande majorité des Français prennent leurs vacances au mois d’aout. [*ses vacances serait agrammatical]

Quand le nom suivant de est au singulier, le verbe s’accorde évidemment au singulier :

La moitié de la garnison a la grippe. Puolet varuskunnasta sairastaa flunssaa.

4. La plupart de

Dans le déterminant la plupart de, le nom plupart a perdu sa valeur de nom. Le groupe s’est gram­ma­ti­ca­lisé et, s’il est suivi d’un pluriel, on fait toujours l’accord au pluriel. Si on veut rendre le finnois suurin osa + déterminant singulier, le mieux est d’uti­li­ser la plus grande partie de (p. 114). Comparer :

La plupart des élèves choisissent l’anglais.
La plupart des élèves de terminale passent le bac à la session de printemps.
La plus grande partie du personnel a été mise au chômage partiel.

Remarque : dans l’ensemble, excepté le cas de la plupart de, beaucoup de cas sont sujets à interprétation et posent des problèmes aux francophones eux-mê­mes. On peut donner comme conseil général que dans le doute, le mieux est d’uti­li­ser un pluriel.