Vous êtes ici : Les verbes » Infinitif, participe et gérondif » L’accord du participe passé
492. Auxiliaire avoir, règle générale

1. Généralités

Le participe passé uti­li­sé pour la formation des temps composés (temps du passé, passif) peut, selon les cas, s’accorder en genre et en nombre avec le sujet ou avec l’objet direct du verbe. En règle générale, quand l’auxiliaire est avoir, le participe ne s’accorde pas. Inversement, quand l’auxiliaire est être, en règle géné­rale il s’accorde. Les exceptions sont nombreuses et l’accord du participe passé demande à la fois une bonne com­pré­hen­sion des structures verbales et la connaissance de règles parfois arbitraires. Rares sont les francophones eux-mê­mes qui maitrisent parfaitement ces règles, et l’apprenant FLE ne doit pas s’éton­ner de constater de nombreuses « fautes d’accord » (voir exem­ple p. 498 §3).

2. Ordre des mots normal

Dans le cas d’un verbe transitif se conjuguant avec avoir et quand l’ordre des mots est normal (sujet – verbe – objet, l’objet suit le verbe), le participe passé est invariable :

Est-ce qu’ils ont beaucoup attendu ?
La neige a recouvert le pays d’un manteau blanc.
Il a chanté une chanson de Souchon.
Elles nous ont raconté leur voyage.
As-tu retrouvé tes lunettes ?

3. L’objet direct précède le verbe

Le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le com­plé­ment d’objet direct (COD) du verbe, si ce COD précède le verbe. La plupart du temps, cet objet avec lequel le participe passé s’accorde est le pronom personnel la ou les ou le pronom relatif que quand il renvoie à un féminin ou à un pluriel, mais le COD peut aussi précéder le verbe dans les interrogations.

– COD pronom personnel ; les pronoms personnels qui entrainent un accord peuvent être la, les, je/tu (référent féminin), nous/vous (référent féminin et/ou pluriel)

J’ai téléphoné à ma cousine et je l’ai invitée à diner chez nous.
Ces questions, on me les a souvent posées.
Ils ont fait leurs bagages dès que je les ai eu avertis. He pakkasivat heti, kun olin ilmoittanut heille.
Je t’ai vue hier avec ton frère.
Ils ne nous ont pas écoutés.

– COD pronom relatif que :

Je te rends les livres que tu m’as prêtés.
Je trouve hideuse la cravate qu’il a mise.
Il n’a pas aimé les questions qu’on lui a posées. [questions féminin pluriel]
Il n’a pas eu les réponses qu’il avait voulues. [réponses féminin pluriel]

– COD nom ou autre pronom dans les interrogations ou les exclamations :

Quelle décision as-tu prise ? [décision féminin]
Combien d’étudiants a-t-on acceptés cette année ? [étudiants pluriel]
Quelle surprise il a eue ! [surprise féminin]
Laquelle as-tu choisie ?

Important !

Cette règle concerne seulement les cas où le pronom personnel est le com­plé­ment d’objet direct du verbe. Si le com­plé­ment est un objet in­di­rect (lié au verbe par une pré­po­si­tion), le participe passé ne s’accorde pas. Comparer :

Il a donné des exem­ples amusants. COD → Les exem­ples amusants qu’il a donnés…
As-tu pensé à cette histoire ? COI → Cette histoire, j’y ai pensé.
Je t’ai parlé de cette règle. COI → C’est la règle dont je t’ai parlé.
Nous avons parlé de ses problèmes. COI → Nous en avons parlé.

4. COD en

Le participe passé ne s’accorde pas si le COD qui précède le verbe est le pronom en :

Nos hôtes nous ont apporté des chocolats et nous en avons tout de suite gouté.
Tu as lu des Astérix en français ? – Oui, j’en ai lu.
Est-ce qu’il y a de la crème dans la sauce ? – Oui, j’en ai mis un peu.
Des aurores boréales, on en a vu beaucoup cet hiver.

Quand le pronom en se substitue à un COI ou un CC, le participe passé ne s’accorde de toute façon jamais (l’accord ne concerne que le COD !). Mais ce qui est particulier, c’est que mê­me quand en est un COD, on ne fait pas l’accord. Pour certains grammairiens ou auteurs de grammaires, le participe passé devrait s’ac­corder quand le COD est en précédant le verbe : Des dif­fi­cul­tés, j’en ai eues beaucoup (Vai­keuk­sia oli pal­jon). Le plus simple est cependant de ne jamais faire l’accord avec en, qu’il soit COI ou COD.