Vous êtes ici : Les verbes » Infinitif, participe et gérondif » L’accord du participe passé
495. Verbes à pronom réfléchi

1. Verbes réfléchis et verbes réciproques

Si le verbe est de sens réfléchi ou réciproque, le participe passé s’accorde si le pronom réfléchi est le COD du verbe :

Ils se sont préparés.
Les oiseaux se sont posés sur la branche.
Elle s’est assise.
Nous nous sommes suivis. Seurasimme toisiamme.
Vous vous êtes lavés ?
Ces livres se sont bien vendus.

Le participe ne s’accorde pas, si le pronom réfléchi n’est pas le COD (autrement dit s’il est COI) :

Ils se sont nui. He aiheuttivat toisilleen vahinkoa. [nuire à]
Elles se sont souri. [sourire à]
Ils se sont préparé le repas. He valmistivat itselleen aterian [COD = le repas ; se = pour eux-mê­mes]
Les enfants se sont posé des questions. Lapset esittivät toisilleen kysymyksiä [COD = des questions ; se = à eux-mê­mes]
Elle s’est demandé pourquoi Georges a refusé. Hän ihmetteli, miksi Georges kieltäytyi [COD = pourquoi ; se = à elle-mê­me] (voir p. 498 §3)
Ils se sont téléphoné. He soittivat toisilleen [se = l’un à l’autre]
Vous ne vous êtes pas parlé ? Ettekö puhuneet toisillenne [se = l’un à l’autre]
Vous vous êtes lavé les mains ? Joko pesitte kätenne [vous = à vous-mê­mes]
Nous nous sommes accordé un peu de repos [nous = à nous]
Les évènements se sont succédé rapidement. Tapahtumat seurasivat toisiaan nopeasti [se = l’un à l’autre, succéder à]
Ils se sont déplu. He eivät pitäneet toisistaan. [se = l’un à l’autre]

2. Cas particulier

Cependant, si l’objet direct (qui n’est donc pas le pronom réfléchi se, puisque celui-ci est ici COI, mais par exem­ple la/les, que) précède le verbe, on fait l’accord comme dans le cas des verbes avec avoir, puisque, malgré l’auxiliaire être, la cons­truc­tion est identique à celle d’un verbe avec avoir :

Je lui ai fabriqué une étagère. → L’étagère que je lui ai fabriquée.
Je me suis fabriqué une étagère. → L’étagère que je me suis fabriquée.

Nous nous étions réservé une table. Olimme varanneet pöydän [itsellemme].
[Pas d’accord, car le verbe est transitif in­di­rect avec COI et l’objet (table) est après le verbe.]
La table que nous nous étions réservée a été prise.
[Il y a accord, car l’objet (que) précède le verbe.]

Ils se sont posé des questions.
Ces questions, je me les étais posées aussi.

Elles se sont écrit de longues lettres.
J’ai retrouvé dans un carton les lettres qu’elles se sont écrites.

Pour ce voyage, elle s’était imaginé des aventures extraordinaires et des découvertes passionnantes.
Les aventures et les découvertes qu’elle s’était imaginées se réalisèrent au-delà de toutes ses espérances.

3. Verbes essentiellement pronominaux

Si le verbe est essentiellement pronominal (n’existe qu’à la forme pronominale, p. 401 §1), le participe s’accorde tou­jours :

s’enfuir : Les voleurs se sont enfuis.
se souvenir : Nous nous en sommes souvenus.
s’envoler : Les oiseaux se sont envolés.
s’éprendre de qqn : Elle s’est éprise de Bruno.
s’évanouir : Les douleurs se sont évanouies.

Exceptions

Le participe des verbes se rire de (olla välittämättä), se plaire à (tehdä mielellään), se complaire à (nauttia te­ke­misestä) est invariable :

Ils se sont ri de nos menaces. He viis välittivät uhkailustamme.
Les critiques s’étaient plu à démolir le film. Kriitikot haukkuivat elokuvaa kilpaa.
Elles s’étaient complu dans leur erreur. He pitivät kiinni virheellisestä käsityksestään.

Ces verbes et ces cons­truc­tions sont littéraires (langue soutenue), et pour cette raison cette règle est en général peu connue des usagers de la langue.

4. Verbes pronominaux idiomatiques

Le participe passé d’un verbe pronominal idiomatique (qui existe aussi à la forme non pronominale, mais avec un autre sens, p. 401 §2) s’accorde :

se rendre : Les voleurs se sont rendus à la police.
se servir de : Depuis la hausse du prix de l’essence, elle ne s’est plus servie de sa voiture.
se mêler de : Vous vous êtes mêlés de ce qui ne vous regarde pas.
se douter de : Elles se sont doutées de l’issue du procès. He aavistivat, kuinka oikeudenkäynti päättyisi.

Ainsi, on dis­tin­gue servir à la forme réfléchie (servir à soi-mê­me) et se servir de, verbe pronominal idio­ma­ti­que (käyttää), par une dif­fé­ren­ce d’accord au féminin et au pluriel :

Il s’est servi du vin. Elle s’est servi du vin. Hän kaatoi itselleen viiniä.
Ils se sont servi du vin. Elles se sont servi du vin. He kaatoivat itselleen viiniä.

Il s’est servi du vin. Elle s’est servie du vin. Hän käytti viinin [ruoanlaittoon tms.].
Ils se sont servis du vin. Elles se sont servies du vin. He käyttivät viinin [ruoanlaittoon tms.].

5. Se rendre compte

Bien que le verbe se rendre compte de qch soit à proprement parler un emploi pronominal idiomatique de rendre compte (tehdä selonteko) dans lequel le sens originel est perdu et le pro­nom se n’est pas vraiment ana­ly­sa­ble, le participe passé ne s’accorde pas (le COD est comp­te) :

Ils se sont rapidement rendu compte de leur erreur. He huomasivat pian virheensä.
Elles s’étaient rendu compte à quel point il était difficile de trouver une information fiable. He huomasivat, kuinka vaikeaa on saada luotettavaa tietoa.

Cependant, on trouve beaucoup de cas où les uti­li­sateurs font l’accord. Un certain flottement règne à ce sujet. Le plus simple est de ne pas faire l’accord.