Vous êtes ici » La phrase » 14. L’énonciation et la phrase » A. Énonciation, phrase et ordre des mots
503. La phrase et ses sous-éléments

1. Rappel terminologique : la phrase et ses sous-éléments

Cette page présente un ensemble de termes utilisés dans les parties V et VI de cette grammaire et n'a pas vocation à présenter une analyse linguistique de la phrase. [1]

La phrase (finnois virke) peut être est divisée en sous-éléments, qu’on appelle des propositions (finnois lause). La phrase peut être composée d’une seule proposition, qu’on appelle alors pro­po­si­tion in­dé­pen­dante ; on peut juxtaposer ou relier deux ou plusieurs propositions in­dé­pen­dan­tes par des conjonctions de coordination. Il s’agit alors de propositions indépendantes coordonnées :

Indépendante : Le vent souffle presque continuellement depuis deux mois.
Indépendantes juxtaposées : Il neige à gros flocons, je n’irai pas faire du ski.
Indépendantes coordonnées : Cet été, on ira visiter les Lofoten et on descendra vers Lille, via la Suède.

La phrase peut éga­le­ment comporter une proposition à laquelle est rattachée une autre proposition qui en dépend grammaticalement. La proposition dépendante est appelée pro­po­si­tion sub­or­don­née (en bleu dans les exemples suivants). La proposition dont elle dépend est la proposition principale (en noir dans les exemples) :

Je pense que vous avez tort.
Si j’avais plus de temps, je rangerais enfin mon garage.
Après être rentrés, ils ont pris une douche et sont allés se coucher tout de suite.

2. Propositions conjonctives, in­fi­ni­tives et participiales

Les propositions sub­or­don­nées sont soit des propositions complétives (chapitre 19) introduites par que, qui sont par exem­ple le sujet ou l’objet d’un verbe, soit des propositions cir­cons­tan­cielles, qui remplacent un com­plé­ment cir­cons­tan­ciel (chapitre 20).

Quand la proposition sub­or­don­née est introduite par une conjonction de subordination (si, quand, que, comme etc.), il s’agit d’une proposition sub­or­don­née conjonctive. Il y a aussi des sub­or­don­nées non con­jonc­tives, comme les participiales ou les in­fi­ni­tives :

Proposition complétive conjonctive : Il pensait qu’il avait trouvé la solution.
Proposition complétive in­fi­ni­tive : Il pensait avoir trouvé la solution.
Proposition cir­cons­tan­cielle conjonctive : Quand ils furent arrivés, ils dressèrent leur tente.
Proposition cir­cons­tan­cielle in­fi­ni­tive : Après être arrivés, ils dressèrent leur tente.
Proposition cir­cons­tan­cielle participiale : Une fois arrivés au camping, ils dressèrent leur tente.