Vous êtes ici » La phrase » L’énonciation et la phraseLes procédés de focalisation
511. Thème, propos, thématisation et focalisation

1. Thème et propos

Dans un énoncé, en général on dit quelque chose à propos de quelque chose. L’énoncé contient norma­lement une partie qui est connue, et une partie nouvelle, qui constitue l’information. Souvent, le sujet de la phrase est la partie connue. Ce n’est pas un hasard si le mot sujet désigne à la fois l’actant (finnois sub­jekti) et le thème de l’énoncé (finnois aihe). Exem­ple :

Le voisin est en train de tondre le gazon.

L’élément Le voisin est posé comme sujet (dans l’énoncé, il représente la partie déjà connue), et ce qu’on en dit est qu’il est en train de tondre le gazon. On uti­li­se pour décrire ces éléments de l’énoncé les termes suivants :

Les termes uti­li­sés par les linguistiques pour décrire cette opposition sont variés et dépendent des écoles et des approches. En plus de thème/propos, on trouve les variantes thème/prédicat, thème/rhème, topi­que/ com­mentaire.

2. Thématisation et focalisation

En français comme en finnois, le thème est en général placé au début de la phrase, et le propos, l’in­for­ma­tion nouvelle, à la fin de la phrase. Les deux langues se ressemblent ainsi nettement sur ce point. L’ordre des mots du français pose ainsi moins de problèmes aux fin­no­pho­nes que celui de l’allemand, par exemple. [1] Dans l’exploitation des procédés de focalisation, il y a cependant sur cer­taines dif­fé­ren­ces non négligeables entre le français et le finnois, voir p. 515.

L’opposition entre thème et propos joue un rôle important dans la façon de présenter le message contenu dans l’énoncé, et donc un rôle important dans l’ordre des mots. En effet, le thème n’est pas toujours le sujet grammatical du verbe de la phrase. Ce peut être par exem­ple un com­plé­ment cir­cons­tan­ciel. Si on compare les deux phrases suivantes :

(a) Demain, je vais à la poste. Huomenna käyn postissa.
(b) Je vais à la poste demain. Käyn postissa huomenna.

dans la phrase (a) le thème est demain, le propos je vais à la poste ; la phrase répondrait à la question Que fais-tu demain ? Dans la phrase (b), le thème est je vais à la poste, le propos est demain ; la phrase ré­pon­drait à la question Quand est-ce que tu vas à la poste ? Le fait d’avoir placé le com­plé­ment cir­cons­tan­ciel en tête de phrase a transformé celui-ci en thème, on dit qu’il est thématisé, par un procédé qu’on appelle la thématisation. Inversement, le fait de placer l’adverbe demain à la fin de la phrase montre que l’in­for­ma­tion nouvelle est contenue dans cet adverbe, comme si on voulait attirer l’attention sur cet élé­ment de la phrase (à l’oral, le mot demain sera légèrement accentué). On dit ainsi que le focus se trouve sur de­main, cet adverbe est ainsi focalisé, par un procédé de focalisation (on uti­li­se aussi souvent le terme de mise en relief).

En français, les procédés de focalisation sont variés (voir pages suivantes). Tous les adverbes ou tous les com­plé­ments cir­cons­tan­ciels n’agissent cependant pas de la mê­me manière. Ainsi, un adverbe ou un com­plément cir­cons­tan­ciel qui ajoutent un commentaire à la phrase jouent le rôle du propos, quelle que soit sa place :

Heureusement, on avait emporté une petite pelle à neige.
On avait emporté une petite pelle à neige, heureusement.
Chose curieuse, le soleil brillait pendant l’averse de neige.
Le soleil brillait pendant l’averse de neige, chose curieuse.

La notion de focus concerne aussi des éléments autres que le GN ou l’adverbe, par exem­ple des pro­po­si­tions sub­or­don­nées cir­cons­tan­cielles (p. 701).