Vous êtes ici » La phrase » L’énonciation et la phraseLes procédés de focalisation
512. Ordre des mots, intonation, passif

1. L’ordre des mots

Le procédé de focalisation le plus simple est de varier l’ordre des mots. Un élément placé en tête de phrase est généralement thématisé. C’est le cas en finnois comme en français. Le focus est alors déplacé sur l’élément en fin de phrase. On peut ainsi facilement déplacer les com­plé­ments cir­cons­tan­ciels ou les adver­bes au début de la phrase (voir p. 210) pour mettre le focus sur l’élément en fin de phrase :

À Noël, nous irons en Laponie.
En Laponie, il y a beaucoup de moustiques en été.
Très lentement, il se leva et étendit sa jambe endolorie.

On peut thématiser le com­plé­ment d’objet in­di­rect en le plaçant en tête de phrase :

À ses amis, il avait offert un weekend à Florence.

S’il y a plusieurs com­plé­ments cir­cons­tan­ciels, ils peuvent constituer deux thèmes, dont le premier a une plus grande importance que le deuxième. Dans la phrase suivante, on parle de la Laponie, puis on réduit le thème à l’été et on dit ce qui se passe (propos) :

En Laponie, en été, il y a beaucoup de moustiques.

2. L’intonation

À l’oral, le procédé de focalisation le plus simple à mettre en œuvre est l’intonation. Dans la réalisation orale d’un énoncé, on peut appuyer librement sur pratiquement n’importe quel élément de la phrase et le mettre ainsi en relief. Dans une phrase avec un ordre des mots normal où n’est uti­li­sé aucun des procédés particuliers de mise en relief présentés sur cette page et page suivante, on obtient ainsi quasiment le mê­me effet de mise en relief (les éléments mis en relief et prononcés avec une intonation forte sont figurés en capitales) :

Demain, je vais à la poste. = Je vais à la POSTE demain.
Moi, je ne le lui ai pas caché. = JE ne le lui ai pas caché.
C’est elle qui m’a dit ça. = ELLE m’a dit ça.
C’est là qu’on s’est arrêtés. = On s’est arrêtés LÀ.

On peut ainsi mettre en relief mê­me le verbe, ce qui n’est pas réellement possible avec les autres procédés de focalisation habituels (voir p. 518 §2) :

Je te signale que j’ai LAVÉ le parquet. [sous entendu : « et pas simplement balayé »]

Malgré sa simplicité, l’intonation n’est cependant pas uti­li­sée systématiquement. En effet, à l’écrit, sauf si on uti­li­se des procédés visuels particuliers (comme les capitales dans les exem­ples ci-dessus), rien ne permet de savoir quel est l’élément mis en relief. L’intonation est donc un mode de focalisation relevant essen­tiel­le­ment de l’oral. Deuxièmement, on uti­li­se la mise en relief par l’intonation principalement quand on veut pré­ciser ou corriger un énoncé antérieur. Elle implique presque toujours que quelque chose a été dit antérieurement dans la situation de l’énonciation au sujet de quelque chose, et que cette chose est connue de l’allocutaire. Ainsi, si on dit ELLE m’a dit ça, en appuyant particulièrement sur ELLE, cela implique qu’on avait dit aupa­ra­vant que c’est quelqu’un d’autre qui avait dit ça (le mari, un ami, tu), et qu’on veut rectifier l’assertion.

Pour rendre avec des moyens autres qu’intonatifs l’idée de la phrase Je te signale que j’ai LAVÉ le parquet, on pourrait dire par exem­ple :

Je te signale que j’ai lavé le parquet, et pas simplement balayé. Ou :
Je te signale que j’ai non seulement balayé le parquet, mais que je l’ai aussi lavé.

3. Le passif

La dislocation est un procédé uti­li­sé essentiellement à l’oral. Dans la langue écrite, l’un des procédés équi­valents qui permet de déplacer le focus sur l’objet du verbe est la transformation passive. L’objet direct de­vient le sujet de la phrase (donc, par défaut, le thème), et le sujet devient l’agent (le propos) :

Mes parents ont racheté la maison. [Thème : parents, propos : le rachat de la maison]
La maison a été rachetée par mes parents. [Thème : le rachat de la maison, propos : les parents]

La transformation passive est cependant limitée par une contrainte importante : pour que l’objet puisse devenir le sujet du verbe, il faut que ce soit un objet direct (donc d’un verbe transitif direct). Cependant, d’autres procédés existent aussi, qui permettent aussi de « passiver » un complé­ment d’objet in­di­rect, autrement dit de varier la focalisation :

On a volé son sac à Lucas. [focus sur Lucas].
Lucas s’est fait voler son sac. [focalisation de sac]
Le service d’ordre a refusé l’entrée aux supporters. [focus sur les supporters]
Les supporters se sont vu refuser l’entrée par le service d’ordre. [focalisation de service d’ordre].

Au total, la transformation passive, avec ses variantes, permet d’obtenir des effets de sens très divers. Ces dif­fé­ren­tes cons­truc­tions sont étudiées p. 440 et suivantes

.