Vous êtes ici » La phrase » L’énonciation et la phrase » La ponctuation
524. La virgule : cons­truc­tions elliptiques et texte d’exem­ple

1. Constructions elliptiques

Quand il y a ellipse d’un verbe dans une proposition coordonnée, on marque cette ellipse avec une virgule pour éviter les mauvaises interprétations des groupes qui sont syntaxiquement distincts l’un de l’autre :

Le convoi, qui se dirigeait à travers le désert vers la frontière égyptienne, aurait été entièrement détruit et les équipages des véhicules, tués.

La virgule marque l’ellipse du verbe : et les équipages des véhicules auraient été tués. Sans la virgule, on lirait : les équipages des véhicules tués, et le mot tués se rapportait bizarrement à véhicules (”tapetut ajoneuvot”). Autres exem­ples :

On peut dire que la présence du subordonnant est la règle, son absence, l’exception.
Nos voisins rentreront de vacances la semaine prochaine, mais nous, pas avant le 15.
Aidez vos clients à atteindre leurs objectifs... et vous, les vôtres.

2. Texte d’exem­ple

On uti­li­se la virgule chaque fois qu’il faut isoler un élément de la phrase. Mais ce n’est pas toujours absolument nécessaire, et l’uti­li­sation de la virgule dépend aussi des gouts et des habitudes personnels. Cer­tains correcteurs (de maison d’éditions, de journaux, etc.) sont plus stricts que d’autres. Dans un texte offi­ciel, on met plus de virgules que dans un roman, mais c’est variable. Exem­ple de texte « lour­de­ment » ponc­tué :

La virgule a, en français, un rôle syntaxique évident, qui, dans la plupart des cas, est mê­me capital, mê­me si, bien souvent, il n’est pas absolument indispensable d’en mettre partout, quoique cela ne soit pas non plus, sauf pour certains, forcément négatif. Or, il faut bien le dire, les Finlandais, eux, sont souvent perplexes quand il s’agit d’uti­li­ser la virgule, l’oubliant en général, mê­me quand elle est nécessaire, et, inversement, en mettant une là où c’est interdit, ce qui, il faut le savoir, peut rendre une phrase inintelligible ou, du moins, obliger le lecteur à reprendre la phrase pour la comprendre. Mais, reconnaissons-le, bien des Français eux-mê­mes se montrent assez paresseux à cet égard.

On pourrait supprimer toutes les virgules isolant les com­plé­ments cir­cons­tan­ciels sans que le sens du texte change. Le mê­me texte allégé d’une partie de ses virgules :

La virgule a en français un rôle syntaxique évident, qui dans la plupart des cas est mê­me capital, mê­me si bien souvent il n’est pas absolument indispensable d’en mettre partout, quoique cela ne soit pas non plus, sauf pour certains, forcément négatif. Or, il faut bien le dire, les Finlandais, eux, sont souvent perplexes quand il s’agit d’uti­li­ser la virgule, l’oubliant en général, mê­me quand elle est nécessaire, et, inversement, en mettant une là où c’est interdit, ce qui, il faut le savoir, peut rendre une phrase inintelligible ou du moins obliger le lecteur à reprendre la phrase pour la comprendre. Mais, reconnaissons-le, bien des Français eux-mê­mes se montrent assez paresseux à cet égard.

Mais il reste plus de virgules que un texte en finnois équi­va­lent.