Vous êtes ici » La phrase » L’énonciation et la phrase » La ponctuation
525. Les points

1. Le point et le point-virgule

Le point s’uti­li­se comme en finnois et n’appelle pas de commentaires particuliers. Le point-virgule est plus fréquent en français qu’en finnois. Beaucoup de Finlandais le confondent d’ailleurs avec le deux-points. On l’uti­li­se en général pour distinguer deux éléments de phrase qui sont liés entre eux, mais qu’on veut sé­pa­rer au lieu de les coordonner. Souvent, certaines sub­or­don­nées en finnois sont plus facilement rendues en français par deux propositions indépendantes reliées par un point-virgule (pour traduire des mots com­me vaan ou joten) :

Koska komissio valvoo tätä asiaa, painostustoimenpiteet on tarkoituksenmukaisinta jättää komissiolle, joten neuvosto ei katso tarkoituksenmukaiseksi puuttua tähän asiaan.
Comme c’est la Commission qui est chargée du contrôle de cette question, le plus adéquat serait de laisser à la Commission le soin de prendre des mesures de pression ; le Conseil considère qu’il n’a pas à se mêler de cette question.
Tällä hetkellä maassa ei ole käynnissä etnisiä puhdistuksia vaan tilanne on siinä määrin pystytty rauhoittamaan, että nykyiset tapahtumat ovat yksittäisiä välikohtauksia.
Il n’y a pas à l’heure actuelle de purifications ethniques en cours dans ce pays ; au contraire, on est si bien parvenu à calmer la situation que les évènements actuels doivent être considérés comme des incidents isolés.

Le point-virgule s’uti­li­se aussi entre les éléments des énumérations, surtout (mais pas seulement) s’il faut séparer des propositions avec des verbes, notamment dans les textes juridiques ou administratifs. En fin­nois, dans ce cas-là, on uti­li­se normalement une virgule. Exem­ples :

Les verbes à modèle de conjugaison régulier en -re du 3e groupe sont les suivants :
– verbes en consonne + re ;
– verbes en -aitre ;
– verbes en -aindre ;
– verbes en -uire.

2. Le deux-points

On uti­li­se le deux-points dans les mê­mes cas qu’en finnois, mais nettement plus souvent. En français, c’est souvent un moyen très pratique de traduire par exem­ple nimittäin (au lieu d’employer en effet) ou vaan (au lieu d’employer au contraire, voir p. 571 §3) :

Jean n’est pas venu ; en effet, il a raté l’avion = Jean n’est pas venu : il a raté l’avion.
Jean ei tullut, hän myöhästyi nimittäin koneestaan.
Il n’est ni marié ni divorcé : il est veuf. Hän ei ole naimisissa eikä eronnut vaan leski.

3. Le point d’interrogation et le point d’exclamation

Ces deux signes s’uti­li­sent comme en finnois et n’appellent pas de commentaires particuliers. Dans cer­tains cas, en finnois une interrogative in­di­recte peut être séparée de la principale sous for­me de pro­position indépendante introduite par että. La construction équivalente en français est une interrogative direc­te avec point d’interrogation :

Hän mietti asiaa pitkään. Että voidaanko siihen ruveta.
Il réfléchit longtemps à la question. Pouvait-on se lancer là-dedans ?

4. Les espaces avant la ponctuation haute

La pratique typographique française exige que l’on mette une espace (dans le vocabulaire de l’imprimerie, le mot espace est féminin) avant la ponctuation « haute », autrement dit devant le deux-points, le point-virgule, les points d’interrogation et d’exclamation ( : ; ! ?) et avant et après le mot introduit par des gui­lle­mets : « Quoi ? ». Cette pratique est due à l’uti­li­sation abondante (et déjà ancienne) des italiques en fran­çais. Dans un texte en italique, les lettres avec une hampe (l, f, h, d, etc.) sont penchées et écrasent le signe de ponctuation. Ajouter une espace permet de mieux faire ressortir le signe. Comparer l’effet visuel sans espace et avec espace :

vient-il? grand: neuf;
vient-il ? grand : neuf ;

Le finnois n’uti­li­se les italiques que depuis assez récemment. Pour mettre des mots en relief, la ty­po­gra­phie fin­lan­daise uti­li­sait traditionnellement l’espacement (harvennus), et le problème de « l’écra­se­ment » des si­gnes de ponctuation ne se posait pas, c’est pourquoi la pratique française diverge de la finlandaise.