Vous êtes ici » La phrase » L’énonciation et la phrase » La ponctuation
528. Comment lire les signes de ponctuation et les lettres accentuées

1. La ponctuation

Le texte suivant est un exem­ple de la manière dont on « lit » les signes de ponctuation à haute voix en dictant un texte, une adresse, une citation, etc., à quelqu’un :

Hier, nous sommes allés faire du lèche-vitrines. Avec mon amie Jeanine — qui est toujours à la mode — nous avons parcouru les grands magasins ; Jeanine était très excitée. Arrivée au rayon des fourrures (de la Samaritaine), elle m’a demandé : « Et si je m’achetais un manteau en vison ? »
— Tu es folle ! Ça coute une fortune !

Le texte se dicte de la manière suivante (dans la dictée, on uti­li­se le vouvoiement, ouvrez les guillemets, fermez la parenthèse, etc., mê­me quand on dicte à quelqu’un qu’on tutoie) :

Hier virgule nous sommes allés faire du lèche-vitrines point Avec mon amie Jeanine tiret qui est toujours à la mode tiret nous avons parcouru les grands magasins point-virgule Jeanine était très excitée point Arrivée au rayon des fourrures ouvrez la parenthèse de la Samaritaine fermez la parenthèse / virgule elle m’a demandé deux-points / ouvrez les guillemets Et si je m’achetais un manteau en vison point d’interrogation / fermez les guillemets / à la ligne (uusi kappale) Tiret Tu es folle point d’exclamation Ça coute une fortune point d’exclamation

2. Lettres accentuées

Il peut être utile éga­le­ment de savoir comment lire les lettres accentuées et autres signes spéciaux (ce sont des signes diacritiques) du français, par exem­ple en épelant un mot ou en donnant une adresse au téléphone. Quand on épèle un mot, on n’uti­li­se pas de déterminant devant le nom de la lettre. Remarquer aussi que l’élément « descriptif » (accent grave) s’uti­li­se sans article et sans pré­po­si­tion : è se lit « e accent grave » et non pas « e *l’accent grave » ni « e *avec l’accent grave » :

é e accent aigu [əaksɑ̃tegy]
è, ù e accent grave, u accent grave
â, ê, î, ô, û a accent circonflexe, e accent circonflexe etc.
ä, ë, ï, ö, ü a tréma, e tréma, i tréma, o tréma, u tréma
ç c cédille
l’ d’ s’ l apostrophe, d apostrophe, s apostrophe

On peut évidemment aussi uti­li­ser un article quand on désigne la lettre elle-mê­me :

Le deuxième e d’évènement s’est longtemps écrit avec un accent aigu parce que l’imprimeur du dictionnaire de l’Académie en 1736 était tombé à court de lettres e avec un accent grave et qu’il avait temporairement remplacé ces lettres par des e avec un accent aigu, dont on a oublié de corriger un certain nombre dans les éditions ultérieures.

3. Exem­ples de mots épelés

Remarquer que quand on épèle des lettres doubles, par exem­ple pp, on dit « deux p » et non pas « double p » comme en finnois :

Noël : n – o – e tréma – l
maçon : m – a – c cédille – o – n
Hämäläinen : a tréma – m – a tréma – l – a tréma – i – n – e (prononcé [ə] et non pas [e]) – n
Lönnrot : l majuscule – o tréma – deux n – r – o – t
Ylläs : i grec majuscule – deux l – a tréma – s