Vous êtes ici » La phrase » Interrogation, négation, exclamation » L’interrogation directe
537. Qui com­plé­ment d’objet et com­plé­ment cir­cons­tan­ciel

1. Qui objet direct du verbe

Quand qui est le COD du verbe, on peut uti­li­ser :

qui avec inversion du verbe, essentiellement dans la langue écrite ; si le sujet est un pronom conjoint (je tu il elle on nous vous ils elles), on place simplement le pronom derrière le verbe, avec un trait d’union et éventuellement un -t- intercalaire (après voyelle), voir exem­ples ci-dessous. Si le sujet est un autre mot qu’un des pronoms cités, il reste devant le verbe, et on ajoute il(s) ou elle(s) derrière le verbe :

Qui choisiras-tu ?
Qui Marie choisira-t-elle ?
Qui aime-t-il ? Qui préfère-t-on ?

– la forme longue qui est-ce que, uti­li­sée dans langue courante :

Qui choisiras-tu ? = Qui est-ce que tu choisiras ?
Qui Marie choisira-t-elle ?= Qui est-ce que Marie choisira ?
Qui aime-t-il? = Qui est-ce qu’il aime?

– dans la langue parlée, on peut uti­li­ser l’ordre des mots normal SVO en plaçant qui après le verbe comme n’importe quel COD ; dans la langue familière, on peut mettre qui en début de phrase :

Tu choisiras qui ? [langue parlée] Qui tu choisiras ? [plus familier]
Marie choisira qui ? [langue parlée] Qui Marie choisira ? [plus familier, peu fréquent]

2. Qui COI ou CC

Après pré­po­si­tion, c’est-à-dire quand qui est en fonction de com­plé­ment d’objet in­di­rect ou de com­plé­ment cir­cons­tan­ciel, deux cons­truc­tions sont possibles :

a. pré­po­si­tion + qui avec inversion du verbe, essentiellement dans la langue écrite. Si le sujet est un pro­nom conjoint (je, tu, il, elle, on, nous, vous, ils, elles), on place simplement le pronom derrière le verbe, avec un trait d’union et éventuellement un -t- intercalaire (après voyelle). Si le sujet est un autre mot qu’un des pronoms cités, il reste devant le verbe, et on ajoute il(s) ou elle(s) derrière le verbe :

Chez qui allez-vous ce soir ?
Pour qui achète-t-elle ce livre ?
Avec qui les enfants jouent-ils ?

b. pré­po­si­tion + qui est-ce que, dans la langue courante. Exem­ples :

Chez qui est-ce que vous allez ce soir ?
Pour qui est-ce qu’elle achète ce livre ?
Avec qui est-ce que les enfants jouent ?

Dans ce cas, on peut aussi uti­li­ser une inversion simple (sans reprise du pronom), puisque le sujet est évident. Mais cette inversion simple n’est possible que si le verbe n’a pas d’autre com­plé­ment :

Avec qui jouent les enfants ?
Chez qui logent tes amis ?

Si le verbe a un autre com­plé­ment (mê­me un adverbe), l’inversion est évitée, on uti­li­se est-ce que :

Avec qui est-ce que les enfants ont joué aujourd’hui ?
[et non Avec qui ont joué les enfants aujourd’hui ?]
Chez qui est-ce que tes amis logeront pendant les vacances ?
[[et non : Chez qui logeront tes amis pendant les vacances ?]

3. Variantes langue parlée

Dans la langue parlée, on peut uti­li­ser l’ordre des mots normal, en mettant le groupe pré­po­si­tion + qui au début de la phrase ou en fin de phrase après le verbe :

Chez qui vous allez ce soir ? / Vous allez chez qui ce soir ?
Les enfants jouent avec qui ?
Tu as acheté ça pour qui ? / Pour qui tu as acheté ça ?
Avec qui les enfants ont joué aujourd’hui ? / Les enfants ont joué avec qui aujourd’hui ?
Chez qui tes amis logeront pendant les vacances ? / Tes amis logeront chez qui pendant les vacances ?

Dans la langue familière, on pratique la dislocation :

Marie, elle choisira qui ? / Elle choisira qui, Marie ?
Les enfants, ils jouent avec qui ? / Ils jouent avec qui, les enfants ?
Tes amis, ils logeront chez qui ? / Ils logeront chez qui, tes amis ?