Vous êtes ici » La phrase » Interrogation, négation, exclamation » L’interrogation directe
543.  L’interrogation partielle : , quand

1. Généralités

Les autres mots interrogatifs sont les adverbes interrogatifs , quand, comment, combien, pour­quoi. En général, deux formes au moins sont possibles :

  1. adverbe interrogatif + inversion, essentiellement dans la langue écrite ; si le sujet est un autre mot qu’un pronom personnel (y compris on), il reste devant le verbe, et on ajoute il(s) ou elle(s) derrière le verbe ;
  2. adverbe interrogatif + est-ce que (langue courante)

Les formes de la langue parlée et familière sont regroupées p. 546.

2. Où ?

a. Quand le verbe est intransitif et le sujet est un pronom conjoint (je, tu il elle nous vous ils elles on), on peut uti­li­ser soit l’inversion, soit la forme où est-ce que. Si le sujet est un autre mot qu’un pronom con­joint, l’inversion avec reprise de il/elle après le verbe est impossible : la forme *où ton frère ha­bite-t-il ? (comparer : quand ton ami se marie-t-il ?) est inusitée. La cons­truc­tion avec simple inver­sion du sujet [ + verbe + sujet] est possible et même habituelle (contrairement à ce qui se passe avec quand ) :

Où habite ton frère ? Où est-ce que ton frère habite ?
Où commence la route ? Où est-ce que la route commence ?

On évite cependant de faire suivre est-ce que d’un verbe à pronom réfléchi, d’un verbe mono­syl­la­bique ou d’un auxiliaire :

??Où est-ce que se rendent les gens ? → Où se rendent les gens ? [Possible aussi, quoique moins fréquent :] Où est-ce que les gens se rendent ?
??Où est-ce que se trouve le musée ? → Où se trouve le musée ? [Possible aussi, quoique moins fréquent :] Où est-ce que le musée se trouve ?
??Où est-ce que vont tes parents ? → Où vont tes parents ? [Possible aussi, quoique moins fréquent :] Où est-ce que tes parents vont ? [Plus naturel :] Où est-ce que tes parents vont aller ?
??Où est-ce qu’est arrivé le vol d’Air France ? → Où est arrivé le vol d’Air France ? [Possible aussi, quoique moins fréquent :] Où est-ce que le vol d’Air France est arrivé ?

En cas de doute, le plus sûr dans ce cas est donc d’utiliser l’inversion du sujet, et de ne pas employer est-ce que.

b. Quand le verbe est transitif, on peut uti­li­ser l’inversion avec rejet du pronom après le verbe ou les cons­truc­tions avec où est-ce que.

Dans langue parlée, on conserve l’ordre des mots normal SVO. Il est fréquent éga­le­ment de poser la question en ajoutant la forme c’est que, qui est la forme SVO de est-ce que : où c’est que (p. 547).

peut aussi être précédé par des pré­po­si­tions : à partir d’où, vers où, d’où, jusqu’où etc. :

D’où partira le Tour de France cette année ?
Jusqu’où ira-t-on encore ?
Par où est-ce qu’ils sont passés ?
Où est-ce que tu as trouvé cette photo ?

Remarque : attention à la dif­fé­ren­ce de cons­truc­tion du verbe en finnois et en français (voir faq p. 166) :

D’où vient cette musique ? Mistä tämä musiikki tulee?
— Du restaurant d’en face. Vastapäisestä ravintolasta. [venir de]
D’où part le ferry ? Mistä lautta lähtee? – De Turku. Turusta. [partir de]
mais :
Où as-tu trouvé ces vieux vêtements ? Mistä löysit nämä vanhat vaatteet? – Au grenier. Ullakolta. [trouver quelque part]
Où a-t-il acheté sa tondeuse ? Mistä hän osti ruohonleikkurinsa? – Dans un hyper. Automarketista. [acheter quelque part]
Où as-tu pris ce livre ? Mistä otit sen kirjan? – Sur l’étagère. Hyllystä. [prendre quelque part]

543a. L’interrogation avec
verbe intransitif
sujet pronom conjoint sujet autre
LE Où habite-t-il ? Où habite ton frère ?
Où est-ce que ton frère habite ?
LC Où est-ce qu’il habite ?
LP Il habite où ? Ton frère habite où ?
verbe transitif
sujet pronom conjoint sujet autre
LE Où a-t-il pris ces photos ? Où le client a-t-il pris ces photos ?
LC Où est-ce qu’il a pris ces photos ? Où est-ce que le client a pris ces photos ?
LP Il a pris ces photos où ? Le client a pris ces photos où ?
Où c’est que le client a pris ces photos ?

2. Quand ?

Dans les phrases interrogatives introduites par l’adverbe interrogatif quand, on peut uti­li­ser tous les procédés interrogatifs (inversion avec rejet du pronom, insertion de est-ce que ou ordre normal des mots). Dans la langue courante, quand le verbe est intransitif et que le sujet est un autre mot qu’un pronom conjoint, on peut éga­le­ment uti­li­ser l’inversion simple (Quand rentrent tes parents ?). Dans la langue parlée, on conserve l’ordre des mots normal SVO. Il est fréquent éga­le­ment de poser la ques­tion en ajoutant la forme c’est que, qui est la forme SVO de est-ce que : quand c’est que (p. 547).

543b. L’interrogation avec quand
verbe intransitif
sujet pronom conjoint sujet autre
LE Quand se marie-t-il ? Quand ton ami se marie-t-il ?
LC Quand est-ce qu’il se marie ? Quand est-ce que ton ami se marie ?
LP Il se marie quand ? Ton ami se marie quand ?
verbe transitif
sujet pronom conjoint sujet autre
LE Quand a-t-il a pris ces photos ? Quand le client a-t-il pris ces photos ?
LC Quand est-ce qu’il a pris ces photos ? Quand est-ce que le client a pris ces photos ?
LP Il a pris ces photos quand ? Le client a pris ces photos quand ?

Toutes les cons­truc­tions figurant dans le tableau précédant sont uti­li­sables aussi avec des for­mes de quand précédées d’une pré­po­si­tion: à partir de quand, jusqu’à quand, depuis quand, etc. :

Jusqu’à quand dure l’année scolaire ?
Depuis quand ne fume-t-il plus ?
À partir de quand peut-on porter l’enfant tourné vers l’avant dans un porte-bébé ?
Les Italiens indulgents avec Berlusconi ... jusqu’à quand ? [titre de journal] etc.