Vous êtes ici » La phrase » Interrogation, négation, exclamation » L’interrogation directe
547. L’interrogation dans la langue familière

1. Interrogatif+ c’est qui/c’est que.

Dans la langue familière, l’un des procédés interrogatifs fréquemment uti­li­sés consiste à former une question avec est-ce que, mais en rétablissant cette cons­truc­tion dans l’ordre normal SVO : c’est que. La for­me qui est-ce qui rétablie dans l’ordre SVO donne ainsi qui c’est qui, qui peut être précédé d’une pré­position. Ce procédé est très uti­li­sé avec qui, et quand, mais inusité avec que, combien et pour­quoi. Là encore, il n’y a pas vraiment de nuance de sens spéciale par rapport à la construction avec inversion est-ce, c’est une simple variante de con­struc­tion (mais fa­mi­lière) :

Qui c’est qui a dit ça ?
Qui c’est qui avait téléphoné ce matin ?
Quand c’est que tes parent rentrent ?
Quand est-ce qu’il se marie ? → Quand c’est qu’il se marie ?
Où c’est qu’il habite ?
Quand est-ce qu’il a dit qu’il viendrait ? → Quand c’est qu’il a dit qu’il viendrait ?
Où c’est que tu as acheté ça ?
Où c’est que vous avez trouvé cette robe ?
Où c’est que tu as rangé le batteur ?
Où c’est qu’ils vont aller en vacances ?
Où c’est qu’ils ont été pêcher un prénom comme celui-là, tes parents ?
Où c’est qu’on peut faire renouveler son passeport ?
Où c’est que tu étais ce matin ?
Où c’est qu’il habite, ton pote ?
Où c’est que j’peux télécharger ce jeu ?
Ou c’est que ça bouge, en ville ?
Où c’est que tes parents ont fait construire leur villa ?
Où c’est que t’as trouvé ce truc pourrave ?
Qu’est c’est qu’il se marie, ton ami ?
Quand c’est qu’ils auront fini la nouvelle autoroute ?
Quand c’est qu’il a commencé à faire froid comme ça ?

2. Variante « clivée »

Dans la langue familière, il existe également une variante de cette cons­truc­tion, qui une sorte de construction clivée (p. 516) interrogative. Comparer :

C’est lui qui a dit ça.
C’est qui qui a dit ça ? C’est du poulet qu’on a mange.
C’est quoi que vous avez mangé.
C’est demain qu’ils partent.
C’est quand qu’ils partent ?

Les phrases ci-dessus illustrent simplement la similitude des constructions. En effet, sémantiquement, la construction interrogative de ce type n’est pas un procédé de focalisation comparable à la phrase clivée assertive. Les interrogatives suivantes sont tout à fait équivalentes en ce qui concerne le sens :

Qui a dit ça ? → C’est qui qui a dit ça ? Kuka sanoi näin? / Kukahan on sanonut näin?
Quand est-ce qu’il se marie ? → C’est quand qu’il se marie ? Milloin hän meni(kään) naimisiin?
Où est-ce qu’il habite ? → C’est où qu’il habite ? Missä hän (siis) asuu?
C’est qui qui voulait la glace papaye-fraise ?

Ce type de question est assez souvent une question en écho : on sous-entend qu’on sait déjà la ré­ponse, mais on veut par exem­ple vérifier qu’on a bien entendu la question (emploi équi­va­lent à la par­ticule -kAAn en finnois), mais ce n’est pas toujours le cas, il peut aussi s’agir d’une sim­ple va­rian­te sans nuance par­ti­cu­lière.

3. Dislocation

En plus de toutes ces cons­truc­tions, il y a presque toujours des variantes avec dislocation. On uti­li­se les cons­truc­tions interrogatives de la langue parlée, en thématisant le mot sur lequel porte l’inter­ro­gation (p. 514 §7) :

Jean, il a fait ça pourquoi ?
Lui, il habite où ?
Combien il coute, ce livre ?
Ça se trouve où, cette ville ?
Ton père, il vient ou il vient pas ? etc.

Comme toutes les cons­truc­tions avec dislocation, ces cons­truc­tions exigent une très bonne connais­sance des mécanismes de la langue parlée et sont donc à manier avec prudence par l’apprenant FLE. Noter par exem­ple que Paljonko tämä kirja maksaa? peut se dire : Combien, ce livre ? Mais c’est une forme familière (voire ironique) à uti­li­ser avec des amis et pas dans un magasin.