Vous êtes ici » La phrase » Interrogation, négation, exclamation » L’interrogation directe
551. Keitä he ovat? Qui est-ce ?

1. Singulier vs pluriel

On retrouve le problème de référence abordé à la page précédente éga­le­ment au pluriel, mais à un niveau légèrement différent. En effet, en fin­nois, l’interrogatif kuka peut se mettre au pluriel : Keitä he ovat? Ketkä tulivat? En français, qui est un pronom indéfini de genre neutre, et n’a ni féminin ni de pluriel. On ne peut donc pas dire *qui sont venus ? La forme correcte est qui est venu ? De mê­me, les formes *Qui sont-ce ? ou *Qui est-ce qu’ils sont ? sont agram­maticales (pour ne pas parler de la forme hybride relevée plusieurs fois chez des dé­bu­tants finnophones **Qui est-ce que ce sont ?).

Dans la question qui sont ces gens ?, le pluriel est amené par le sujet ces gens, comme on le voit dans l’une des variantes possibles de la langue parlée : ces gens sont qui ? Pour identifier des per­sonnes au pluriel, en français on uti­li­se donc le singulier, ce qui peut effectivement paraitre étrange aux fin­no­pho­nes. Com­parer :

Kuka hän on?    Qui est-ce ? Qui est-ce que c’est ? Qui c’est ?
Keitä nuo ovat? Qui est-ce ? Qui est-ce que c’est ? Qui c’est ?

Si la question porte sur un pluriel, la réponse sera :

Ce sont des amis. / C’est des amis.
Ce sont des médecins. / C’est des médecins.
Ce sont mes sœurs. / C’est mes sœurs. etc. [sur l’accord ce sont des amis / c’est des amis voir p. 279 §2]

2. Sujet ils/elles possible

Comme dans le cas du singulier (p. 550 §2b), on peut cependant uti­li­ser le sujet ils/elles. Et comme dans le cas du singulier, cette forme renvoie à des personnes déjà identifiées, mais, contrairement au sin­gu­lier, la question ne porte pas forcément sur les caractéristiques de chaque personnes. Il y a deux va­leurs pos­si­bles :

a. La question porte sur l’identité (dans le sens de henkilöllisyys) ou le nom des personnes. En effet, la ré­ponse ce sont des amis identifie la nature des personnes concernées, mais ne précise pas « qui est qui » (kuka kukin on). On uti­li­se donc la forme ils/elles en référence à un groupe défini :

Il s’interrogeait sur l’identité de ces personnes, qui pouvaient-ils bien être ? Quelles capacités pouvaient-ils avoir ?
Nous allons vous révéler dans un instant le nom des vainqueurs du grand concours. Qui sont-ils ? [les vainqueurs sont déjà identifiés comme vainqueurs, mais pas par leur nom]
Le parti vient de nommer trois nouvelles secrétaires régionales. Qui sont-elles ?  [on mentionne ensuite leurs noms]
Les anciens et les anciennes de notre collège : Qui sont-ils ? Qui sont-elles ? Voici, par ordre alphabétique des noms de famille, quelques anciens et anciennes qui font l’objet d’une page sur notre site ou sur un autre site Web.
Les milliardaires du monde, qui sont ils ? Le classement des hommes les plus riches du mondes en 2008 ! [Vient ensuite une liste de noms de milliardaires]
Voici donc nos jardiniers fantômes qui réapparaissent en 1774... Alors qui pouvaient-ils être ? Peut-être tout simplement le jardinier en chef du Domaine de Trianon, Claude Richard, accompagné de son fils Antoine !

b. La seconde valeur correspond au pluriel de celle évoquée plus haut et porte sur les caractéristiques des personnes. Dans cet emploi, qui renvoie fréquemment à des animés (humains et animaux) :

Tsiganes, gitans, manouches, rom, roma, gens du voyage... qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? [site suisse d’information sur les Roms]
Les agricultrices du Québec. Qui sont-elles ? [titre d’une étude ministérielle]
Les Cherokees : qui étaient-ils ? Découverts par l’explorateur espagnol Herando de Soto en 1540, aux abords des Appalaches les Cherokees auraient déjà migré pendant la préhistoire et seraient donc en réalité originaires du Texas et du nord du Mexique.
Insectes : qui sont-ils ? – Conférences de la Cité des Sciences.
Les manipulateurs sont parmi nous : Qui sont-ils ? Comment s’en protéger ? [titre de livre]
Qui sont-ils, ces Ossètes ?
Hôpitaux : mais qui sont-ils, ces aumôniers ?
Les Dauphins : qui sont-ils ?

On constate que ce genre de question apparait souvent dans des titres : on annonce qu’on va décri­re les caractéristiques de tel ou tel groupe ethnique, professionnel etc., déjà connu. On peut ainsi dire d’une certaine manière que cette interrogation a une valeur en partie rhétorique et sert en quelque sorte d’in­tro­duc­teur, voire de connecteur argumentatif, que l’on pourrait paraphraser ainsi : « Vous en avez en­ten­du parler, mais vous ne les con­naissez pas ou vous les connaissez mal. Nous allons vous en parler ». C’est ce qui explique qu’on trouve des cas où cette question s’applique mê­me à des référents non animés (exem­ples relevés sur Internet, novembre 2011) :

Cyclone, ouragan, typhon : qui sont-ils ? [www.futura-sciences.com]. 
Anticorps antiphospholipides/co-facteurs : Qui sont-ils ? Pourquoi, quand et comment les rechercher ? [titre d’article]

Remarque : l’équi­va­lent de la cons­truc­tion qui sont-ils ? renvoyant à un non animé est quels sont-ils ? (p. 542 §5).