Vous êtes ici » La phrase » Interrogation, négation, exclamation » La négation
FAQ : Sans doute ou sans aucun doute ?

A. Ces deux expressions se ressemblent, mais ont un sens tout à fait différent, et sont constamment source de confusions. Sans aucun doute correspond mot pour mot au finnois ilman epäilystäkään et ne doit pas poser de problèmes. L’expression qui pose des dif­fi­cul­tés est plutôt sans doute, qu’il ne faut pas com­prendre litté­ralement. Au lieu de signifier mot à mot ilman epäilystä, elle signifie pratiquement le contraire : « epäillen », « epäilyk­sellä ». Autrement dit, sans doute exprime seulement une probabilité (il y a donc en fait réellement un dou­te), et signifie « varmaan, todennäköisesti ». Tandis que sans aucun doute exprime la certitude et signifie « ai­van varmasti ».

La victoire de la Finlande au championnat du monde de hockey a sans aucun doute été ressentie comme un évènement historique.

Tu crois que la Finlande va gagner ? – Sans doute.
La question est-elle donc résolue ? Oui, sans doute. Toutefois, des affirmations exceptionnelles méritant des preuves exceptionnelles, on est parfois tenté de jouer l’avocat du diable.

B. Dans une argumentation et surtout dans une réponse, sans doute équivaut à totta kai ou toki :

Vous devez quand mê­me reconnaitre que le ministre a eu raison de retirer le projet.
– Sans doute, mais, il aurait dû le faire plus tôt.
Teidän täytyy kuitenkin myöntää, että ministeri teki oikein, kun hän peruutti suunnitelman.
– Totta kai, mutta hänen olisi pitänyt tehdä se aikaisemmin.

N’aurait-il pas mieux valu refinancer le projet dans son ensemble ?
– Oui, sans doute, mais vous imaginez les conséquences politiques !

C. Dans la langue écrite, sans doute peut avoir son sens originel de « ilman epäilystä » (valeur conces­sive), et peut se traduire par kieltämättä (à l’oral, on dirait c’est vrai ou d’accord) :

C’est là sans doute une décision raisonnable. Se on kieltämättä järkevä päätös.
Déracinés sans doute, mais très connectés : grâce au téléphone portable ou aux réseaux sociaux sur le web, les migrants sont désormais moins coupés de leurs proches.
Un laurier sans doute, mais lequel ?