Vous êtes ici » La phrase » Interrogation, négation, exclamation » Les phrases exclamatives
576. Déterminants et adverbes exclamatifs

1. Quel

Le déterminant quel (voir les formes p. 127) est couramment uti­li­sé pour marquer l’exclamation. Il peut s’employer de diverses manières, devant un nom seul, comme attribut, dans une phrase avec inversion ou ordre normal. Les équi­va­lents finnois sont variés, ce sont soit le déterminant millainen, soit l’adverbe kuinka :

Quel paysage !
Quel temps de chien
Quel voyage fatigant
Quelle pluie, les amis !
Quelle blague !
Quelles photos extraordinaires il nous a montrées !
Quelle chance tu as eue !
Quelle ne fut pas sa surprise !
Dans quelle histoire il s’est embarquée
Avec quelle passion il se consacre à ce travail
Quel travail gigantesque avait-il entrepris là ! / Quel travail gigantesque il avait entrepris là !

2. Tellement, tant, si, tel, pareil

Ces adverbes ou adjectifs s’uti­li­sent fréquemment dans l’exclamation, comme en finnois niin et sellainen. Ils peuvent se combiner à de pour former des déterminants complexes (voir p. 4 et p. 112) :

Ce bébé est si mignon !
Elle était tellement nerveuse avant son examen
On a encore tellement de choses à régler avant de partir en voyage !
Ce n’est pas si extraordinaire !
Je n’ai jamais entendu des bêtises pareilles !
Je n’ai pas pu fermer le livre avant de l’avoir fini, c’était tellement passionnant !
Et pourtant, tu as encore tellement de livres à lire !
Nous qui avons tant fait pour lui ! Voilà comment il nous remercie !

3. Être… d’un(e)

L’article indéfini s’uti­li­se aussi avec une valeur exclamative dans la cons­truc­tion attributive être... d’un..., dans laquelle d’un est synonyme de tel ou tellement (sur les affinités sémantiques entre un et tel/sellainen, voir p. 54 §3). Cette cons­truc­tion s’uti­li­se à l’écrit comme à l’oral devant un nom :

Ce paysage est d’une beauté !
Cette histoire est d’une sottise !
Il est d’une paresse !

On peut d’ailleurs uti­li­ser conjointement l’adjectif tel :

Elle est d’une telle sottise !
Il est d’une telle paresse ! 

Plus fréquemment, dans la langue parlée, à la place du nom on uti­li­se un adjectif, qui est de genre neutre et ne s’accorde pas en genre ni en nombre avec le sujet :

Elle est d’un paresseux, c’est pas possible !
C’est d’un difficile, cette sonate !
C’est d’un compliqué, ce truc !
C’est d’un débile, cette histoire !
Ils sont d’un compliqué, chez cet opérateur !
[Relevé dans des blogs :]
Oh misère, c’est d’un chiant les cadeaux entre adultes pour Noël !
3 heures pour nous filer des images sublimes bien que glauques, mais le scénario c’est d’un nul ! Mais d’un nul !
Non mais franchement, c’est d’un dégueulasse, de faire ça à un chien.