Vous êtes ici » La phrase » La norme linguistique et la langue parlée » Norme et niveau de langue
581. La norme linguistique

1. La norme

Une des notions indissociables, au niveau sociolinguistique, de l’analyse de la langue parlée est cel­le de norme. Comme le français connait de nombreuses variétés, quelle est la variété qu’il faut choi­sir comme norme, comme langue standard, ce que le grand public et les puristes appellent le « bon fran­çais » ?

Pour la grande majorité des francophones, la norme du français est celle de la langue écrite. C’est la nor­me promue de facto dans l’enseignement scolaire, qui joue un rôle fondamental dans la propa­ga­tion du « bon français » : elle est uti­li­sée dans les manuels scolaires et elle est requise implicite­ment dans les productions écrites des élèves. Cette norme est ensuite observée partout dans la vie de tous les jours, dans la presse, dans le commerce, dans l’administration, etc. C’est aussi la norme pro­pagée dans l’enseignement du FLE dans les autres pays et dans les manuels FLE, qu’ils soient conçus en France ou ailleurs. C’est donc cette norme que l’apprenant FLE découvre en général en pre­mier.

2. Bon français » contre « mauvais français »

Pour beaucoup d’usagers de la langue et pour le grand public (et mê­me pour certains grammai­riens), la langue parlée est synonyme de « mauvais français », la langue écrite représentant le « bon français ». C’est du reste exactement la mê­me situation pour le finnois en Finlande. Cette vision simpliste ne correspond pas à la réalité linguistique : l’uti­li­sation de la langue parlée ne dépend pas (ou ne dépend plus de nos jours) du niveau d’éducation du locuteur. La langue parlée n’est pas la langue du « peuple » ou des « banlieues », elle ne s’oppose pas à une langue écrite qui serait la lan­gue de la « classe cultivée ». Toute personne, mê­me très « cultivée », uti­li­se des procédés de la langue parlée dans certains contextes : en jouant avec des enfants, en parlant avec des amis à bâ­tons rompus, etc., on uti­li­se la langue parlée. Même dans des contextes où le locuteur se « sur­veil­le » (interview télévisée d’un homme politique, par exem­ple), on peut relever quantité de tour­nu­res typiques de la langue parlée, que la mê­me personne n’uti­li­serait pas à l’écrit.

Inversement, dans d’autres contextes, dans une situation formelle, « officielle » (conférence, entre­tien d’embauche, discours officiel, débat télévisé, interview d’un personnage important, etc.), on uti­li­se en principe la langue écrite. Ceci concerne toutes les couches sociales. C’est le cas en finnois aussi, et dans bien d’autres langues du monde. Les usagers de la langue sont donc amenés à changer constamment de niveau de langue, en fonction de la situation d’énonciation, le plus sou­vent de façon inconsciente. Mais le choix du niveau de langue dépend des compétences lin­guis­tiques du locuteur. Il faut tout autant savoir éviter d’uti­li­ser la langue parlée dans un contexte for­mel que savoir éviter un langage trop formel dans la conversation avec des amis. Pour beaucoup d’usagers francophones, les deux tâches semblent être aussi difficiles l’une que l’autre. Elles né­ces­sitent par exem­ple une bonne connaissance du vocabulaire, de la grammaire, des conventions sty­lis­ti­ques, etc. Les usagers qui ne maitrisent pas parfaitement les subtilités du « style » (in­sé­cu­rité linguistique, voir p. 582) auront tendance à considérer la langue parlée comme vulgaire ou au moins familière. On peut dire que moins le locuteur maitrise les ressources linguistiques, moins il se sent li­bre d’uti­li­ser la langue parlée dans des contextes variés, et plus il aura tendance à considérer la lan­gue parlée comme du « mauvais français », et inversement.

3. Objectif fonc­tion­nel

Les termes présentés dans les pages suivantes recouvrent différents types de variation (voir p. 589 et sui­van­tes), mais on les uti­li­se dans le présent ouvrage en vue d’un objectif fonc­tion­nel, c’est-à-di­re celui qui préoccupe l’apprenant FLE : quand peut-on dire quoi, et comment ? Autrement dit :