Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Les propositions relatives » Construction des relatives
602. Qui et lequel sujet du verbe

1. Qui

Contrairement à son équi­va­lent finnois, le pronom qui est invariable. Il peut renvoyer à tout type d’an­té­cé­dent :

Je fais les courses dans un supermarché qui est très bien fourni.
Pour l’exposition de photos, ce sont les nôtres qui ont été choisies.
Au téléphone, il y avait quelqu’un qui n’a pas voulu dire son nom.
Personne n’a jamais compris ce qui l’avait poussé à agir ainsi.

Le verbe de la relative s’accorde en genre, en nombre et en personne avec l’antécédent (p. 490 §4) :

Il surveillait ses enfants qui jouaient dans le sable.
Vous qui avez toujours de bonnes idées, proposez quelque chose !
C’est moi qui en ai eu l’idée.
Sylvie, qui n’était jamais venue en Finlande, a beaucoup aimé le pays.

2. Lequel

Il existe un deuxième pronom relatif sujet, lequel (voir tableau des formes p. 605). La dif­fé­ren­ce es­sen­tiel­le entre qui sujet et lequel sujet est que lequel ne s’uti­li­se que dans les relatives non spé­ci­fian­tes (relative appositive ou accidentelle, voir p. 608 et 609) et en référence à un an­té­cé­dent GN : on ne peut pas dire *je voudrais relire ce livre lequel m’a beaucoup plu (relative restrictive).

Exemples de formes agrammaticales

Il y a plusieurs constructions *lesquelles ressemblent aux constructions clivées.
Nous avons interrogé des personnes *lesquelles étaient censées avoir participé à l’évaluation.

En outre, lequel sujet s’uti­li­se pra­tiquement ex­clu­si­vement dans la langue écrite et se rencontre peu à l’oral. Le pronom lequel en fonc­tion de sujet s’uti­li­se dans deux cas :

a. Quand on veut éviter les confusions, autrement dit quand il y a ambigüité sur l’antécédent auquel le pro­nom relatif peut renvoyer, lequel, qui s’accorde en genre et en nombre, peut permettre de préciser l’antécédent de façon plus explicite :

Je viens de prendre connaissance du rapport de la Commission, lequel semble maintenant beaucoup plus réaliste. Olen juuri tutustuneet komission mietintöön, joka tuntuu nyt paljon realistisemmalta.

Si on avait dit « Je viens de prendre connaissance du rapport de la Commission, qui semble maintenant beaucoup plus réaliste », on ne saurait pas si c’est la Commission ou le rapport qui est réaliste. Mais cette distinction n’est possible que quand les deux antécédents sont de genre ou de nombre différent, un point que les grammaires soulignent rarement, en général. Dans ce cas, la forme du pronom lequel renseigne sur l’antécédent. Mais si les deux antécédents sont par exem­ple masculins, lequel est tout aussi « ambigu » que qui. Dans un tel cas, si on veut être absolument clair, on répéte l’antécédent. C’est un procédé assez fréquent (uti­li­sé en finnois aussi). L’antécédent est alors toujours re­pris sans aucun déterminant :

Je viens de prendre connaissance du rapport du Conseil, rapport qui semble maintenant beaucoup plus réaliste.
Les deux pays viennent de signer des accords sur le commerce des armes, accords qui pourraient avoir des répercussions sur l’équilibre diplomatique de la région.

b. Dans le style administratif, juridique etc., on uti­li­se assez fréquemment lequel à la place de qui, mê­me si cette forme n’apporte aucune information supplémentaire :

On a entendu trois témoins, lesquels ont tous fait la mê­me déclaration.
L’une des possibilités de lutte contre le chômage est la mobilité de la main-d’œuvre, laquelle est toutefois source de problèmes sociaux.
Des progrès ont été accomplis en ce qui concerne l’égalité entre les sexes dans l’enseignement, laquelle pourrait être atteinte d’ici 2020 dans certains des pays étudiés.

Dans cet emploi, le pronom lequel uti­li­sé en fonction de sujet équivaut en fait à une relative coordonnée par et et peut se paraphraser par exem­ple par et + antécédent :

On a entendu trois témoins, et ces témoins ont tous fait la mê­me déclaration.
L’une des possibilités de lutte contre le chômage est la mobilité de la main-d’œuvre, mais cette mobilité est source de problèmes sociaux.

3. Le déterminant relatif lequel

Dans le style soutenu, on uti­li­se éga­le­ment le déterminant relatif (p. 128) lequel, laquelle, les­quel(le)s qui précède le sujet de la relative, et qui correspond éga­le­ment à un groupe co­or­don­né par et (p. 128 §2) :

Le Parlement a examiné longuement la réforme fiscale prévue pour l’an prochain, laquelle réforme est censée relancer la consommation. Eduskunta käsitteli pitkään ensi vuodelle suunniteltua verouudistusta, jonka uskotaan piristävän kulutusta.
Vous serez peut-être absent, auquel cas vous me préviendrez. Olette ehkä poissa, jolloin ilmoittanette siitä etukäteen.
Ce procédé comprend les étapes consistant à définir un premier facteur d’état d’infrastructure (ICF), lequel facteur est une représentation numérique de l’état d’un réseau.

Plus couramment, dans ce cas, on répète l’antécédent (sans article) :

Le Parlement a examiné longuement la réforme fiscale prévue pour l’an prochain, réforme qui est censée relancer la consommation.
Ce procédé comprend les étapes consistant à définir un premier facteur d’état d’infrastructure, facteur qui est une représentation numérique de l’état d’un réseau...

Cette répétition de l’antécédent peut correspondre au finnois jollainen (mais pas toujours) :

Devalvaatiota päätettiin lykätä, jollaisella päätöksellä tuli olemaan kohtalokkaita seurauksia. 
Il fut décidé de sursoir à la dévaluation, décision qui devait avoir des conséquences fatales. ou
Il fut décidé de sursoir à la dévaluation, laquelle décision devait avoir des conséquences fatales. 

4. Remarque

Comme le relatif lequel équivaut à et + antécédent, on ne peut pas uti­li­ser lequel sujet après la con­jonc­tion de coordination et (*et lequel), il faut uti­li­ser et qui :

On entendu trois témoins, lesquels ont fait la mê­me déclaration et qui [et non : *et lesquels] semblaient dignes de foi.