Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Les propositions relatives » Construction des relatives
608. Types de relatives : la relative spécifiante

1. Généralités

On dis­tin­gue généralement deux groupes de propositions relatives : les relatives qui sont une suite nécessaire de l’antécédent (relatives spécifiantes, voir ci-dessous §2) et celles qui en sont un com­plé­ment fa­cul­ta­tif (relatives non spécifiantes, voir p. 609). À l’intérieur de ces deux groupes, on peut dis­tin­guer éga­le­ment deux types de relatives, selon que l’antécédent est déterminé par un déterminant défini ou un dé­ter­minant indéfini. [1]

608. Les types de relatives
antécédent relative spécifiante relative non spécifiante
défini restrictive appositive
indéfini essentielle accidentelle

2. Relative spécifiante

La relative spécifiante est une proposition qu’on ne peut pas supprimer sans que le sens gé­né­ral de la phra­se ne change ou devienne absurde :

J’ai oublié la lettre que je devais poster. [sans la relative : J’ai oublié la lettre. = n’importe quelle lettre].
Les gens qui fument s’exposent à de graves maladies. [sans la relative : « Tous les gens s’exposent à de graves maladies ». Ce n’est pas tout à fait absurde, mais ce n’est pas l’idée de la phrase.]

a. Relative restrictive

On voit dans l’exem­ple précédent que la relative restreint (rajaa) la catégorie des gens qui s’exposent à de graves maladies (= ceux qui fument), c’est pourquoi on appelle aussi la relative spécifiante qui développe un antécédent à déterminant défini « relative restrictive ». [2]

Dans l’interrogation in­di­recte, la relative qui développe l’objet du verbe est toujours spé­ci­fian­te :

On se demande ce qu’il va encore inventer.
Elle ne sait plus sur qui compter.
Personne ne sait sur quoi cela déboucher.
Je ne sais pas qui le lui a dit.

Remarque : contrairement au finnois, en français la relative spécifiante n’est normalement ni précédée ni suivie d’une virgule. Voir p. 523 §3.

b. Relative essentielle

Quand l’antécédent de la relative spécifiante est déterminé par un déterminant indéfini, on dé­si­gne la relative par le terme de « relative essentielle  :

Découvrez un voisin qui va vous accompagner. [publicité d’une banque]
Le réseautage, ou comment rencontrer des gens qui peuvent vous aider. Verkottuminen eli kuinka tapaan ihmisiä, jotka voivat auttaa minua.
L’orateur a aussitôt riposté avec des arguments dont la justesse a cloué le bec à son adversaire. Puhuja vastasi heti niin osuvilla perusteilla, että hänen vastustajansa jäi sanattomaksi.

Remarque : les relatives restrictives ou essentielles ne sont pas séparées de l’antécédent par une virgule, puisqu’elles sont un com­plé­ment, un développement nécessaire de celui-ci (p. 523 §3).

4. Constructions équi­va­lentes

Quand la relative est spécifiante et qu’elle contient le verbe être, on peut souvent supprimer la cons­truc­tion relative qui est (dans la langue écrite surtout) :

Je fais les courses dans un supermarché qui est très bien fourni. → Je fais les courses dans un supermarché très bien fourni.
Je cherche un livre qui soit facile à lire. → Je cherche un livre facile à lire.

Avec d’autres verbes que être, on peut uti­li­ser des cons­truc­tions avec pré­po­si­tion ou participe :

Les gens qui ont les cheveux roux supportent mal le soleil. →
Les gens aux cheveux roux supportent mal le soleil.
L’élan est un animal qui vit dans la forêt et dont la viande est excellente. →
L’élan est un animal vivant dans la forêt et à la viande excellente.
Les relatives sont une cons­truc­tion qui pose parfois des problèmes. → Les relatives sont une cons­truc­tion posant parfois des problèmes.

On peut aussi remplacer les relatives par des in­fi­ni­tives, quand le verbe de la principale est un verbe de per­cep­tion (p. 673 §4) :

Il regardait les bateaux de plaisance qui manœuvraient. →
Il regardait les bateaux de plaisance manœuvrer dans le port.
Je l’entends qui arrive. →
Je l’entends arriver.