Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Les propositions relatives » Construction des relatives
611. Mode du verbe de la relative

Le mode habituel du verbe de la proposition relative est l’in­di­ca­tif. Il y a cependant des cas où le verbe peut être au subjonctif ou à l’in­fi­ni­tif.

1. Subjonctif

On uti­li­se le subjonctif dans une relative essentielle (p. 608 §3), pour exprimer une nuance de but ou de con­sé­quence (« quelque chose doit être tel qu’on puisse faire... », voir p. 720 §3). Dans ce cas-là, le finnois uti­li­se le con­di­tionnel pour exprimer la mê­me nuance :

Je cherche un livre qui soit facile à lire.
Etsin kirjaa, joka olisi helppo lukea.
Il faudrait quelqu’un qui connaisse bien la musique classique.
Me tarvitsemme sellaisen henkilön, joka tuntisi hyvin klassisen musiikin.
Ils n’ont pas trouvé de séjour qui leur convienne.
He eivät löytäneet sopivaa matkapakettia. 
Pour les vacances, j’aimerais aller quelque part où il ne fasse pas trop chaud.
Haluaisin lähteä lomalle sellaiseen paikkaan, jossa ei olisi liian kuumaa.
Il n’a rien trouvé qui lui plaise.
Hän ei löytänyt mitään, mikä tyydyttäisi häntä.

S’il n’y a pas de nuance de but, on uti­li­se l’in­di­ca­tif :

Je connais quelqu’un qui veut garder des enfants le mercredi.
J’ai trouvé un appartement qui me permet de recevoir plus de monde. 

De même, dans la langue courante et dans la langue parlée, il est assez fréquent qu’on n’utilise pas le subjonctif, même s’il y a une nuance de but :

Je ne vois rien qui me plait.
On n’a trouvé personne qui avait les qualifications nécessaires.

2. Conditionnel en finnois et en français

Très souvent, il faut donc penser à traduire le conditionnel finnois dans une relative par un subjonctif en français. Mais le conditionnel finnois peut évidemment aussi être un véritable conditionnel exprimant la condition en français :

Tämän tiedon ansiosta olisimme välttyneet kaikenlaiselta turhalta juoksemiselta.
C’est une information qui nous aurait évité des démarches.
Söimme kiinalaisessa ravintolassa, joka olisi saanut olla parempi.
Nous avons mangé dans un restaurant chinois, qui aurait pu être meilleur.

3. Infinitif

On peut uti­li­ser l’in­fi­ni­tif à la place du subjonctif dans une relative essentielle (avec antécédent indéfini) in­tro­duite par une pré­po­si­tion, quand le sujet de la principale et de la sub­or­don­née sont identiques ; le mê­me procédé existe en finnois :

Il cherchait un endroit calme où passer ses vacances. Hän etsi rauhallista paikkaa, missä viettää lomansa.
Elle n’avait personne à qui raconter ses soucis. Hänellä ei ollut ketään, jolle kertoa huolistaan.
Il ne connait personne en qui avoir confiance. Hän ei tunne ketään johon luottaa.
Il lui faudrait quelqu’un sur qui se reposer. Hän tarvitsi jonkun ihmisen, joka olisi hänelle tukena.

Les relatives in­fi­ni­tives s’emploient surtout dans la langue écrite après des verbes exprimant le but comme chercher, avoir besoin de, falloir etc. (elle n’avait personne à qui … signifie elle avait besoin de quelqu’un à qui …). La relative in­fi­ni­tive peut être paraphrasée par des relatives avec un subjonctif :

Il cherchait un endroit calme où il puisse passer ses vacances.
Elle n’avait personne à qui elle puisse raconter ses soucis.
Il ne connait personne en qui il puisse avoir confiance.
Il lui faudrait quelqu’un sur qui il puisse se reposer.