Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Les propositions relatives » Construction des relatives
612. Mode du verbe de la relative complétant un superlatif

1. Règle générale

Le subjonctif s’uti­li­se aussi dans une relative spécifiante (p. 608) quand la relative est com­plé­ment d’un superlatif : 

C’est le plus beau concert auquel nous ayons assisté cette année.
Il m’a offert le cadeau le moins cher qu’il ait pu trouver.
C’est le plus gros mensonge que j’aie jamais entendu !

2. Premier, dernier, seul

Les adjectifs premier, dernier et seul ont une valeur de superlatif et la relative qui les complète est en gé­né­ral au subjonctif :

André est le seul qui ait accepté de m’aider.
Arrivés dans notre petit village en Auvergne, la première personne que nous ayons rencontrée était un Finlandais !

Cependant, si premier et dernier indiquent un ordre (dans le sens de « järjestys ») concret (par exem­ple le premier d’une série), on uti­li­se l’in­di­ca­tif :

Nous devions visiter trois églises ; la première que nous avons voulu visiter était malheureusement fermée.

Parfois il n’est pas facile de savoir quel mode uti­li­ser. Suivis du subjonctif, premier et dernier indiquent une nuance supplémentaire. Comparer :

C’est la dernière possibilité que tu as de réussir.
Se on sinun viimeinen mahdollisuutesi onnistua.
[signifie objectivement qu’on avait par exem­ple 3 possibilités de réussir un concours, et que c’est maintenant la dernière des trois, car le concours ne sera plus organisé après cela].

C’est la dernière possibilité que tu aies de réussir.
Se on nyt aivan viimeinen mahdollisuutesi
[sur un ton menaçant, et en mê­me temps moins objectif, car dans la réalité, il se pourrait qu’il y ait encore d’autres possibilités].

Moyen pratique de savoir quel mode employer : premier et dernier entrainent le subjonctif dans la relative si on peut les traduire par ihka ensimmäinen et vihoviimeinen (ou si on peut ajouter aivan devant l’ad­jec­tif en finnois). Comparer :

Saavuttuamme auvergnelaiseen kyläämme, aivan ensimmäinen ihminen, johon törmäsimme, oli suomalainen!
[emploi de aivan possible, donc subjonctif en français] Mais :
Meidän piti käydä kolmessa eri kirkossa, ensimmäinen, jonka halusimme nähdä, oli valitettavasti kiinni.
[?? ihka ensimmäinen/aivan ensimmäinen, jonka seraient étranges, car ensimmäinen a une valeur numérale. Il n’y a pas de subjonctif dans ce cas en français].

3. Il n’y a (pas) que

Il existe aussi une autre expression exprimant l’idée de seul et suivie d’une relative au subjonctif : il n’y a (pas) que (prononcé [jak] / [japak]). Cette cons­truc­tion est très fréquente dans la langue parlée, nettement moins dans la langue écrite, qui uti­li­se d’autres moyens (voir ci-dessous et p. 570 §2). L’emploi du sub­jonc­tif n’est cependant pas sys­té­ma­tique. Il exprime, comme dans le cas examiné p. 611, une nuance de but ou de conséquence (exem­ples a, b, c), qui n’est pas toujours très nette (exem­ple b et e avec in­di­ca­tif). D’autre part, comme cet emploi du subjonctif à valeur finale est plutôt caractéristique de la langue écrite, il est normal qu’on ne l’emploie pas régulièrement dans la langue parlée :

(a) Il n’y a que lui qui puisse nous aider.
(b) Mais il n’y a que pendant les soldes que je peux être vraiment fashion.
(c) Il n’y a pas que vous qui aimiez le foot. Et ole ainoa, joka pitää jalkapallosta.
(d) Il n’y a pas que toi qui saches faire la cuisine ! Et ole ainoa, joka osaa laittaa ruokaa.
(e) Il n’y a que deux personnes qui se sont inscrites.

À l’imparfait, on n’uti­li­se que l’in­di­ca­tif, étant donné que la langue parlée n’emploie pas le subjonctif imparfait. Dans la langue écrite, on uti­li­se d’autres procédés (qui peuvent évidemment aussi s’uti­li­ser au présent, voir p. 570 §2) :

Il n’y avait qu’un grand club qui pouvait acheter un joueur de ce niveau.
LE : Seul un grand club pouvait acheter un joueur de ce niveau.
Il n’y avait que cette marque qui plaisait aux clients.
LE : Seule cette marque plaisait aux gens. / Cette marque était la seule à plaire aux clients.
Il n’y avait qu’eux qui y croyaient.
LE : Ils étaient les seuls à y croire. / Eux seuls y croyaient.
Il n’y avait pas que vous qui aviez des problèmes à cette époque.
LE : Vous n’étiez pas les seuls à avoir des problèmes à cette époque.

Voir aussi p. 564.