Vous êtes ici » Propositions subordonnées » Propositions relatives » Phrases clivées et pseudo-clivées
620. Accord du verbe être

1. Accord du verbe être en nombre

a. Normalement, si le sujet ou le COD extrait est un pluriel, le verbe être se met au pluriel :

Ce sont tes parents qui ont acheté ce cadeau ?
Non, ce ne sont pas eux qui l’ont acheté, mais ce sont eux qui l’ont choisi. Sinun vanhempasiko ostivat tämän lahjan? – Ei, he eivät ostaneet sitä, mutta he ovat kyllä valinneet sen.
Ce sont eux qui me l’ont dit.
Ce sont ces livres que j’avais commandés.

Dans la langue courante ou parlée, on conserve le singulier (voir aussi p. 279 §2) :

C’est tes parents qui ont acheté ce cadeau ?
Non, c’est pas eux qui l’ont acheté, mais c’est eux qui l’ont choisi.
C’est eux qui me l’ont dit.
C’est ces livres que j’avais commandés.

b. Dans les autres cas que celui du sujet et COD, autrement dit quand le mot que fonc­tion­ne comme une conjonction sans référent (p. 619), le verbe c’est reste au singulier :

C’est à des chercheurs danois que l’on doit la découverte de ce vaccin.
C’est avec ces amis que nous irons à Moscou.
C’est de ces évènements que toute la France parle en ce moment.

2. Personne du verbe être

Si l’élément extrait sujet ou COD est un pronom de 1e ou de 2epersonne, le verbe être reste à la 3e per­son­ne, et il est toujours au singulier :

C’est toi qui partiras en dernier.
Ce n’est pas moi qui ai dit ça.
C’est vous que le jury a retenu.
C’est nous qui avons les clés.

Comme dans le cas 1b ci-dessus, quand le mot extrait n’est pas le sujet ni le COD, le mot que fonc­tion­ne comme une conjonction sans référent et le verbe c’est reste de toute façon à la 3e personne (et au singulier) :

C’est à toi que je pensais pour ce travail.
C’est de nous qu’ils ont appris la nouvelle.
C’est contre vous que ces attaques sont dirigées.

3. Temps et mode du verbe être

Le temps et le mode du verbe être peuvent varier. On peut appliquer ou non la concordance des temps :

Je ne savais pas que c’était lui qui avait eu cette idée. En tiennyt, että hän sen keksi.

Dans ce cas, on peut cependant garder le présent. En effet, le temps du verbe de la complétive (avait eu) suffit à indiquer que c’est un passé :

Je ne savais pas que c’est lui qui avait eu cette idée

La cons­truc­tion c’est + relative est en fait sentie comme un outil, un élément invariable (comme est-ce que qui est devenu un mot interrogatif invariable). Pour cette raison, certaines grammaires le qualifient souvent de « présentatif », d’« intro­duc­teur » etc., comme s’il s’agissait d’un mot-outil figé et invariable (sur le modèle de voilà, par exemple). Il y a cependant un cas où le verbe doit obligatoirement « s’accorder » en temps et mode, c’est le subjonctif. Dans les exem­ples suivants, on n’a pas le choix entre deux modes : il faut mettre le verbe au sub­jonctif :

Nous ne pensons pas que ce soit vous qui êtes la personne idéale. Mielestämme te ette ole sopivin henkilö.
Il se peut que ce soit ce jour-là qu’il a disparu. Voi olla, että juuri sinä päivänä hän katosi.