Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Discours indirect et interrogation indirecte » Le discours indirect
626. Transformation des déictiques en non déictiques

1. Du discours au récit

Quand on passe du discours direct au discours in­di­rect, on passe de l’énonciation de discours à l’énon­ciation de récit (voir p. 501). Les déictiques deviennent des anaphoriques, et les formes des pro­noms, les temps verbaux et d’autres marqueurs déictiques sont modifiés et trans­for­ment la phra­se de façon assez importante :

discours direct
Je vous apporterai un exemplaire demain et vous pourrez me le dédicacer, si vous voulez bien.
discours in­di­rect
Il lui dit qu’il lui apporterait un exemplaire le lendemain et qu’elle pourrait le lui dédicacer si elle voulait bien.

2. Transformation des déictiques en non déictiques

En français comme en finnois, les expressions déictiques ne peuvent en général pas s’employer telles quel­les dans le récit. Les divers adverbes et com­plé­ments cir­cons­tan­ciels du discours sont remplacés par des expressions anaphoriques équi­va­lentes, qu’il est bon de connaitre, car elles s’em­ploient dans la lan­gue de tous les jours :

DISCOURSRÉCIT
ici täällälà, à cet endroit-là siellä
aujourd’hui tänäänce jour-là sinä päivänä
ce matin tänä aamunace matin-là sinä aamuna
ce soir tänä iltanace soir-là sinä iltana
hier eilen la veille edellisenä päivänä
demain huomenna le lendemain seuraavana päivänä
avant-hier toissa päivänäl’avant-veille kaksi päivää aikaisemmin
après-demain ylihuomennale surlendemain kaksi päivää myöhemmin
ce mois(-ci) tässä kuussace mois-là siinä kuussa
en ce moment tällä hetkelläà ce moment-là silloin, sillä hetkellä
depuis lähtienà partir de, à compter du lähtien (p. 631 §2)
de nos jours nykyäänà cette époque silloin
lundi maanantainale lundi (sinä) maanantaina
lundi prochain ensi maanantainale lundi suivant seuraavana maanantaina
lundi dernier viime maanantainale lundi précédent edellisenä maanantaina
dans une semaine viikon kuluttua
   [voir Sous huitaine ci-dessous] 
au bout d’une semaine viikon kuluttua
une semaine plus tard viikon kuluttua (p. 631 §1)
il y a une semaine viikko sittenune semaine auparavant / plus tôt viikkoa aikaisemmin
dans trois jours kolmen päivän kuluttuatrois jours plus tard kolme päivää myöhemmin
il y a trois jours kolme päivää sittentrois jours auparavant / plus tôt kolme päivää aikaisemmin
Sous huitaine…

L’expression sous huitaine est un exemple d’expression qui ne varie pas en fonction du type d’énonciation et dont le comportement correspond d’une certaine façon assez exactement à viikon kuluttua : elle signifie quand « huit jours se seront écoulés » (avec concordance des temps « quand huit jours se seraient écoulés ») :

Le vendeur dit que tu auras ton colis sous huitaine.
On m’a garanti que je recevrais mon extrait d’état civil sous huitaine.

Exem­ple de transformation des adverbes et com­plé­ments cir­cons­tan­ciels quand on passe du discours au récit :

discours
Ce matin, nous étions seulement arrivés deux-cent mètres plus haut que l’endroit où nous étions hier, mais nous avons si bien pu progresser aujourd’hui que nous arriverons sans doute au sommet dans deux jours, à condition qu’il fasse beau demain.
récit
Ce matin-, ils étaient seulement arrivés deux-cent mètres plus haut que l’endroit où ils étaient la veille, mais ils avaient si bien pu progresser ce jour-là qu’ils arriveraient sans doute au sommet deux jours plus tard, à condition qu’il fasse beau le lendemain.

3. Dif­fé­ren­ces français-finnois

Les dif­fé­ren­ces entre le français et le finnois portent essentiellement sur la référence exprimée par cer­tains cas ou postpositions, par exem­ple dans l’expression de la date avec un nom de jour à l’essif. En français, lundi (et les autres jours de la semaine) sans autre précision fait référence à un lundi ancré dans le temps de l’énonciation, soit lundi dernier (lundi, je l’ai vu) soit lundi prochain (je le vois lundi). Dans le récit, on uti­li­se le lundi, avec article défini : Le lundi, il retourna à Paris (p. 169). En finnois, maanantaina peut s’uti­li­ser indifféremment dans le discours et le récit : le mot maanan­taina dans maanantaina hän palasi Pariisiin, peut renvoyer à « lundi dernier » ou à un lundi « fictif » dans le récit, et, en l’absence de contexte, il pourrait y avoir ambigüité en finnois :

Maanantaina hän palasi Pariisiin.
Lundi, il est retourné à Paris. ou
Le lundi, il retourna à Paris.

Il faut donc faire attention à la présence ou à l’absence de l’article en français. Si on précise qu’il s’agit du lundi précédent, le finnois uti­li­se deux mots différents, comme en français, et il n’y a pas am­bigüité :

Viime maanantaina hän palasi Pariisiin. Lundi dernier, il est retourné à Paris.
Edellisenä maanantaina hän palasi Pariisiin. Le Lundi précédent, il était retourné à Paris.