Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Discours indirect et interrogation indirecte » L’interrogation indirecte
634. L’interrogation in­di­recte

1. Généralités

L’interrogation in­di­recte est une question qu’on pose sous forme d’une sub­or­don­née com­plé­ment d’objet direct (COD) d’un verbe à sens interrogatif. Syntaxiquement, il s’agit donc d’une proposition com­plétive :

interrogation directe interrogation in­di­recte
Vient-il ? Tuleeko hän?
Il demande s’il vient. Hän kysyy, tuleeko hän.
Comment vont-ils ? Kuinka he voivat? Elle ignore comment ils vont. Hän ei tiedä, kuinka he voivat.

En général, elle est introduite par un verbe comme demander, se demander, ne pas savoir, ignorer, dire, etc. Sur les verbes susceptibles de se construire avec une interrogative in­di­recte et les diffé­rences de cons­truc­tion par rap­port au finnois, voir p. 641 et p. 643. La dif­fé­ren­ce essentielle par rapport à l’in­ter­ro­ga­tion directe, c’est que dans une proposition interrogative in­di­recte on uti­li­se en règle gé­né­ra­le l’or­dre des mots normal (svo, sujet-verbe-objet), il n’y a pas d’inversion (voir cepen­dant p. 638). Dans les exem­ples, on a uti­li­sé en partie des exem­ples du chapitre sur l’interrogation directe (p. 532 et sui­van­tes), qu’on pourra comparer avec ceux du présent chapitre.

2. Mot interrogatif

La transformation d’une question directe en interrogation in­di­recte est en général très simple. Il y a deux cas possibles :

634. Comparaison interrogation directe et interrogation in­di­recte
directein­di­recte
est-ce quesi
inversionsi
intonationsi
quiqui
qui est-ce quiqui
qui est-ce quequi
qu’est-ce quice qui
quece que
qu’est-ce quece que
quelquel
lequellequel
où (est-ce que)
combien (est-ce que)combien
pourquoi (est-ce que)pourquoi
quand (est-ce que)quand

3. À retenir

Deux points sont valables pour toutes les règles exposées dans les pages suivantes :

  1. En finnois, on met systématiquement une virgule devant une sub­or­don­née complétive et une in­ter­ro­gative in­di­recte. En français, ce n’est pas le cas (voir p. 523 §2).
  2. Dans l’interrogation in­di­recte, on observe la concordance des temps (p. 627).