Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Propositions complétives » Complétives conjonctives
656. La complétive sujet du verbe : description générale

1. Généralités

La proposition complétive sujet est éga­le­ment une des formes d’emploi très courantes des propositions in­tro­duites par que. La complétive peut occuper la place normale du sujet con­for­me à l’ordre SVO, donc de­vant le verbe, mais elle est plus fréquemment rejetée après le verbe, et celui-ci est alors précédé d’un pronom sujet apparent dont la fonction est d’indiquer la personne verbale ; la forme du pronom varie (p. 342). Les deux grand types de cons­truc­tions avec com­plétive sujet sont présentés ci-dessous. Ce clas­se­ment sert uniquement à simplifier la présentation de l’emploi de la proposition complétive sujet dans les pa­ra­graphes suivants. Il s’agit fondamentalement d’une seule et mê­me cons­truc­tion, dans laquelle la pro­position com­plétive introduite par que est le sujet du verbe.

a. Complétive sujet placée avant le verbe

Les cas où la proposition complétive est en fonction de sujet du verbe sans être rejetée après le verbe sont li­mi­tés :

b. Complétive sujet rejetée après le verbe avec un pronom sujet apparent devant le verbe

La manière la plus fréquente de construire une phrase avec proposition complétive sujet rejetée après le verbe de la principale est de faire précéder le verbe de la principale d’un pronom apparent il/ça/cela vide de sens et qui sert de marqueur de la 3e personne verbale. Comme il est expliqué p. 342 §2, en finnois le ver­be porte en lui-mê­me la marque de 3e personne (-n ou Ø) et n’a pas besoin d’un pronom pour indiquer cet­te personne, tandis que, selon le principe de conjugaison général des verbes, le verbe français ne peut pas s’employer seul, sans pronom conjoint *Est normal que, *Se peut que... (sauf quelques exceptions dans la langue parlée, Faut que... voir p. 346 §1b). Le pronom uti­li­sé devant le verbe peut varier en fonction du ty­pe de verbe uti­li­sé (voir tableau p. 342). On peut dis­tin­guer trois types de cons­truc­tions de ce genre :

2. Mode du verbe

La règle la plus importante à retenir est la sui­vante : quand une proposition complétive est sujet du verbe de la principale, le verbe de la complétive se met nor­ma­le­ment au subjonctif, les exceptions sont peu nom­breu­ses.