Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Propositions complétives » Complétives infinitives
676. Remarques sur les propositions in­fi­ni­tives

1. Règle du sujet identique

En finnois, les cons­truc­tions participiales avec participe passé passif équi­va­lentes aux in­fi­ni­tives fran­çai­ses sont plus souples qu’en français, car le participe peut porter la marque du sujet : on peut donc les uti­li­ser mê­me quand le sujet de la participiale est différent de celui du verbe dont elle dépend, ce qui peut provoquer des erreurs si on uti­li­se une in­fi­ni­tive en français. Comparer :

Vaihdettuamme renkaan, jatkoimme matkaa.
Après avoir changé la roue, nous nous sommes remis en route. [sujet identique]
Vaihdettuamme renkaan, he jatkoivat matkaa.
Après que nous eûmes changé la roue, ils se sont remis en route. [sujet différent]

La règle de l’identité du sujet est stricte, mais pose souvent des problèmes aux francophones eux-mê­mes. Exem­ples authentiques (les erreurs de ce genre sont fréquentes) :

(a) *Après avoir vidé leur querelle, les choses rentrèrent dans l’ordre. Heidän selvitettyään riitansa asiat palasivat järjestykseen.
(b) Quelques secondes après avoir sauté, à 111 mètres au-dessus du fleuve frontalier entre la Zambie et le Zimbabwe, la corde s’est rompue. [DNA 9.1.2012]

La traduction finnoise de la phrase (a) est l’équi­va­lent exact de la phrase française. D’après la norme (ignorée de beaucoup d’usagers), cette dernière est cependant fautive. Il aurait fallu dire :

Après qu’ils eurent / quand ils eurent vidé leur querelle, les choses rentrèrent dans l’ordre.

Remarque : cette règle de l’identité du sujet est aussi valable pour les propositions participiales, voir p. 484 §3, avec exem­ple d’erreur §7.