Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Propositions complétives » Divers
681. faq Il parait que...

1. Sembler et paraitre

Cette page est consacrée à l’analyse d’un usage erroné de paraitre fréquent chez les fin­no­pho­nes, qui comprennent la cons­truc­tion il parait que comme équi­va­lente de il semble que et l’emploient fréquem­ment dans l’expression écrite, comme dans l’exem­ple (a) ci-dessous (dans lequel le subjonctif, de surcroit, est agrammatical). Telle quelle, la phrase (a) est interprété comme (b), alors que l’auteur voulait dire (c) :

(a) Après l’analyse des exem­ples, *il parait qu’une synthèse soit nécessaire.
(b) Après l’analyse des exem­ples, j’ai entendu dire qu’une synthèse était nécessaire / on m’a dit qu’il fallait faire une synthèse.
(c) Après l’analyse des exem­ples, il semble qu’une synthèse soit nécessaire.

L’explication de cette erreur réside dans le fait que les verbes finnois tuntua et näyttää peuvent tous deux se traduire par sembler ou paraitre, qui sont le plus souvent synonymes, mais loin d’être toujours inter­chan­gea­bles. L’équ­iva­lence entre les deux dépend des cons­truc­tions. Une description complète des dif­fé­ren­ces serait très longue, et du point de vue des apprenants FLE fin­no­pho­nes, on peut simplifier la si­tua­tion en rete­nant certaines tendances. Les indications ci-dessous n’ont pas la prétention d’être absolues ni com­plè­tes, ni de décrire toutes les pos­si­bi­li­tés et tous les cas d’emploi, car on pourra certainement trou­ver dans les textes de nombreux contre-exem­ples parfaitement conformes à la norme du français. Il s’agit avant tout de donner quelques conseils généraux applicables à l’expression écrite, du point de vue d’un non fran­co­pho­ne. Avant d’examiner les emplois dans dif­fé­ren­tes cons­truc­tions, il faut établir une dis­tinc­tion entre le sens concret/ figuré et le sens abstrait des verbes tuntua et näyttää :

a. Dans un sens concret, tuntua et näyttää ne sont pas synonymes, puisque tuntua décrit une impression au tou­cher (exem­ples a et b), sans verbe équi­va­lent direct en français (anglais to feel), alors que näyttää dé­crit une impression vi­suelle (exem­ples c et d), en français éga­le­ment sans équi­va­lent direct, bien qu’on puis­se parfois employer paraitre ou sem­bler, mais on uti­li­se plutôt d’autres tournures. Il en va de mê­me au sens figuré de tuntua (e) :

(a) Tämä kangas tuntuu hyvin pehmeältä. Ce tissu est très doux [au toucher].
(b) Se nojatuoli tuntuu oikien mukavalta. On est vraiment bien assis dans ce fauteil.
(c) Tämä kangas näyttää oikein kauniilta. Ce tissu a vraiment un bel aspect.
(d) Hän näytti komealta frakissaan. Il avait fière allure dans son queue-de-pie.
(e) Hänen sanansa tuntuivat hyvin lohdullisilta. Ses paroles m’ont mis du baume au cœur.

b. Dans le sens abstrait qui provoque des confusions entre le finnois et le français dans l’emploi des expres­­sions il semble que / il parait que, les deux verbes tuntua et näyttää décrivent une impression au sens de « représentation globale qu’une personne a d’une situation (gé­né­ra­le­ment où elle est impliquée) ou d’une autre personne, et qui est fondée sur une appréhension immédiate, intuitive avant toute réflexion ou ana­lyse. » (TLFi, impression C1). Cette impression peut décrire quelque chose qui est réel ou imaginaire. Dans ce sens-là, on peut dire que sembler est plus fréquent que paraitre en français.

2. Constructions avec adjectif attribut

Quand sembler et paraitre s’uti­li­sent comme verbe d’état (similaire à être) reliant un sujet et un attribut, ils sont fréquemment interchangeables, mais pas exactement synonymes. D’une façon générale, on peut dire que paraitre décrit une im­pression plus concrète, plus immédiate, tandis que sembler décrit une impression plus subjective. Dans les exem­ples suivants (f – i), la nuance de sens est indiquée entre cro­chets. Cependant, on ne peut pas dire que cette nuance de sens soit toujours très nette, et les exem­ples (j) et (k) sont quasi synonymes :

[f] Ce sentier de montagne parait dangereux. [quand on le regarde]
[g] Ce sentier de montagne semble dangereux. [d’après le nombre d’accidents qui s’y sont produits]
[h] Cette équation peut paraitre difficile à résoudre aux élèves, mais elle en fait est très simple. [l’équation a un aspect effrayant]
[i] Cette équation peut sembler difficile à résoudre aux élèves, mais elle en fait est très simple. [l’équation semble compliquée par son contenu]
[j] Ça peut paraitre compliqué de prime abord, mais en fait c’est assez facile à comprendre. =
[k] Ça peut sembler compliqué de prime abord, mais en fait c’est assez facile à comprendre.

Comme solution de facilité, on peut dire que, dans le doute, l’apprenant FLE peut choisir la forme sembler plutôt que paraitre.

3. Il semble que et Il parait que

La proximité de sens en finnois de tuntuu siltä, että et näyttää siltä, että, qui apparait clairement dans les ex­em­ples présentés ci-dessus, conduit les fin­no­pho­nes à établir une mê­me synonymie entre il semble que et il parait que. Or, c’est impossible, car, dans l’usage du français moderne, l’expression il parait que s’est le­xi­calisée pour signifier uniquement « on dit que, on raconte que », sens que le finnois rend le plus fré­quem­ment par l’adverbe kuulemma (voir p. 659 §2c) :

Il parait que les otages ont été libérés.
Il parait que certains auteurs considèrent cette forme comme vieillie.

Il est à noter en outre que la tournure il parait que est plutôt de la langue courante, et mê­me très légère­ment familière (comme kuulemma en finnois, qu’on n’uti­li­se guère dans la rédaction scientifique neutre). Dans l’expression écrite soignée, on évitera de l’uti­li­ser et on pourra dire par exem­ple :

On entend dire que... On rapporte que...
Certains [auteurs] affirment que... Selon certains [auteurs]...

L’incise parait-il (p. 510 §1d) quant à elle, est nettement familière et doit être évitée à l’écrit. De mê­me, la variante parait-il que introduisant une complétive (parait-il qu’ils vont fermer le tunnel) est du français populaire, et elle est à proscrire dans l’expression écrite.

4. Il me semble que et ?Il me parait que

Une autre erreur fréquente, dérivée de celle examinée au point précédent, est d’extrapoler l’emploi du pro­nom in­di­rect de la tournure il me semble que au verbe paraitre. Là encore, on ne peut pas remplacer sembler par paraitre dans la locution il me/nous semble que pour traduire minusta/meistä tuntuu että :

*Il me parait que cette affirmation est inexacte.
forme correcte : Il me semble que cette affirmation est inexacte.
**Il nous parait que cette méthode permettrait d’obtenir des résultats plus précis.
forme correcte : Il nous semble que cette méthode permettrait d’obtenir des résultats plus précis.

La forme il nous parait que est encore plus agrammaticale que il me parait que. De mê­me, il n’existe pas non plus de forme avec paraitre dans les incises (p. 510 §1) avec inversion. On peut dire uniquement me semble-t-il ou nous semble-t-il (*nous parait-il est agrammatical) :

Cette méthode permettrait, nous semble-t-il, d’obtenir des résultats plus précis.

5. Usage littéraire

Cependant, dans un usage littéraire plus ancien, il parait que peut avoir le sens de « il semble que », et peut être employé avec un pronom in­di­rect (usage possible dans un style soutenu mê­me encore chez des écrivains du XXIe siècle). Il faut donc parfois faire attention au sens exact du verbe :

Comme il ouvrait sa fenêtre, il lui parut que celle de Mariette était entrebâillée et qu’il y avait de la lumière dans sa chambre.

6. Résumé

En résumé, il suffit de retenir la « règle » suivante :

il semble que = tuntuu / näyttää siltä, että
il parait que = kerrotaan että, kuulemma