Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Subordonnées circonstancielles » Circonstancielles causales
712. Types courants : comme, puisque, étant donné/du fait/vu que

1. Comme

La conjonction comme introduit sans exception une CircAP (qui est antéposée par rapport à la principale, elle n’est pas forcément en début de phrase). Dans cette position, la proposition introduite par comme pose un « cadre causal », mais qui n’est pas strictement nécessaire. Il s’agit donc d’une sub­or­don­née ex­pli­ca­ti­ve :

Comme nous n’avions pas beaucoup de temps, nous avons dû prendre un taxi.
Comme le courrier de l’université est envahi de pourriel, je préfère uti­li­ser Gmail pour mon courrier « sérieux » !

On peut retenir comme règle que quand en finnois kun / koska introduit une CircAP, on le traduit géné­ra­le­ment par comme. Mais on peut aussi uti­li­ser parce que pour introduire une CircAP. Comparer :

1. Parce qu’il y avait beaucoup de neige, nous avons pu faire du ski jusqu’en mai.
Koska oli paljon lunta, saatoimme lasketella toukokuuhun asti. ou :
Syy minkä takia saatoimme hiihtää toukokuulle asti, on se, että oli paljon lunta.
2. Comme il y avait beaucoup de neige, nous avons pu faire du ski jusqu’en mai.
Kun oli paljon lunta, saatoimme lasketella toukokuuhun asti.

Avec parce que, on donne l’explication unique : qu’est-ce qui nous a permis de faire du ski en mai ? Le fait qu’il y ait eu tellement de neige. Avec comme, on pose une situation : « il y avait beaucoup de neige » et on en indique la conséquence : nous avons pu faire du ski jusqu’en mai. On peut donc dire que comme in­tro­duit une consécutive « à l’envers » (en quelque sorte « l’inverse » de donc), ce qu’on peut schématiser de la façon suivante en comparant parce que et comme :

  A < B    A nous avons skié parce que B il y avait de la neige
  B > A    B il y avait de la neige, donc A nous avons pu skier. →
Comme il y avait de la neige, nous avons pu skier.

Cette dif­fé­ren­ce ressort aussi en finnois ([parce que + CircAP] = koska, [comme + CircAP] = kun), mais elle n’est pas aussi nette qu’en français.

2. Puisque

La conjonction puisque ressemble à comme ou parce que, mais suppose que la cause invoquée est con­nue. Elle s’uti­li­se dans deux types de cas.

a. Puisque + CircPP

Les cir­cons­tan­cielles introduites par puisque sont le plus souvent postposées et de valeur explicative : elles apportent une explication, un commentaire supposé connu. Dans cette position, elles cor­res­pon­dent en finnois à koska + CircPP, ou, plus fréquemment dans la langue parlée, à la particule -hAn :

 Il ne viendra sans doute pas, puisque la RATP est en grève.
Je ne peux pas venir, puisque j’ai mon cours de conduite. En pääse tulemaan, minullahan on ajotunti.
Nous ne commentons pas cet exem­ple, puisqu’il a déjà été analysé.

b. Puisque + CircAP

En position antéposée, la proposition introduite par puisque expose un état de fait assez souvent con­si­dé­ré comme négatif (reproche, regret, etc.). Dans ce cas, il correspond au finnois kun kerran :

Puisque vous montrez tant de mauvaise volonté, nous nous retirons du projet.
Puisque tu ne veux pas venir, j’irai tout seul.
Puisque c’est comme ça, je refuse de jouer.

Puisque c’est comme ça forme une sorte d’expression toute faite assez courante dans la langue parlée, équi­valente en finnois à no sitten ou no siinä tapauksessa.

3. Étant donné que

Cette conjonction s’uti­li­se en général plutôt à l’écrit et préférentiellement en position CircAP (mais on peut aussi l’uti­li­ser après la principale). Pour le sens, elle équivaut à puisque mais est plus neutre : on pose la condition comme connue (étant donné que signifie « kun tiedetään se, että »), mais sans la valeur ar­gu­men­ta­tive de puisque ; on ne peut pas la rendre par -hAn. Cette locution correspond plutôt à koska en fin­nois :

Étant donné que je n’ai pas d’argent, je ne peux pas m’acheter une nouvelle voiture.
Étant donné qu’un aller simple coute plus cher, j’ai pris un vol aller-retour.

4. Vu que

Vu que est une variante légèrement plus familière de étant donné que, qui peut s’uti­li­ser en position CircAP ou, plus souvent, comme CircPP. Elle est très fréquente dans la langue parlée à la place de puisque, mais à éviter dans un texte de type écrit scientifique, où on lui préfèrera étant donné que :

Ce n’était pas la peine d’essayer de le convaincre, vu qu’il avait de toute façon décidé de partir.
Pour continuer le buzz vu que ça intéresse : Diawara dément la rumeur Facebook.
Ces deux derniers cas empêchent d’être un vrai nolife par définition, vu que ça bloque le porte-monnaie geek.

5. Du fait que

La conjonction du fait que est couramment uti­li­sée à l’écrit comme à l’oral pour indiquer une cause sans indication particulière, un vrai « fait ». Elle correspond pour le sens et l'emploi au finnois johtuen siitä, että. Étant donné que suppose que la chose est connue, du fait que n’a pas cette nuance :

Du fait que l’été a été si pluvieux, les légumes n’ont pas bien poussé dans mon potager.
Le symbole chimique du mercure, Hg, vient du mot latin hydragyrum qui signifie argent liquide, du fait qu’il s’agit du métal liquide à température ambiante le plus courant.
Est-ce que le sens du vers est plus important du fait qu’il se termine par une rime riche ?