Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Subordonnées circonstancielles » Circonstancielles causales
716. La locution causale c’est que

Le groupe c’est que forme une sorte de locution adverbiale figée, qui s’uti­li­se avec deux valeurs dif­fé­rentes.

1. Valeur explicative

En tête de phrase, c’est que introduit une explication à ce qui vient d’être dit, notamment dans la langue parlée ou dans un style non soutenu. On peut dire que cette locution est pra­ti­que­ment le synonyme dans la langue courante de la locution adverbiale en effet, qui est plutôt uti­li­sée dans la langue écrite. En fin­nois, elle a plusieurs équi­va­lents possibles : näet, nimittäin, asia on niin että..., ou mê­me l’enclitique -hAn, si l’ex­pli­ca­tion introduite par c’est que est considérée comme connue :

Ces derniers temps, je n’ai pas beaucoup écrit dans ce blog. C’est que j’avais un tas d’examens à la fac.
Il faudra pas mal de temps pour faire la liste des invités. C’est que notre famille est grande.
Finalement je n’ai pas participé au concours de violon. Et ne vais plus aux répétitions de l’orchestre. C’est que j’ai de moins en moins de temps et je n’ai pas eu le temps de me préparer.
Ma page perso était inachevée depuis trop longtemps, la voici enfin rafraichie. C’est que ce n’est pas si évident de se dévoiler, de se raconter, qui plus est au travers d’un écran.
Quoi ! C’est trop facile ? M’enfin. C’est que ce n’est pas si facile que ça en fait. J’ai besoin de préparation, de préliminaire quoi.

Dans le dernier exem­ple, c’est que est amené par m’enfin, qui signifie en substance « ce n’est pas vrai ». On peut paraphraser le tout de la façon suivante :

C’est trop facile ? Ce n’est pas vrai. En effet, ce n’est pas si facile que ça en fait.

La locution c’est que sert aussi à introduire la réponse à une question portant sur la cause :

Pourquoi tant de mouvements des cœurs autour d’une simple mort ? C’est que, dans ce coin d’Afrique, on l’aimait tellement, la petite institutrice du village.
Rien de plus commun pourtant que ces premières impressions d’étudiant, pourquoi alors ressasser ? C’est que le Beegroup n’a pas le monopole de la nostalgie désuète.

2. Forme pseudo-clivée variante de parce que

Combiné à une conditionnelle, c’est que est une variante de parce que dans une cons­truc­tion pseu­do-cli­vée (p. 517). Il ne faut pas confondre cet emploi de c’est que avec la cons­truc­tion pseudo-clivée ce que je sais, c’est que …, qui n’a pas de valeur explicative, et où le groupe c’est que se trouve en deuxième po­si­tion par rapport à l’élément détaché. L’uti­li­sation de c’est que apporte parfois une petite nuan­ce de sens par rapport à parce que et le groupe c’est que introduit davantage une explication, qui équi­vau­drait en finnois à se johtuu siitä, että, mais cette valeur n’est pas toujours très nettement mar­quée. Comparer :

Si je ne t’ai pas répondu au téléphone, c’est parce que j’étais en train de tondre le gazon. [simple cause].
Si je ne t’ai pas répondu au téléphone, c’est que j’étais en train de tondre le gazon. [explication]

Cette valeur peut se trouver renforcée en fonction du contexte. La phrase précédente :

Si je ne t’ai pas répondu au téléphone, c’est que j’étais dehors en train de tondre le gazon.

peut signifier aussi : « [Je n’ai pas répondu ?] La seule explication possible est que j’étais en train de tondre le gazon ». En finnois, elle peut se traduire de deux manières dif­fé­ren­tes :

Sen takia en vastannut puhelimeen, koska olin ulkona ajamassa nurmikkoa.
Enkö vastannut puhelimeen? Se johtuu varmaan siitä, että olin ulkona ajamassa nurmikkoa.

Autres exem­ples :

En fait si vous n’arrivez pas à vous expliquer, c’est que vous n’avez pas les idées très claires.
Si les Lausannois ont refusé la cons­truc­tion de ce pont, c’est qu’ils ont compris que c’était une fausse solution.
Si les employés de l’usine font grève, c’est qu’ils ont de bonnes raisons.
S’il y a des jeunes qui dérapent, c’est qu’ils ont été mis de côté, marginalisés.
Si des enseignants ont besoin d’un diagnostic pour accepter quelqu’un qui est différent, c’est qu’ils n’ont pas la vocation.

L’élément thématisé sur lequel porte l’explication n’est pas forcément exprimé par une pro­po­si­tion introduite par si, il peut ressortir du contexte :

Mais les gens qui restent là sans rien dire, c’est qu’ils ont la conscience pas bien propre.
Tu choisis délibérément de ne pas répondre pour ne pas y accorder crédit, et c’est que tu n’as pas d’arguments.

C’est que peut aussi avoir une valeur exclamative (p. 577 §5).