Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Subordonnées circonstancielles » Circonstancielles causales
717. Participiales, ponctuation, équi­va­lents pré­po­si­tionnels

1. Proposition participiale

La cause peut aussi très fréquemment s’exprimer à l’aide d’une proposition participiale (voir p. 484). Le principe général est le mê­me en français et en finnois, sauf qu’en français, le par­ti­ci­pe peut éga­le­ment se mettre à la forme négative (p. 482), ce qui n’est pas possible en finnois. En général, une participiale à va­leur essentielle est antéposée, la participiale à valeur explicative est postposée :

Ayant obtenu d’excellentes notes au bac, elle a été admise sans problème à l’université.
Le temps étant trop mauvais, le match de football a été reporté.
Étant trop paresseux pour t’écrire, je te téléphone.
La neige étant tombée en abondance, la piste était en excellent état.
N’ayant pas supporté d’être critiqué devant tous ses collègues, l’employé a fait une dépression nerveuse.
Nous avons dû rebrousser chemin, le sentier ayant été rendu impraticable par des éboulements de rochers.

2. Ponctuation

La ponctuation fournit souvent un moyen simple et élégant d’exprimer la cause, notamment en uti­li­sant le deux-points. Ce deux-points est la transcription à l’écrit d’une intonation explicative à l’oral : on fait une pause et on pour­suit la phrase un ton plus bas :

Je n’ai pas pu faire de ski : j’ai oublié mes chaussures.
Le voyage a été annulé : il n’y avait pas assez de participants.
Elle était très bronzée : elle skiait tous les jours sur le lac.

3. Équivalents pré­po­si­tionnels

Les pré­po­si­tions exprimant la cause sont relativement nombreuses : à cause de exprime en général une cause considérée comme négative (paresse, accident, retard, etc.). À l’oral, c’est cependant la pré­po­si­tion la plus fréquente, sans valeur forcément négative. À l’écrit, quand on veut exprimer une cause positive, on uti­li­se grâce à. Les locutions du fait de / en raison de sont de nuance « neutre » et s’uti­li­sent essen­tiel­le­ment à l’écrit. En cas de grève des trains, le voya­geur resté bloqué à la gare dira ainsi à cause de la grève, tandis que la SNCF écrira sur un avis en raison de la grève :

À cause de la grève, je suis arrivé en retard.
En raison de la grève, les trains ne circuleront pas entre 20 h et 23 h.
Du fait de ses antécédents judiciaires, il n’a pas bénéficié du sursis.
Philippe à remporté ce rallye sans grand suspense du fait de l’abandon de Simon Jean-Joseph dans l’ES12.

Les pré­po­si­tions pour, sous prétexte de, pour cause de ont ceci de particulier qu’elles sont suivies de l’ar­tic­le zéro (voir p. 81 §2) :

Le restaurant est fermé pour rénovation.
Il a été condamné pour usage de faux.
Sous prétexte de maladie, il n’a pas encore terminé son livre.
L’usine est fermée pour cause d’incendie.
Le bus passe par un autre chemin pour cause de travaux.

717. Les pré­po­si­tions à sens causal
à cause de takia (valeur négative)
en raison de, du fait de johdosta (valeur neutre)
grâce à ansiosta (valeur positive)
pour (+ article zéro) johdosta, tähden
pour cause de (+ article zéro) johdosta, tähden