Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Subordonnées circonstancielles » Finales et consécutives
720. Subordonnées finales conjonctives

1. Généralités

Dans le cas des sub­or­don­nées cir­cons­tan­cielles exprimant le but, il est moins facile de donner des règles fondées sur la position de la sub­or­don­nées (CircAP ou CircPP) permettant de choisir la bonne con­jonc­tion en français, car l’influence de la position de la cir­cons­tan­cielle par rapport à la principale n’est pas aussi déterminante ou éclairante. Heureusement, la grande variété apparente de conjonctions recouvre seu­le­ment deux cas d’emploi, et les variantes sont es­sen­tiel­lement stylistiques.

Le français dispose d’un assez grand nombre de locutions conjonctionnelles exprimant le but, auquel s’oppose en finnois un nombre très réduit de conjonctions :

pour que, afin quejotta
de sorte / de manière / de façon que jotta
de telle manière / de telle sorte / de telle façon que siten että, se(llainen) että; jotta
de peur que, de crainte que jottei
que jotta après impératif ou question

Dans les sub­or­don­nées finales introduites par une locution conjonctionnelle contenant le mot que, le mode est toujours le subjonctif.

2. Pour que, afin que, de sorte/de manière que

Ces conjonctions ont toutes un sens équi­va­lent et correspondent à jotta. Les dif­fé­ren­ces sont les sui­van­tes :

– pour que et afin que peuvent introduire une CircAP ou CircPP. En position antéposée, la cir­cons­tan­ciel­le est essentielle, en position postposée elle est soit essentielle soit explicative. Il n’y a aucune dif­fé­ren­ce de sens. Pour que s’uti­li­se dans la langue courante (oral et écrit), afin que est du domaine de l’écrit et dé­tonne légèrement à l’oral :

Pour que vous puissiez suivre plus facilement, j’ai préparé un polycopié détaillé.
Pour une fois, nous sommes restés l’été en Finlande, pour que nos amis français puissent venir découvrir le pays.
Il faudra prévoir encore des fleurs sur la table, afin que tout soit parfait pour le banquet.
Afin que nous puissions nous faire une meilleure idée de la situation financière, des experts nous ont préparé un rapport sur la question.

– de manière que, de sorte que, de façon que introduisent des CircPP et sont uti­li­sées dans la langue écrite, com­me variantes purement stylistiques (aucune dif­fé­ren­ce de sens) d’afin que/ pour que. La variante de sorte que est légèrement plus fréquente que les deux autres. La valeur oscille entre cir­cons­tan­cielle explicative et cir­cons­tan­cielle essentielle, et, dans ce dernier cas, de sorte que, de manière que, de fa­çon que sont employés dans le mê­me sens que les locutions correspondantes formées avec tel (voir §3) :

Nous avions fait abattre un grand sapin dans la cour, de façon qu’il y ait plus de soleil.
Une sauvegarde complète de vos fichiers cryptés est toujours conservée sur nos serveurs, de sorte qu’ils puissent toujours être consultés et restaurés.
Pour votre confort visuel, veillez éga­le­ment à disposer l’écran ou les objets autour de l’écran de façon qu’il y ait le moins possible de reflets.
On détermina les meilleures méthodes pour saboter un avion ou une automobile de manière qu’il fût impossible de découvrir la cause réelle de l’« accident ».

3. De telle sorte / manière / façon que, de manière à ce que

Les locutions conjonctionnelles de telle sorte que, de telle manière que ou de manière à ce que, de telle façon que introduisent des CircPP essentielles. Elles correpondent à des tournures fin­noi­ses où on em­ploie des adverbes ou adjectifs formés sur se(llainen) annonçant la con­jonc­tion että suivie du conditionnel (konditionaali), par exem­ple siten / sillä tavalla / sel­lai­sek­si… että ou aussi jotta. Aucune des variantes n’est vrai­ment moins fréquente qu’une autre, mais dans la lan­gue courante, on peut dire que de manière à ce que est un peu plus uti­li­sé que les autres :

Les commandes manœuvrées à la main devraient être conçues de telle manière que le mouvement de la main corresponde au mouvement de la machine.
Il y a lieu d’élaborer les mesures dans ce secteur de telle manière que les missions sociales de la Communauté visées à l’article 2 du traité, à savoir un niveau d’emploi et de protection sociale élevé, soient éga­le­ment réalisées en tant qu’objectifs.
Organise ton emploi du temps de manière à ce qu’au moins un weekend sur deux soit libre.
Comportez-vous de telle sorte que vos amis puissent prendre votre défense, mais sans jamais avoir à le faire.
Ledit dispositif doit être conçu et réalisé de telle façon que cette mise hors service prenne automatiquement fin dès que le véhicule reprend sa marche.

Les locutions conjonctionnelles de telle sorte que, de telle manière que peuvent aussi avoir un sens consécutif. Elles commandent alors l’in­di­ca­tif (p. 726 §3).

4. De peur que, de crainte que

Ces deux locutions conjonctionnelles introduisent généralement une CircPP (l’emploi en CircAP est ce­pen­dant possible aussi) et expriment un but qu’on veut éviter et correspondent pour le sens à pour que … ne pas (en finnois jottei), autrement dit « pour éviter que… ». À l’écrit, le verbe est précédé d’un ne ex­plé­tif (p. 565) :

Les jumeaux mettaient toujours des vêtements différents, de peur qu’on ne les confonde.
L’acteur avait mis une fausse barbe, de peur qu’on ne le reconnaisse dans la foule.
Les pompiers ont évacué le voisinage, de crainte que l’incendie ne fasse encore plus de victimes.

Le ne explétif n’a pas en lui-mê­me un sens négatif, c’est la conjonction qui exprime l’idée d’une chose qu’on ne veut pas voir se produire. En ajoutant un adverbe négatif sur le modèle ne…pas, on « neutralise » l’idée négative :

L’employée parlait lentement avec le boursier étranger, de crainte qu’il ne comprenne pas ce qu’elle disait.
En arrivant au studio, l’acteur avait enlevé sa fausse barbe, de peur qu’on ne le reconnaisse pas.

Ces deux locutions conjonctionnelles s’uti­li­sent essentiellement dans la langue écrite. Dans la langue cou­ran­te, on uti­li­se tout simplement pour que … ne pas (et dans la langue parlée, pour pas que, voir §4) :

Les jumeaux mettaient toujours des vêtements différents, pour qu’on ne les confonde pas.

5. Pour pas que

Dans la langue parlée, au lieu de la forme pour que … ne pas, on uti­li­se encore plus couramment la forme pour pas que (réalisée oralement sous la forme d’une conjonction en deux syllabes [puʁpak]), suivie du sub­jonctif :

Les deux jumeaux mettaient toujours des vêtements différents, pour pas qu’on les confonde.
Ça, c’est des salades qu’on raconte aux pauvres pour pas qu’ils se révoltent !
Comment faire pour pas qu’on détecte mon adresse IP ?
Faut que le prix soit raisonnable, pour pas qu’on ait l’impression de se faire avoir.
La solitude est ma petite sœur/Pour pas qu’elle crie, pour pas qu’elle pleure/Je l’amène souvent au cinéma [Chanson de R. Charlebois].

6. Que à valeur finale

Dans la langue parlée, on uti­li­se fréquemment que avec une valeur de but après un impératif ou une phra­se contenant une injonction claire ou cachée. Dans cet emploi, que introduit exclusivement une CircPP ex­pli­ca­tive :

Viens voir ici, que je te remette ton bonnet comme il faut.
Mets la radio plus fort, qu’on entende quelque chose !
Alors, quand est-ce que tu fais une fête, qu’on s’amuse un peu !
Donne-moi ça, que je jette un coup d’œil.
Déplacez votre voiture, que je puisse enfin sortir du garage !