Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Subordonnées circonstancielles » Finales et consécutives
722. L’in­fi­ni­tif après les verbes de mouvement

1. Fonctionnement

Comme en finnois dans les cons­truc­tions du type tulla/mennä -mAAn, en français l’in­fi­ni­tif peut dé­pendre di­rec­te­ment d’un verbe de mouvement sans l’intermédiaire d’une pré­po­si­tion. La cons­truc­tion in­fi­ni­tive a alors une nuance de but, comme si une pré­po­si­tion pour était sous-en­ten­due. Comme dans le cas des cir­cons­tancielles in­fi­ni­tives en général, le sujet logique de l’in­fi­ni­tif doit être le mê­me que celui du verbe dont l’in­fi­ni­tif dépend :

Il est sorti balayer la cour.
Je descends chercher le courrier.
Je passerai vous voir ce soir.
Il est venu nous rendre visite.
Sortons écouter le bruit du vent.
Il a fallu retourner en ville chercher un cadeau que nous avions oublié.

La dif­fé­ren­ce de sens n’est pas toujours facile à saisir, mais on peut donner comme règle générale que sans pour, l’in­fi­ni­tif exprime plutôt le mouvement (en finnois -mAAn), tandis que la cons­truc­tion avec pour exprime plus nettement le but (finnois -kse- + suffixe possessif) :

J’étais parti acheter de nouveaux pneus et je suis tombé en panne d’essence.
J’étais parti pour acheter de nouveaux pneus et ... je suis revenu avec une nouvelle voiture !
Il était parti en ville pour acheter des vêtements, mais il est revenu avec une télévision.
Elle est sortie pour vérifier la couleur du tissu à la lumière naturelle.
Beaucoup de gens étaient venus de loin faire la queue pour acheter un billet pour le concert.
Je ne suis pas venu pour vous annoncer seulement de bonnes nouvelles.

2. Conditions d’emploi

Cette cons­truc­tion peut s’uti­li­ser aux conditions suivantes :

  1. le sujet doit être animé ;
  2. le verbe à l’in­fi­ni­tif ne peut pas être un verbe de mouvement ni de modalité (vouloir, devoir, pou­voir) ;
  3. le verbe à l’in­fi­ni­tif ne peut pas être un verbe statif (être, rester).

Cette cons­truc­tion est éga­le­ment possible dans la langue courante ou parlée après le verbe rester, bien qu’il ne soit pas considéré comme un verbe de mouvement, notamment dans :

Reste manger chez nous !
Il ne veut pas que je reste dormir chez lui.

Introduit par à, l’in­fi­ni­tif après rester indique une action non achevée et signifie « continuer à faire » :

Je suis resté à regarder le film.
Nous sommes restées longtemps à bavarder autour du feu de camp.

Inversement, en français, contrairement au finnois saapua, arriver n’est pas un verbe de mouvement et ne peut pas être suivi d’un in­fi­ni­tif di­rec­te­ment (il faut uti­li­ser venir) :

Tervetuloa esitelmöitsijällemme, joka on saapunut puhumaan meille informaatioteknologiasta Ranskassa. →
J’ai le plaisir de vous présenter notre conférencier, qui est venu nous parler des technologies de l’information et de la communication en France [et non pas qui *est arrivé nous parler...].