Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Subordonnées circonstancielles » Finales et consécutives
729. Remarques sur les consécutives

1. Sens de tellement

Dans la partie introduite par tellement, le sens de tellement ne peut s’interpréter que par rapport à la proposition qui précède. Si on supprime cette proposition, la partie introduite par tellement devient agram­maticale, car en dehors de ce contexte consécutif, l’adverbe tellement ne peut pas figurer en tête de phrase : *Tellement il a plu. *Tant j’ai eu de problèmes. Ces phrases peuvent toutefois être isolées par un point de la proposition à laquelle elles sont rattachées ; elles restent cependant logiquement liées à la phrase ou au contexte qui précède.

À la fin, on a dû carrément fermer les fenêtres ! Tellement l’odeur de soufre était forte.

2. Attention à la valeur du finnois sellainen

En finnois, sellainen, littéralement « tel », peut servir à la fois d’adjectif à valeur consécutive annonçant une sub­or­don­née consécutive (exem­ple 1), comme en français, et de déterminant cataphorique (p. 610) annon­çant une relative (exem­ple 2) :

(1) Se oli sellainen pettymys, että tulen sen muistamaan pitkään.
C’était une telle déception que je m’en souviendrai longtemps.
(2) Se pitäisi järjestää sellaisena iltana, jolloin kaikki pääsevät tulemaan, ei siis viikonloppuisin.
Il faudrait l’organiser un soir où tout le monde peut venir, donc pas le weekend.

Autrement dit, en finnois, sellainen peut avoir une valeur intensive, et dans ce cas il correspond ef­fec­ti­ve­ment à un tel… que. Mais quand sellainen sert de cataphorique introducteur de proposition relative, cons­truc­tion qui n’existe pas en tant que telle en français, l’équi­va­lent de sellainen est l’article indéfini un, et en acun cas tel. La phrase suivante est agrammaticale en français :

*Je cherche un tel livre qui soit facile à lire pour un enfant de 10 ans.

Il y a un moyen simple de distinguer les deux cons­truc­tions : les consécutives sont introduites par että, les relatives par un pronom relatif, en résumé :

sellainen… joka = un… qui/que
sellainen… että = tel… que

3. Assez pour, suffisamment pour

Dans les cons­truc­tions consécutives du type assez pour… que, l’élément pour n’est pas in­ter­chan­gea­ble avec la locution afin de, qui est uniquement finale. Ainsi, il est im­pos­sible de rem­pla­cer assez (...) pour que par la forme trompeusement similaire suffisamment *afin que, erreur parfois constatée dans les écrits d’étudiants FLE. La forme suffisamment (…) pour, qui a une va­leur consécutive, est possible :

Ce problème n’a pas été étudié suffisamment *afin qu’on puisse en tirer des conclusions certaines.
Forme correcte :
Ce problème n’a pas été étudié suffisamment pour qu’on puisse en tirer des conclusions certaines. /
Ce problème n’a pas assez été étudié pour qu’on puisse en tirer des conclusions certaines.