Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Subordonnées circonstancielles » Circonstancielles concessives
737.  Autres cons­truc­tions in­fi­ni­tives concessives

1. Pour + in­fi­ni­tif

La pré­po­si­tion pour peut introduire une in­fi­ni­tive concessive. Il s’agit en quelque sorte de l’équi­va­lent de si concessif (p. 735) et les conditions d’uti­li­sation sont les mê­mes : la concessive introduite par pour s’uti­li­se uniquement en position CircAP. Il faut se garder de confondre ce pour avec son équi­va­lent final (jotta). Le plus souvent, cette cons­truc­tion est employée avec le verbe être. Le finnois connait une cons­truc­tion similaire avec des in­fi­ni­tifs du genre ollakseen silti… Le sens concessif de pour est sys­té­ma­ti­que­ment souligné ou explicité dans la principale par néanmoins ou la cons­truc­tion n’en... pas moins etc. (voir p. 735). On emploie éga­le­ment, quoique moins fréquemment, des adverbes comme pourtant, encore :

Pour être douée, elle n’en est pas moins très paresseuse.
Pour être lent dans son travail, il est néanmoins efficace.
Colbert, soutenu par l’opinion, fit, dans des circonstances nouvelles et très avantageuses, une opération qui, pour avoir été critiquée, n’en mérite pas moins des éloges sans restriction.
Pour avoir été souvent négligée, cette cause ne se trouve pas moins au fond de beaucoup de conflits internationaux [= Bien qu’elle ait souvent été négligée...].

2. Quitte à + in­fi­ni­tif

La locution adverbiale quitte à suivie de l’in­fi­ni­tif est la version de la locution quitte à ce que (p. 733 §4) uti­li­sée dans les cas où le sujet de la sub­or­don­née est le mê­me que celui de la principale :

Avec cette tempête de neige, nous prendrons la route seulement demain, quitte à perdre une journée de location.
Tout le monde rit de quelqu’un dont on voit se moquer, quitte à le vénérer dix ans plus tard.
Si le planning est très serré, on adaptera en conséquence la nature et le nombre de ces points de contrôle, quitte à en supprimer quelques-uns.

Comme la locution conjonctive correspondante (quitte à ce que), le sens de cette cons­truc­tion n’est pas toujours très clair pour les usagers de la langue (p. 733 §4). Dans l’exem­ple suivant, elle est uti­li­sée dans le sens de puisque (de toute façon) :

Je suis contre la pub sur Internet, mais quitte à en avoir, autant qu’elle me présente des choses qui m’intéressent.