Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Subordonnées circonstancielles » Circonstancielles concessives
742. Remarques sur les cir­cons­tan­cielles concessives

1. Même si suivi du conditionnel

Le sens concessif de mê­me si apparait dans le fait que dans la langue courante, on voit assez souvent employer cette conjonction avec un conditionnel, en quelque sorte pour le dif­fé­ren­cier plus nettement du si uti­li­sé avec imparfait et de sens nettement hypothétique. On a relevé ain­si les exem­ples suivants :

Même si l’économie devrait afficher une croissance d’environ 6 % cette année (7,6 % en 2005), l’image de la Turquie à l’étranger pourrait se dégrader (Le Monde 2.9.2006).
Il s’agit d’une « tempête d’une ampleur et d’une intensité peu communes », mê­me si elle devrait être moins forte que celles de décembre 1999 (Le Figaro en ligne, 27.2.2010)

Ces tournures sont assez maladroites, parce qu’en principe le conditionnel est interdit après si. Elles s’expliquent probablement par le fait que le subjonctif présent uti­li­sé après une locution concessive com­me bien que ne rend pas l’idée de potentialité exprimée par devoir :

?Bien que l’économie doive afficher une croissance d’environ 6 % cette année (7,6 % en 2005), l’image de la Turquie à l’étranger pourrait se dégrader.
Il s’agit d’une « tempête d’une ampleur et d’une intensité peu communes », ?bien qu’elle doive être moins forte que celles de décembre 1999.

On aurait pu par exem­ple uti­li­ser une tournure avec mê­me si exprimant un fait réel (p. 733 §2), par exem­ple mê­me s’il est prévu que, car c’est bien l’idée que ce bien que + conditionnel cherche en fait à ex­pri­mer, ou une autre cons­truc­tion avec complétive ne demandant pas le subjonctif et qui permet d’ex­primer plus nettement la valeur de futur :

Même s’il est prévu que l’économie affiche [subjonctif] une croissance d’environ 6 %… /
Bien que l’on estime que l’économie affichera une croissance d’environ 6 % cette année (7,6 % en 2005), l’image de la Turquie à l’étranger pourrait se dégrader.
Il s’agit d’une « tempête d’une ampleur et d’une intensité peu communes », mê­me s’il est probable/prévu qu’elle sera moins forte que celles de décembre 1999.

2. Bien que suivi du conditionnel

D’une manière générale, l’emploi du conditionnel est impossible dans les concessives in­tro­dui­tes par bien que, alors qu’il est fréquent en finnois après vaikka. On entend pourtant assez fréquemment des phrases avec bien que suivi du conditionnel (fréquent à l’oral), mais c’est en principe in­cor­rect :

La direction de l’axe magnétique dans l’espace change donc constamment et rapidement, mais n’est jamais orientée vers le soleil bien que ce serait brièvement possible à d’autres points de l’orbite de la planète [extrait d’un traité d’astronomie].
Ils ont sans doute eu raison de rentrer, bien que ça aurait été intéressant de passer un an à l’étranger.

Si on veut absolument exprimer le conditionnel dans un contexte concessif, on peut couper la phrase et uti­li­ser une cons­truc­tion paratactique avec adverbe :

La direction de l’axe magnétique dans l’espace change donc constamment et rapidement, mais n’est jamais orientée vers le soleil ; ce serait cependant brièvement possible à d’autres points de l’orbite de la planète.
Ils ont sans doute eu raison de rentrer ; ça aurait pourtant été intéressant de passer un an à l’étranger.

À l’écrit, on uti­li­se le subjonctif, qui contient l’idée de futur/éventuel/irréel :

La direction de l’axe magnétique dans l’espace change donc constamment et rapidement, mais n’est jamais orientée vers le soleil bien que cela soit brièvement possible à d’autres points de l’orbite de la planète
Ils ont sans doute eu raison de rentrer, encore que / quoique à mon avis il eût été intéressant de passer un an à l’étranger.

3. Savoir interpréter les formes erronées

L’apprenant FLE ne doit pas s’étonner de trouver des « variantes » de toute sorte dans tout type d’écrit. On a tôt fait, en consultant Internet par exem­ple, ou en lisant la presse écrite, de récolter des centaines d’exem­ples de productions erronées qui montrent clairement à quel point ces cons­truc­tions sont difficiles à maitriser pour les francophones. On a ainsi relevé sur Internet (mai 2012) les séquences suivantes :

*quelque soient les |... > plus de 400 occurrences (forme attendue : quels que soient les / quelles que soient les)
*quelqu’ils soient |... > > plus de 400 occurrences (forme attendue : quels qu’ils soient)
*quelqu’elles soient |... > près de 500 occurrences (forme attendue : quelles qu’elles soient)
*quelle que adjectif que |... > plus de 100 occurrences (forme attendue : quelque adjectif que)

On a mê­me trouvé plusieurs dizaines d’occurrences de la suite complètement agrammaticale

*quelque qu’il soit /* quelque qu’elle soit ou *quelques qu’ils soient /*quelques qu’elles soient

où la forme erronée n’est mê­me plus à mettre sur le compte de l’homophonie [kɛlk(ə)], puisqu’il s’agit d’une forme hybride [kɛlkəkɛl] ou [kɛlkəkil] (un cas d’hypercorrectisme, s’il en est).