Vous êtes ici » Les propositions subordonnées » Subordonnées circonstancielles » Circonstancielles comparatives
765. Les cir­cons­tan­cielles comparatives : cons­truc­tions conjonctives

1. Conjonctions de comparaison

Les circonstancielles comparatives introduites par une conjonction ou locution conjonctionnelle ne pré­sen­tent pas de grandes dif­fi­cul­tés par rapport au finnois. Ces conjonctions ou locutions con­jonc­tion­nelles sont les suivantes :

comme kuin, kuten
ainsi que kuin, kuten
de mê­me que samalla tavalla kuin
aussi bien que kuten myös
autant que yhtä paljon kuin
plutôt que pikemmin kuin, mieluummin kuin
comme si aivan kuin, ikään kuin, kuin + conditionnel
tel(le) que sellainen / samanlainen… kuin

2. Mode indicatif

Les subordonnées cir­cons­tan­cielles peuvent être antéposées ou postposées par rapport à la principale. Dans les subordonnées postposées, on reprend souvent l’idée de la principale avec Le P3 à antécédent non GN le (on le trouve aussi en prolepse dans des cir­cons­tan­cielles antéposées). Le mode de la subordonnée est toujours l’indicatif, jamais le subjonctif :

Tout s’est passé comme je l’avais prévu.
Tout s’est passé ainsi que je l’avais prévu.
De mê­me qu’il y a la musique et les musiciens, il y a les mathématiques et les mathématiciens.

3. Comme si

Comme dans toutes les propositions introduites par un si conditionnel, après comme si à valeur con­di­tion­nel­le, on uti­li­se l’imparfait/plus-que-parfait, jamais le conditionnel. En finnois, on uti­li­se souvent kuin tout seul ou aivan kuin suivi du conditionnel. On dit rarement kuin jos ou ikään kuin jos. En français, en revanche, il faut toujours exprimer le mot si (comme si), on ne peut pas em­ployer comme seul dans ce sens :

Comme s’ils n’avaient pas encore assez de problèmes, ils ont appris que leur chalet avait été cambriolé.
On fait comme si le comportement électoral dépendait des prophéties des sondages, comme si les électeurs s’ajustaient sur les estimations.
En entendant ces derniers mots, ils furent tous pris d’une telle épouvante qu’ils s’enfuirent comme s’ils avaient eu le diable à leurs trousses.
Comme si c’était aussi simple !
Le Japon comme si vous y étiez ! [titre de publicité]

On peut aussi uti­li­ser comme si avec d’autres temps verbaux :

C’est un peu comme si tu prends une assurance auto au tiers, avec donc une indemnisation uniquement si tu n’es pas responsable.
C’est comme si tu prends quelqu’un qui n’a jamais skié et tu lui demandes de descendre la piste.
Couper la botte de persil en petites lamelles (comme si vous faites du taboulé).
Les étrangers boivent du thé comme s’ils prennent un plat, mais nous, nous en buvons continuellement.

4. Plutôt que de

La conjonction plutôt que est suivie uniquement d’une cons­truc­tion infinitive introduite par le subordonnant de. Elle ne peut donc s’uti­li­ser que si le sujet de la cir­cons­tan­cielle est le mê­me que celui de la prin­ci­pa­le :

Plutôt que de me saluer, il a préféré se plonger dans la lecture du journal.
Depuis cette tragédie, il préfère boire plutôt que de faire face à la situation.
Plutôt que de démolir, ils ont choisi d’embellir.
Plutôt que de dessiner le portrait artificiel d’un jeune « moyen », le comité a dis­tin­gué six ensembles de réponses, chacune représentée par un symbole.
Cette association préconise de détruire les médicaments non uti­li­sés plutôt que de les recycler dans l’humanitaire.