Guide de grammaire française
pour étudiants finnophones

  Index alphabétique

Le passif

La formation du passif

Des temps composés

Complément direct obligatoire

Le com­plé­ment d’agent

Verbes avec sujet postposé

Emploi du passif

Constructions avec pronom conjugateur il

Verbes à pronom réfléchi

Les auxiliaires de passivation se voir et se faire

Conjugaison au passif du verbe admettre

La forma­tion du pas­sif

Dans la con­ju­gai­son des ver­bes, on distingue deux « voix » (pääluokka)  : la voix active et la voix pas­si­ve. On dit aus­si cou­ram­ment « l’actif » et « le pas­sif » (au mas­cu­lin).

Le passiivi finnois n’est pas une for­me ver­bale similaire au pas­sif en fran­çais ou en anglais. Les deux grandes dif­fé­ren­ces sont que le passiivi n’a pas de su­jet exprimé (le su­jet est impersonnel) et pas de com­plé­ment d’agent (agenttiadverbiaali).

En fran­çais, le pas­sif présente beau­coup de similitudes avec le pas­sif en anglais (ou en allemand, italien, espagnol…) et n’est donc pas une nouveauté ni une très gran­de difficulté pour les étudiants finnophones. Il y a ce­pen­dant cer­tai­nes dif­férences entre le pas­sif en fran­çais et en anglais, et l’influence de l’anglais pro­vo­que assez sou­vent des er­reurs chez les finnophones dans l’ex­pres­sion écrite.

Règles gé­né­rales

Une phra­se avec un ver­be au pas­sif est ha­bi­tu­el­le­ment le résultat de la trans­for­ma­tion d’une phra­se avec un ver­be à la for­me active. Dans la trans­for­ma­tion pas­si­ve  :

1) le com­plé­ment direct du ver­be (CVD) actif devient le su­jet du ver­be à la for­me pas­si­ve  ;

2) le su­jet du ver­be actif devient le com­plé­ment d’agent (agenttiadverbiaali) du ver­be à la for­me pas­si­ve (voir ci-des­sous) :

Rossini (su­jet) a com­po­sé le Barbier de Séville (CVD). →
Le Barbier de Séville (su­jet) a été com­po­sé par Rossini (Agent).

De ces deux transformations découlent deux règles importantes à retenir  :

1) Le com­plé­ment du ver­be actif qui devient le su­jet du ver­be pas­sif ne peut être que le com­plé­ment direct du ver­be, pas un com­plé­ment pré­po­si­tionnel  ;

2) comme le com­plé­ment d’agent est in­tro­duit par une pré­po­si­tion (par), ce com­plé­ment d’agent peut être seu­le­ment un groupe nominal ou un pronom à la for­me pleine (moi, lui, elle, nous, eux etc.), et pas un pronom faible (je, tu, il, on, ils).

Auxiliaire être

Le pas­sif est tou­jours for­mé avec l’auxiliaire être et le par­ti­ci­pe passé, qui s’ac­cor­de en gen­re et en nombre. L’auxiliaire est au mê­me temps que serait le ver­be cor­res­pon­dant à la for­me active  : si le ver­be actif est par ex­em­ple à l’im­par­fait (imitait), l’auxiliaire être est à l’im­par­fait (était imité) :

ver­be actif au présent → auxiliaire être au présent + par­ti­ci­pe passé = présent du pas­sif
ver­be actif au futur → auxiliaire être au futur + par­ti­ci­pe passé = futur du pas­sif
ver­be actif au passé com­po­sé → auxiliaire être au passé com­po­sé + par­ti­ci­pe passé = passé com­po­sé du pas­sif

Schéma de la forma­tion du pas­sif

Le tableau sui­vant présente la ma­niè­re dont les dif­fé­rents temps de l’auxiliaire être sont uti­li­sés pour for­mer les dif­fé­rents temps du pas­sif.

in­di­ca­tif
présentelle aimeelle estaimé
elle aimeelle estaimée
elles aimentelles sontaimées
im­par­faitelle aimaitelle étaitaimé
passé simpleelle aimaelle futaimé
plus-que-parfaitelle avait aiméelle avait étéaimé
passé com­po­séelle a aiméelle a étéaimé
passé antérieurelle eut aiméelle eut étéaimé
passé surcom­po­séelle a eu aiméelle a eu étéaimé
futur simpleelle aimeraelle seraaimé
futur antérieurelle aura aiméelle aura étéaimé
conditionnel présentelle aimeraitelle seraitaimé
conditionnel passé elle aurait aiméelle aurait étéaimé
sub­jonc­tif
présentqu’elle aimequ’elle soitaimée
im­par­faitqu’elle aimâtqu’elle fûtaimée
passéqu’elle ait aiméqu’elle ait étéaimée
plus-que-parfaitqu’elle eût aimé qu’elle eût étéaimée
in­fi­ni­tif
présentaimerêtreaimé
passéavoir aiméavoir étéaimé
par­ti­ci­pe
présentaimantétantaimé
passéaiméaimé
for­me com­po­séeayant aiméayant étéaimé
Attention aux for­mes com­po­sées du ver­be être

Le pas­sif se for­me avec le ver­be être, mais les temps com­po­sés du ver­be être sont for­més avec l’auxiliaire avoir : j’ai été, elle avait été. Le conditionnel pas­sif de res­pec­ter est donc elle aurait été respectée, où le seul élément qui représente le ver­be être est le par­ti­ci­pe été.

L’utilisa­tion du ver­be aurait dans une for­me qui est censée se for­mer avec le ver­be être peut paraitre étrange pour les ap­pre­nants fin­no­pho­nes, qui ont fortement ten­dan­ce à dire dans ce cas *elle serait été respectée, er­reur favorisée par le fait qu’en fin­nois on uti­li­se uni­que­ment l’auxiliaire être (olla) dans la con­ju­gai­son des temps com­po­sés. Voir un ex­em­ple de con­ju­gai­son complète d’un ver­be au pas­sif (admet­tre) en bas de page.

Ne pas confondre ver­be actif intransitif et ver­be au pas­sif

L’auxiliaire être sert à for­mer les temps du pas­sif, mais il sert éga­le­ment pour for­mer les temps com­po­sés de ver­bes actifs intransitifs (sortir, monter, descendre, re­tourner…) :

ils sont partis  : passé com­po­sé de l’actif de partir = he ovat lähteneet
ils sont examinés  : présent du pas­sif d’examiner = heitä tutkitaan
ils étaient partis  : plus-que-parfait de l’actif de partir = he olivat lähteneet
ils étaient examinés  : im­par­fait du pas­sif d’examiner = heitä tutkittiin

Il faut donc éviter de confondre les for­mes de l’actif et du pas­sif. En comparant les deux ta­bleaux sui­vants, on constate que les temps com­po­sés des cer­tains ver­bes (peu nom­breux) qui peuvent être intransitifs ou transitifs comme entrer, sortir, descendre, monter etc. (voir La con­ju­gai­son des ver­bes) peu­vent être iden­ti­ques ; mais l’un est un ver­be actif, l’au­tre un ver­be pas­sif :

Com­pa­rai­son pas­sif et temps com­po­sés des ver­bes actifs intransitifs
infinitifactifpas­sif
présent sortir être sorti
passé être sorti avoir été sorti
infinitifactifpas­sif
présent elle sort elle est sortie
hänet viedään ulos
passé com­po­sé elle est sortie
hän meni ulos
elle a été sortie
hänet vietiin ulos

Une telle identité n’exis­te pas dans le cas des ver­bes se conjuguant avec avoir, dont tou­tes les for­mes du pas­sif sont dif­fé­ren­tes de celles de la voie active :

Com­pa­rai­son pas­sif et temps com­po­sés des ver­bes actifs transitifs
infinitifactifpas­sif
présent apporter être apporté
passé avoir apporté avoir été apporté
infinitifactifpas­sif
présent elle apporte elle est apportée
passé com­po­sé elle a apporté elle a été apportée

Les temps du pas­sif sont tou­jours des temps com­po­sés

Deux élé­ments au minimum

Contrairement au passiivi en fin­nois, en fran­çais, les temps du pas­sif sont tou­jours des temps com­po­sés, for­més de l’auxiliaire être et d’un par­ti­ci­pe passé. Le présent est aus­si un temps com­po­sé. Aux temps simples du pas­sif (présent, im­par­fait, etc.), le ver­be comporte donc tou­jours au moins deux élé­ments, et aux temps com­posés (passé com­po­sé, futur antérieur etc.), il y a au moins trois élé­ments. Atten­tion aux dif­fé­ren­ces avec le fin­nois :

häntä tarkkaillaan1 élé­mentil est observé 2 élé­ments
häntä tarkkailtiin 1 élé­mentil était observé 2 élé­ments
häntä tarkkailtiin 1 élé­mentil a été observé 3 élé­ments
häntä on tarkkailtu 2 élé­mentsil a été observé 3 élé­ments
häntä oli tarkkailtu 2 élé­mentsil avait été observé 3 élé­ments

Sous l’influence du passiivi fin­nois, l’er­reur fré­quente est d’oublier un (ou deux) élé­ment(s) « supplé­men­tai­re(s) » par rapport à la for­me fin­noise, et, no­tam­ment, d’uti­li­ser un présent du pas­sif à la place d’un pas­sé com­po­sé :

Kuninkaallinen Turun Akatemia perustettiin vuonna 1640.
L’Académie royale de Turku a été fondée en 1640.
[et non pas : *est fondée, qui si­gni­fierait perustetaan]

Kartano myytiin viime vuonna yksityishenkilölle.
Le manoir a été vendu l’an dernier à un par­ti­cu­lier.
[et non pas : *est vendu, qui si­gni­fierait myydään]

Apuraha on myönnetty vain kahdelle tutkijalle.
La bourse a été ac­cor­dée à deux chercheurs seu­le­ment.
[et non pas : *est ac­cor­dée, qui si­gni­fierait myönnetään]

Exem­ple authentique relevé dans… une gram­mai­re finlandaise : *Ce tableau est peint par Degas, ce qui si­gni­fie « Degas maalaa tätä taulua » alors que l’auteur voulait dire « Tämä taulu on Degas’n maalaama ». La for­me correcte est : Ce tableau a été peint par Degas. Autre exem­ple typique d’er­reurs de ce gen­re re­le­vées dans des travaux d’étudiants : Le manuel J’aime 4 *est édité [for­me correcte : a été édité] en 2016 et notre exemplaire est sorti en 2018.

Jusqu’à quatre élé­ments verbaux

Les temps simples du passiivi fin­nois correspondent donc tou­jours en fran­çais à un temps com­po­sé de deux ou de trois éléments :

Taloa maalataan. La maison est repeinte.
Talo maalattiin joka vuosi. La maison était repeinte tous les ans.
Talo maalattiin eilen. La maison a été repeinte hier.

Un temps com­po­sé du passiivi fin­nois, en deux élé­ments, correspond en gé­né­ral en fran­çais à un temps com­po­sé de trois élé­ments, ou mê­me quatre élé­ments (au passé sur­com­posé) :

Talo on maalattu punaiseksi. La maison a été repeinte en rouge.
Talo olisi maalattu keltaiseksi. La maison aurait été repeinte en jaune.
Quand la maison a eu été repeinte [passé surcom­po­sé du pas­sif de peindre] en jaune canari, les voisins se sont déchainés sur Facebook.

En anglais, on trouve éga­le­ment des for­mes de pas­sif avec quatre éléments : would have been painted, the matter will have been settled then.

Les in­fi­ni­tifs ou par­ti­ci­pes pas­sés pas­sifs (né­ga­tifs ou affirmatifs) sont éga­le­ment fré­quents :

63% des per­son­nes interrogées estiment ne pas avoir été for­mées à une uti­li­sa­tion économe des ressources. Ces conseils de prudence semblent bien ne pas avoir été entendus. N’ayant pas été détectée à temps, la fraude a fait perdre des millions à l’entreprise.

C’est éga­le­ment le cas en anglais avec des par­ti­ci­pes ou des infinitifs : without ha­ving been notified, ou it could not have been done.

Dans les cons­truc­tions in­fi­ni­tives avec semi-auxiliaires du type devoir, pouvoir, c’est l’in­fi­ni­tif qui se met au pas­sif, et non pas le semi-auxiliaire :

Cepen­dant, cer­tai­nes données ou informations présentes sur notre site peuvent ne pas avoir été créées ou structurées dans des fichiers ou des formats spécifiques. En cas de suspension critique, l’état du système peut ne pas avoir été com­plè­te­ment sauvegardé à cause d’un arrêt d’urgence. Pour obtenir qualité d’associé, la per­son­ne physique doit ne pas avoir été déclarée, selon la loi, incapable.

Important : le ver­be il faut ne peut pas être mis au pas­sif, parce que dans ce cas il n’est pas le su­jet sé­man­ti­que du ver­be. Voir ci-des­sous.

Complément direct (CVD) obli­ga­toi­re

Seul un CVD peut devenir su­jet du ver­be pas­sif

On peut met­tre au pas­sif uni­que­ment des ver­bes 1) qui ont un com­plé­ment direct et 2) qui ne sont pas des ver­bes à pro­nom réfléchi. Ce com­plé­ment direct devient le su­jet du ver­be au pas­sif, et le su­jet devient l’agent, in­tro­duit par la pré­po­si­tion par :

Les enfants pré­pa­reront le dessert. → Le dessert sera pré­pa­ré par les enfants. Le tremblement de terre a détruit les immeubles. → Les immeubles ont été détruits par le tremblement de terre. Le pilote aurait pu éviter la catastrophe. → La catastrophe aurait pu être évitée par le pilote. Le censeur remplacera le pro­vi­seur, qui est malade. → Le pro­vi­seur, qui est malade, sera remplacé par le censeur. Un grou­pe de touristes a retenu tout le restaurant. → Le restaurant a été retenu par un grou­pe de touristes.

Si le ver­be a un com­plé­ment pré­po­si­tionnel (CVP), il est impos­si­ble d’en faire le su­jet d’un ver­be au pas­sif et, donc, d’uti­li­ser le ver­be au pas­sif :

Le ministère de l’Éduca­tion nationale réfléchit à une réfor­me du baccalauréat. Ope­tus­mi­nis­teriö suunnittelee ylioppilastutkinnon uudistusta.

Dans cette phra­se, il est impos­si­ble de met­tre le ver­be réfléchir à au pas­sif (**une ré­for­me est réfléchie par le ministère est agram­ma­ti­cal). Si, dans cet exem­ple, on veut uti­li­ser une for­me pas­si­ve, la seule solu­tion est de changer de ver­be, et d’uti­li­ser par exem­ple envisager (harkita, suunnitella), qui admet un com­plé­ment direct :

Le ministère de l’Éduca­tion nationale envisage une réfor­me du baccalauréat. → Une ré­for­me du baccalauréat est en­vi­sa­gée par le ministère de l’Éduca­tion na­tio­na­le. Ope­tus­ministeriö harkitsee ylioppilastutkinnon uudistusta.

De mê­me, il est impos­si­ble de trans­for­mer le com­plé­ment direct d’un ver­be à pro­nom ré­flé­chi en su­jet du ver­be au pas­sif, mê­me si ce ver­be a par ailleurs une for­me non réfléchie qui peut recevoir un com­plé­ment direct :

Les enfants se rappellent très bien leurs arrière-grands-parents. [transforma­tion pas­si­ve impos­si­ble]

La raison en est que si un ver­be à pro­nom réfléchi a un com­plé­ment direct ex­pri­mé, le pro­nom réfléchi ne peut ren­voy­er qu’à un com­plé­ment pré­po­si­tion­nel : il se (CVP) rappelle son grand-père (CVD) serait au pas­sif son grand-père est rap­pelé par lui *à lui.

Un com­plé­ment pré­po­si­tionnel ne peut pas
devenir le su­jet du ver­be au pas­sif

Dans les exem­ples sui­vants, le passiivi ne peut pas se traduire par un pas­sif en fran­çais, parce qu’un com­plé­ment pré­po­si­tionnel (in­tro­duit par une pré­po­si­tion, com­me le com­plé­ment pré­po­si­tion­nel du ver­be) ne peut pas devenir le su­jet du pas­sif :

Ainolle annettiin lahjaksi skootteri. = On a offert un scooter à Aino.
[Et non : **Aino a été offert un scooter, ou, pire : **Aino a été offerte un scooter].

Ministeriä kehotettiin eroamaan. = On a conseillé au ministre de démissionner. [conseiller à qqn] [Et non : **Le ministre a été conseillé de démissionner.]

Häntä ajatellaan usein suurena uudistajana. = On pense sou­vent à lui comme un grand réformateur. [penser à] ou bien : Il est sou­vent vu comme un grand réformateur. [Et non : **Il est sou­vent pensé comme un grand réformateur]

Hänet pyydetään sisään. = On lui demande d’entrer. [demander à qqn] [Et non : *Il est demandé d’entrer.]

Exemples typiques d’er­reurs de construction

Ces cons­truc­tions impos­si­bles en fran­çais sont tout à fait normales en anglais éga­le­ment, ce qui aug­men­te en­co­re le risque d’er­reurs chez les fin­no­pho­nes, vu la dif­fusion de l’anglais en Finlande, et cette règle est sou­vent oubliée par les fin­no­pho­nes dans l’ex­pres­sion écrite. Exem­ples d’er­reurs relevées dans des travaux d’étu­diants :

Dans l’ex­em­ple, les participants *sont rappelés d’uti­li­ser des salutations d’ou­ver­tu­re et de clôture. → Dans l’ex­em­ple, on rappelle aux participants d’uti­li­ser des sa­lu­ta­tions d’ouverture et de clôture.

La produc­tion orale dans l’enseignement de langues étrangères *a été ac­cor­dée as­sez peu d’attention. → On a ac­cor­dé assez peu d’atten­tion à la produc­tion orale…

Les élèves *sont appris à respecter l’égalité entre les dif­fé­ren­tes langues. → On ap­prend aux élèves à respecter l’égalité entre les dif­fé­ren­tes langues.

Les élèves *ont été demandés à colorier ou dessiner des images. → On demande aux élèves de colorier ou dessiner des images.

Les élèves *sont conseillés d’uti­li­ser les ex­pres­sions listées sur les pages de cou­ver­ture. → On suggère aux élèves d’uti­li­ser les ex­pres­sions listées sur les pages de couverture.

Ce manuel présente pourtant de nom­breux exercices dans lesquels les élèves *sont conseillés d’uti­li­ser les mains. → … de nom­breux exercices dans lesquels on con­seille aux élèves d’uti­li­ser les mains.

Un test d’ex­pres­sion orale *a été essayé d’insérer dans l’examen du baccalauréat. [traduc­tion quasi directe du fin­nois on pyritty sisällyttämään]On a tenté d’in­clu­re un test d’ex­pres­sion orale dans l’examen du baccalauréat.

Certaines de ces phra­ses pourraient éga­le­ment être rectifiées de façon assez sim­ple en utilisant un pas­sif impersonnel (voir ci-des­sous).

Exemple du ver­be demander

Il faut faire atten­tion aux ver­bes qui peu­vent avoir plu­sieurs structures de com­plé­menta­tion et plu­sieurs sens. En fonc­tion de ces dif­fé­ren­tes structures, le pas­sif est soit pos­si­ble, soit non. Le ver­be demander en est un bon exem­ple et il pro­vo­que sou­vent des con­fu­sions :

demander + com­plé­ment de ver­be direct : pyytää, pas­sif pos­si­ble :

demander une autorisa­tion pyytää lupa → L’autorisa­tion a été demandée. Lupaa on haettu. Ce produit est très demandé. Tämä tuote on hyvin kysytty.

demander + com­plé­ment de ver­be direct : pyytää jotakuta (jonnekin), pas­sif pos­si­ble avec le com­plé­ment de ver­be direct :

On demande M. Martin. → M. Martin est demandé à la caisse. Hra Virtasta pyy­de­tään kassalle.

demander + com­plé­ment de ver­be direct + com­plé­ment de ver­be pré­po­si­tion­nel : kysyä joltakulta, pas­sif pos­si­ble avec le com­plé­ment de ver­be direct :

demander un avis à qqn → Un avis a été demandé à des spécialistes. Lausunto on pyydetty asiantuntijoilta.

mais pas­sif impos­si­ble avec le com­plé­ment de ver­be pré­po­si­tion­nel :

*Les spécialistes ont été demandés un avis. Asiantuntijoilta pyydettiin lausunto.

La phra­se *Le spécialiste a été demandé un avis ressemble beau­coup à l’anglais (par ex­em­ple the experts were asked a range of ques­tions), mais elle est agram­ma­ti­cale en fran­çais (et de tou­te façon, en fin­nois on ne pourrait pas dire non plus *asiantuntijat pyydettiin lausunto, en gardant asiantuntijat au no­mi­natiivi). En revanche, dans ce cas, on peut uti­li­ser une cons­truc­­tion inversée : Il a été demandé un avis à un spécialiste (Lausunto on pyydetty asian­tun­ti­jalta), qui est sim­ple­ment une va­rian­te avec pro­nom conjugateur il et su­jet post­po­sé de l’exem­ple de la phra­se Un avis a été demandé à un spécialiste.

Exceptions

Cepen­dant, le CVD du ver­be prier (pyytää) dans la cons­truc­­tion prier qqn de faire qch peut être mis au pas­sif :

Teitä pyydetään sisään. Vous êtes prié d’entrer.

De mê­me, le CVP des ver­bes obéir et pardonner (obéir à quelqu’un, par­don­ner à quel­qu’un) peut devenir le su­jet du pas­sif :

Vous êtes pardonné. Annan teille anteeksi. Le sur­veil­lant veut être obéi sans dis­cus­sion.

En effet, au­trefois (en­co­re au XVIIe siècle, donc en fran­çais classique) les ver­bes obéir et par­donner se construisaient avec un com­plé­ment direct (obéir quelqu’un). Cette cons­truc­­tion directe survit en quel­que sorte au pas­sif, bien que, depuis cette époque, ces ver­bes soient devenus des ver­bes à com­plé­ment pré­po­si­tion­nel (se cons­truisant avec la pré­po­si­­tion à).

À noter ! Il faut faire atten­tion aux ver­bes qui peuvent avoir plu­sieurs structures de com­plé­menta­tion et plu­sieurs sens. En fonc­tion de ces dif­fé­ren­tes structures, le pas­sif est soit pos­si­ble, soit non. Le ver­be demander en est un bon exem­ple et il pro­vo­que sou­vent des con­fu­sions, voir ci-des­sous .

Le com­plé­ment d’agent

Préposi­tion par

Quand l’agent de l’ac­tion du ver­be pas­sif est ex­pri­mé, il l’est sous for­me d’un com­plé­ment d’agent, en finnois agenttiadverbiaali, qui est en gé­né­ral in­tro­duit par la pré­po­si­tion par :

La symphonie Kullervo a été com­po­sée par Sibelius. L’attentat a été commis par des indé­pen­dan­tis­tes. L’accident a été vu par deux témoins. L’usine a été oc­cu­pée par des manifes­tants.

Remar­que : dans cer­tains cas, dans le code écrit surtout, l’agent peut être in­tro­duit par la pré­po­si­tion de.

Pronom agent à la for­me pleine

Un pro­nom per­son­nel utilisé comme com­plé­ment d’agent est à la for­me pleine, comme tou­jours quand il est utilisé après une pré­po­si­tion :

J’ai écrit la lettre. → La lettre a été écrite par moi. Ils nous l’ont recommandé. → Il nous a été recommandé par eux.

L’uti­li­sa­tion du pro­nom per­son­nel comme agent est re­la­ti­ve­ment rare, mais, con­trai­re­ment à ce qu’af­fir­ment cer­tains manuels de gram­mai­re, elle est parfaitement pos­si­ble et nor­ma­le. Elle permet par exem­ple de focaliser l’agent :

La lettre a été écrite par moi [c’est-à-dire : et par per­son­ne d’au­tre].

Dans ce cas, on peut aus­si uti­li­ser une phrase cli­vée :

C’est moi qui ai écrit la lettre. Ce sont eux qui nous l’ont recommandé.

Sujet on ou pronom in­dé­fi­ni

Si le su­jet du ver­be actif est on, il n’est pas ex­pri­mé au pas­sif, car on est un pronom faible qui peut uni­que­ment être employé en fonc­tion de pro­nom su­jet (comme je et tu) :

On a interdit la vente des pétards avant le 30 décembre. → La vente des pétards a été interdite avant le 30 décembre. On a retrouvé la voiture uti­li­sée par les voleurs. → La voiture uti­li­sée par les voleurs a été retrouvée.

Mais on peut met­tre à la for­me pas­si­ve un ver­be dont le su­jet est un pro­nom in­dé­fi­ni de for­me pleine (quelqu’un, per­son­ne, beau­coup  etc.) :

Mon portefeuille a été retrouvé par quelqu’un dans le caniveau. La salle n’a en­co­re été réservée par per­son­ne. Les syndicats sont donc tou­jours perçus par cer­tains comme des « Robins des bois ». Cette décision a été vue par beau­coup comme un aveu d’échec.

Agent introduit par la préposi­tion de

Dans cer­tains cas, l’agent s’ex­pri­me avec la pré­po­si­­tion de. En général, c’est quand l’ac­tion ex­pri­mée par le ver­be n’a pas un effet direct sur « l’objet » de l’action (toi­min­nan kohde). Com­pa­rer :

(a) Il a été tué par son frère.
(b) Il est admiré de son frère.

Dans la phra­se (b), le su­jet Il n’est pas vraiment affecté (« trans­for­mé ») par l’ac­tion qu’ex­pri­me le ver­be. Pour cette raison, on uti­li­se de es­sen­tiel­le­ment après des ver­bes de sentiment : aimer, estimer, admirer, toucher (lii­kut­taa), détester, haïr, re­je­ter (hylätä) etc., ou qui ex­pri­ment une activité intellectuelle : connaitre, ou­blier, ac­cep­ter, ignorer etc., et ce surtout dans la lan­gue écrite :

Il était aimé de tous. Cet auteur était haï de ses contemporains. Cet acteur est connu de tous. Cet écrivain, célèbre au­trefois, est mort oublié de tout le monde.

On em­ploie éga­le­ment la pré­po­si­­tion de après des ver­bes indiquant une situa­tion dans l’es­pa­ce : pré­cé­der, suivre, entourer etc., surtout si l’agent est non animé. Dans ce cas-là, le ver­be équivaut à une construc­tion avec pré­po­si­tion :

En fran­çais, le nom est en général pré­cé­dé d’un ar­ti­cle = « Devant le nom, on met un ar­ti­cle. ». L’inaugura­tion sera suivie d’une récep­tion = « Après l’inauguration, il y aura une réception. » Le hall est entouré de [de = de + des, règle d’effacement] colonnes. Aula on reunustettu pylväillä. =  « Autour du hall, il y a des colonnes. » Le toit est couvert de neige = « Sur le toit, il y a de la neige ».

On peut ainsi essayer d’apprécier la dif­fé­ren­ce :

Ce vieux professeur était respecté de tous. (respecter kunnioittaa).
Les instructions du professeur n’ont pas été respectées par les élèves. (respecter noudattaa, toimeenpanna).

La jument était suivie par un bel étalon noir. Kaunis musta ori seurasi tammaa.
La jument était suivie d’un cheval noir. Tamman jälkeen tuli musta hevonen. [par ex­em­ple dans un concours hippique]

Après cer­tains ver­bes, on uti­li­se de quand le ver­be a un sens figuré. Com­pa­rer :

Bernard a été écrasé par un autobus. Bernard jäi linja-auton alle. Bernard est écra­sé de soucis. Bernard on huolien murtama. Le bateau a été saisi par les douanes. Tulli takavarikoi veneen. Il a été saisi d’un doute. Hänet valtasi epäily.

Remar­que : dans la langue cou­rante, on uti­li­se le plus sou­vent par, mê­me dans les cas dé­crits ci-dessus. Pour in­tro­duire un GN com­plé­ment d’agent d’un ver­be pas­sif, la pré­po­si­tion de s’uti­li­se surtout dans le code écrit ou dans des cas par­ti­cu­liers (sens figuré).

Ver­bes avec su­jet post­po­sé

Transformation pas­si­ve impos­si­ble

Quand le su­jet du ver­be est post­po­sé et que le ver­be est pré­cé­dé du su­jet con­ju­ga­teur il, ce pro­nom il ne peut pas être trans­for­mé en agent du ver­be pas­sif, puis­que ce n’est pas le véritable su­jet du ver­be, mais un simple mar­queur mor­pho­lo­gique de con­ju­gai­son. Le ver­be ne peut pas non plus être mis au pas­sif, puis­qu’il n’a pas de com­plé­ment direct :

Il manque plu­sieurs pages (= Plusieurs pages manquent). → transforma­tion pas­si­ve im­pos­sible

Dans cette phra­se, plu­sieurs pages est le su­jet (post­po­sé) du ver­be manque. Il n’y a au­cun com­plé­ment direct qui puisse devenir le su­jet du ver­be au pas­sif.

Falloir ne peut pas être mis au pas­sif

Pour les mê­mes raisons que ci-dessus, le ver­be il faut ne peut pas être mis au pas­sif, car le mot il est un pronom conjugateur, et l’élement qui suit il faut (il faut de l’eau, il faut penser à réserver à l’avance etc.) n’est pas le CVD du ver­be, mais le véritable su­jet du ver­be falloir.

L’er­reur fré­quente chez les fin­no­pho­nes est de construire il faut comme un au­xiliaire d’un ver­be pas­sif, et de dire par exem­ple **Cette phra­se faut être ré­pé­tée, qui est agram­ma­ti­cal. L’er­reur consiste à assimiler falloir à un auxiliaire modal comme pouvoir ou devoir et elle est due à l’influence du fin­nois, qui uti­li­se des cons­truc­tions iden­ti­ques dans le cas de cer­tains ver­bes imper­son­nels :

(a) Tämä lause voidaan toistaa. Cette phra­se peut être ré­pé­tée.
(b) Tämä lause pitää toistaa. Cette phra­se doit être ré­pé­tée.
(c) Tämä lause täytyy toistaa. **Cette phra­se faut être ré­pé­tée.

En fran­çais, les for­mes correctes pos­si­bles pour la phra­se (c) sont :

Cette phra­se doit être ré­pé­tée. ou Il faut répéter cette phra­se.

Dans la cons­truc­­tion il faut aborder ce pro­blè­me avec pru­dence, le GN ce pro­blè­me est le com­plé­ment direct du ver­be aborder, pas de falloir. Toute la cons­truc­­tion in­fi­ni­tive aborder ce pro­blè­me avec prudence est le su­jet de falloir. La trans­for­ma­­tion pas­si­ve se fera donc par exem­ple avec une pro­po­si­­tion introduite par que :

Il faut aborder ce pro­blè­me avec prudence. → Il faut que ce pro­blè­me soit abordé avec prudence. Il faut suivre cet exem­ple. → Il faut que cet exem­ple soit suivi. Il aurait fallu respecter les consi­gnes de sécurité. → Il aurait fallu que les con­si­gnes de sécurité soient respectées. Il ne faut plus retarder l’adop­tion de ces me­su­res. → Il ne faut pas que l’adop­tion de ces me­su­res soit en­co­re retardée. Il fau­drait mieux aménager les pistes cyclables. → Il faudrait que les pistes cy­cla­bles soient mieux aménagées. Il aurait fallu classer les données au­tre­ment. → Il aurait fallu que les données soient classées au­tre­ment.

L’au­tre solution, plus simple, est d’uti­li­ser devoir, qui peut se met­tre devant un in­fi­ni­tif pas­sif :

Il faut aborder ce pro­blè­me avec prudence. → Ce pro­blè­me doit être abordé avec prudence. Il faut suivre cet exem­ple. → Cet exem­ple doit être suivi. Il aurait fallu respecter les consignes de sécurité. → Les consignes de sécurité auraient dû être respectées. Il ne faut plus retarder l’adop­tion de ces mesures. → L’adop­tion de ces mesures ne doit plus être retardée. Il faudrait mieux aménager les pistes cyclables. → Les pistes cyclables devraient être mieux aménagées. Il aurait fallu classer les données au­tre­ment. → Les données auraient dû être classées au­tre­ment.

Emploi du pas­sif

Un pro­cé­dé de focalisation

Le pas­sif est un pro­cé­dé de focalisation uti­li­sé (préférentiellement) dans le code écrit. En règle gé­né­ra­le, en fran­çais, l’informa­tion connue (le thème) est pré­sen­tée en premier, et l’in­for­ma­­tion nouvelle (le propos) apparait après le thème. Le pas­sif permet d’in­ter­ver­tir la position de ces deux élé­ments :

(a) Qu’ont fait ses parents? / Qu’est-ce que ses parents ont racheté ?
(b) Ses parents ont racheté la maison.
(c) Qui a racheté la maison ? / Par qui la maison a-t-elle été rachetée ?
(d) La maison a été rachetée par ses parents.

Dans la phra­se (a), le focus est par défaut sur le ver­be ont racheté et/ou sur le CVD la maison. La phra­se ré­pond à la ques­tion (a). Si on veut met­tre le focus sur le su­jet, à l’oral on peut par ex­em­ple pro­non­cer avec insistance le segment ses pa­rents ; à l’écrit, où l’intona­tion ne peut pas se percevoir (sauf si on uti­li­se par ex­emple des caractères gras), le mê­me effet peut s’obtenir par l’uti­li­sa­tion du pas­sif : la phra­se (d) répond à la ques­tion (c).

Le pas­sif s’uti­li­se majoritairement (mais pas exclusivement) dans le code écrit. En effet, dans le fran­çais parlé, pour obtenir le mê­me effet, on uti­li­se net­te­ment plus sou­vent la dislocation :

(b) Qu’ont fait ses parents? / Qu’est-ce que ses parents ont racheté ?
(e) Ses parents, ils ont racheté la maison.
(d) Qui a racheté la maison ? / Par qui la maison a-t-elle été rachetée ?
(f) La maison, c’est ses parents qui l’ont rachetée.

Les phra­ses (e) et (f) correspondent par le sens aux phra­se (b) et (d) ci-dessus. La seule dif­fé­ren­ce est dans le code (écrit vs parlé). C’est pourquoi le pas­sif est peu uti­li­sé dans le fran­çais parlé, parce que dans le fran­çais parlé il exis­te déjà d’au­tres moyens pour ex­pri­mer les mê­mes variations de sens. Dans le code écrit, inver­se­ment, on uti­li­se peu la dislocation, et le pas­sif est donc utile, et parfois mê­me in­dis­pen­sa­ble, voir La focalisa­tion plate.

Effacement de l’agent

Si on n’ex­pri­me pas l’agent (par un com­plé­ment d’agent, voir ci-des­sus), le ver­be se re­trou­ve en fin d’énon­cé et le focus est mis sur celui-ci, au­tre­ment dit l’informa­tion prin­ci­pa­le est celle ex­pri­mée par le ver­be. Le pas­sif peut ainsi servir à faire dis­pa­rai­tre l’agent, exac­te­ment comme le passiivi en fin­nois. Cet­te sup­pression de l’agent peut être voulue, soit parce qu’on ne veut pas préciser l’agent, soit parce que l’in­for­ma­tion essentielle est celle contenue dans le ver­be, et l’agent est une informa­tion se­con­dai­re :

La décision a été contestée. Päätöstä vastustettiin. Le col a été rouvert. Sola on taas avattu liikenteelle. La maison a été repeinte. Talo on maalattu.

Dans ce cas-là, la ques­tion à laquelle pourrait répondre la phra­se au pas­sif dé­pend des cas :

La décision a été contestée. répond par ex­em­ple à la question Comment a-t-on réagi à la décision ? Miten päätökseen reagoitiin? La maison a été repeinte en bleu. répond par ex­em­ple à la question En quelle couleur la maison a-t-elle été repeinte ? Minkä väriseksi talo on maalattu?

Pour cette raison, le pas­sif s’uti­li­se par ex­em­ple beau­coup dans la langue juridique ou ad­mi­nis­tra­tive, où l’in­di­ca­­tion de l’agent est inu­tile, parce qu’il est évident ou im­pli­ci­te, comme en fin­nois. Ainsi, dans cet extrait du règle­ment du Sénat de Belgique, l’agent des ver­bes est adopté ou sont rejetés est « les sénateurs », mais celui du ver­be est sou­mis est sous-entendu (et dif­fi­ci­le à dé­fi­nir: le gouvernement ? l’ad­mi­nis­tra­tion ?) :

Si un amendement est adopté ou que des ar­ti­cles sont rejetés lors de l’examen en séance plénière de la pro­po­si­­tion […], le texte adopté en première lecture est soumis à nouveau aux gou­ver­ne­ments de communauté ou de région concernés pour avis confor­me, ac­cor­d, approba­tion ou com­mun ac­cor­d.

Constructions avec pro­nom conjugateur il

Le pas­sif avec pro­nom conjugateur sert de va­rian­te à la cons­truc­­tion pas­si­ve nor­ma­le et s’uti­li­se quand le com­plé­ment du ver­be actif est un grou­pe no­mi­nal ou une pro­po­si­tion com­plé­ti­ve. Dans ces constructions, le ver­be actif est conjugué au pas­sif, le pro­nom conjugateur il sert à indiquer la personne du ver­be, et le com­plé­ment de ver­be direct (grou­pe no­mi­nal ou pro­po­si­tion com­plé­ti­ve) devient le su­jet post­po­sé, mais reste à la mê­me place (après le ver­be) que s’il était com­plé­ment d’un ver­be à la voix active.

Cette transformation permet de maintenir le mê­me ordre des idées et de con­ser­ver le focus sur le mê­me élément que dans la for­me active. En mê­me temps, cela permet (le plus sou­vent) d’effacer complètement l’agent, par ex­em­ple le pro­nom on (parce que on re­pré­sente en général « quelqu’un ») ou un au­tre su­jet.

Complément grou­pe no­mi­nal

Quand le com­plé­ment de ver­be direct (CVD) est un grou­pe no­mi­nal, il n’y a au­cu­ne modifica­tion dans l’ordre des mots, car la construc­tion permet de maintenir le CVD à la mê­me place après le ver­be. La seule dif­fé­ren­ce est que le su­jet (dans les ex­em­ples sui­vants on, l’administration) est effacé :

(1) On a demandé à tous les participants une petite contribu­tion financière. →
(2) Une petite contribu­tion financière a été demandée à tous les participants. →
(3) Il a été demandé à tous les participants une petite contribu­tion financière.

(4) On ne fera au­cu­ne exception. →
(5) Aucune excep­tion ne sera faite. →
(6) Il ne sera fait au­cu­ne exception.

(7 L’administra­tion n’ac­cor­dera au­cu­ne dérogation poikkeuslupa. →
(8) Aucune déroga­tion ne sera ac­cor­dée. →
(9) Il ne sera ac­cor­dé au­cu­ne dérogation.

Dans les ex­em­ples (3), (6) et (9), le pro­nom il est un simple pro­nom conjugateur sans ré­fé­rent. Dans ces phra­ses, le com­plé­ment du ver­be reste une petite contribu­tion financière, au­cu­ne exception, au­cu­ne dérogation, comme dans les phra­ses avec un ver­be actif (1), (4) et (7). Dans la phra­se (6) Il ne sera fait au­cu­ne exception, l’utilisa­tion de la construc­tion impersonnelle évite de met­tre le focus sur le ver­be « vide » sera faite. Ce ver­be n’a pas de sens véritable en lui-mê­me, c’est un com­po­sant de la locu­tion ver­bale faire une exception dans laquelle il fonc­tion­ne comme un auxiliaire de dé­ri­va­tion, et ce n’est pas le ver­be faire dans son sens plein de « fa­bri­quer », « ef­fec­tu­er ».

Important ! Dans la cons­truc­­tion impersonnelle, le ver­be et le par­ti­ci­pe passé ne s’ac­cordent pas en gen­re et en nom­bre, puis­que le su­jet gram­ma­ti­cal est le pro­nom conjugateur il, qui est sans genre :

Il sera effectué plu­sieurs vérifications préalables. Il ne sera ac­cor­dé au­cu­ne dé­ro­ga­tion.

Pro­po­si­tions com­plé­ti­ves

Exactement comme un grou­pe no­mi­nal com­plé­ment direct de ver­be (CVD), une pro­po­si­­tion com­plé­ti­ve en fonc­tion de CVD (a) peut devenir su­jet d’un ver­be au pas­sif (b). En général, on uti­li­se la construc­tion avec pas­sif impersonnel (c), qui permet de maintenir la com­plé­ti­ve à la mê­me place :

(a) On admet unanimement que cette théorie a eu une influence dé­ter­mi­nante sur l’é­vo­lu­­tion de la recherche biologique.
(b) Que cette théorie a eu une influence dé­ter­mi­nante sur l’évolu­tion de la re­cher­che bio­lo­gi­que est unanimement admis.
(c) Il est unanimement admis que cette théorie a eu une influence dé­ter­mi­nante sur l’évo­lu­­tion de la recherche biologique.

Dans la phra­se (c), la pro­po­si­­tion in­tro­duite par que reste le su­jet (réel) du ver­be il est admis (elle n’en est pas le com­plé­ment direct).

On peut uti­li­ser le mê­me pro­cé­dé quand la pro­po­si­­tion com­plé­ti­ve qui est le CVD d’un ver­be est une pro­po­si­­tion in­fi­ni­ti­ve (in­tro­duite par la con­jonc­tion de). La dif­fé­ren­ce est que la va­rian­te (b) ci-dessus est nor­ma­le­ment impos­si­ble : la com­plé­ti­ve in­fi­ni­ti­ve ne peut pas devenir telle quelle le su­jet d’un ver­be pas­sif dans l’ordre normal su­jet-ver­be-com­plé­ment. Seule la for­me avec pro­nom impersonnel est pos­sible :

(a’) On a décidé de suspendre la séance. Istunto päätettiin keskeyttää.
(b’) *Suspendre la séance a été décidé.
(c’) Il a été décidé de suspendre la séance. Istunto päätettiin keskeyttää.

Exemples :

Il fut décidé de reporter le vote. Il lui avait été conseillé de s’orienter vers l’en­sei­gne­ment et une carrière artistique. Il est recommandé aux secouristes de se faire vacciner. Il avait aus­si été envisagé de démolir le pont. 

Dans cer­tains cas, l’infinitif peut être apparemment en fonc­tion de su­jet d’un ver­be au pas­sif :

Se faire vacciner est fortement recommandé. Rester trop longtemps au soleil est déconseillé.

Dans ces ex­em­ples, le par­ti­ci­pe est perçu comme un adjectif at­tri­but du su­jet (re­commandé, déconseillé, similaire à né­ces­sai­re, utile etc.) et non pas comme le par­ti­ci­pe passé formant un pas­sif avec l’auxiliaire être. Cette construc­tion devient moins acceptable si le ver­be a un com­plé­ment : ?Se faire vacciner est recommandé aux touristes (pluôt : Il est recommandé aux touristes de se faire vacciner.)

L’équi­va­lent de ces constructions avec le pro­nom on serait :

On recommande aux secouristes de se faire vacciner [est recommandé est un pas­sif présent] On avait aus­si envisagé de démolir le pont.

Par rapport à l’utilisa­tion de on, la cons­truc­­tion pas­si­ve permet d’effacer l’agent ou de souligner l’aspect tem­porel. Com­pa­rer :

Le gout est con­si­dé­ré comme plus résistant que l’odorat au vieillissement ; tou­te­fois, on a constaté que la percep­tion gustative diminue avec l’âge. Le gout est con­si­dé­ré comme plus résistant que l’o­dorat au vieillissement ; tou­tefois, il a été constaté que la percep­tion gustative diminue avec l’âge.

Atten­tion à bien interpréter le temps du pas­sif ; dans l’exem­ple sui­vant, le ver­be est constaté est un présent :

S’il est constaté que la carte de vote électronique est défectueuse suite à un défaut de produc­tion manifeste, le cout de la reproduc­tion de cette carte sera alors à charge du centre de produc­tion et non du citoyen. [< S’il est constaté = Si on constate, présent de l’in­di­ca­tif, en fin­nois jos todetaan.]

La cons­truc­­tion avec pas­sif impersonnel + in­fi­ni­tif n’est évi­dem­ment pos­si­ble qu’avec des ver­bes pouvant recevoir un in­fi­ni­tif comme com­plé­ment direct, car seul un CVD peut devenir su­jet d’un ver­be au pas­sif. Et parmi ces ver­bes, une par­tie seu­le­ment d’entre ceux-ici peu­vent être mis à la for­me pas­si­ve im­per­son­nel­les.

  Exem­ple de cons­truc­­tion avec pas­sif impersonnel : donner

Le ver­be donner peut s’em­ploy­er de façon impersonnelle dans le sens de « suoda ».Il est alors suivi soit d’un CVD GN (ce qui est pos­si­ble en fin­nois aus­si), soit d’un CVD in­fi­ni­tif (cons­truc­­tion inexistante en fin­nois). Dans ce cas, l’in­fi­ni­tif CVD est pré­cé­dé du subordonnant de :

Il lui a été donné un grand privilège. Hänelle suotiin suuri etuoikeus Nous leur de­mandons beau­coup, parce qu’il leur a été donné beau­coup. Vaadimme heiltä paljon, koska heille on annettu paljon. Il m’a été donné de par­ti­ci­per à un débat très intéressant. Minulle suotiin/tarjoutui mahdollisuus osallistua hyvin mie­len­kiin­toi­seen keskusteluun. Il faut savoir que la tessiture vocale moyenne se situe dans les trois octaves et il n’est pas donné à tout le monde d’en avoir plus de cinq. Le concert auquel il m’a été donné d’assister ce soir-là restera gravé dans ma mémoire. Il n’est pas donné à tout le monde de rester autonome jusqu’à un âge avancé.

Ces for­mes ressemblent de façon trompeuse aux for­mes erronées produites fré­quem­ment par les ap­pre­nants fin­no­pho­nes. L’er­reur dans ces for­mes est de faire de il le su­jet du pas­sif. Il ne faut pas interpréter la for­me Il lui a été donné un grand privilège comme un pas­sif de donner dont il serait le su­jet. Dans les ex­em­ples ci-des­sus, le su­jet il est un simple pro­nom conjugateur, et le pro­nom in­di­rect lui ou m’ (qui peu­vent tous deux être aus­si un fé­mi­nin) ne peut pas devenir le su­jet (**Elle a été donnée un grand privilège. ou **J’ai été donnée de par­ti­ci­per à un débat très intéressant.) Voir aus­si le résumé ci-des­sous.

Cette construc­tion pas­si­ve impersonnelle permettrait de corriger facilement et sans grande mo­di­fi­ca­tions la plupart des productions erronées signalées ci-des­sus, en rétablissant en mê­me le com­plé­ment de ver­be pré­po­si­tion­nel (in­tro­duit par à) qui a été trans­for­mé par er­reur en su­jet :

Dans l’ex­em­ple 22, *les participants sont rappelés d’uti­li­ser des salutations d’ou­ver­tu­re et de clôture. → Dans l’ex­em­ple 22, il est rappelé aux participants d’uti­li­ser des salutations d’ouverture et de clôture.

La produc­tion orale dans l’enseignement de langues étrangères *a été ac­cor­dée assez peu d’attention. → Il a été ac­cor­dé assez peu d’atten­tion à la produc­tion orale dans l’enseignement de langues étrangères.

Les élèves *ont été demandés à colorier ou dessiner des images. → Il est demandé aux élèves de colorier ou dessiner des images.

*Les élèves sont conseillés d’uti­li­ser les ex­pres­sions listées sur les pages de cou­ver­tu­re. → Il est conseillé aux élèves d’uti­li­ser les ex­pres­sions listées sur les pages de couverture.

Remar­que : à la for­me né­ga­ti­ve, comme pas­sif impersonnel du ver­be donner, on trou­ve une va­rian­te avec pro­nom conjugateur ce :

Ce n’est pas donné à tout le monde de faire un swing à la Tiger ! Ce n’est pas donné à n’importe qui de se qualifier pour une finale olympique du 800 m. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir com­pren­dre une au­tre culture, et personne ne vous en tiendra rigueur.

Mais la for­me ce ne s’em­ploie pas à la for­me affirmative (**Ce lui a été donné de par­ti­ci­per…), ni, semble-t-il, avec d’au­tres ver­bes que donner.

Le pas­sif exprimé par des ver­bes à pro­nom réfléchi

Les ver­bes à pro­nom réfléchi permettent éga­le­ment d’ex­pri­mer un pas­sif. Ce pas­sif a sou­vent une valeur impersonnelle exprimant une vérité générale ou un précepte. Le ver­be actif se met à la for­me avec pro­nom réfléchi et le CVD devient le su­jet du ver­be :

On dit ça. → Ça se dit. On voit bien cette couleur. → Cette couleur se voit bien. On ne fait pas ça. → Ça ne se fait pas. Autrefois, la viande s’achetait chez le boucher et la saucisse et le jambon chez le charcutier. Au­jourd’hui tout se vend sous le mê­me toit dans les hypermarchés.

Dans les cas de cer­tains ver­bes, la suppression de l’agent peut se réaliser par l’uti­li­sa­tion d’un ver­be à pro­nom réfléchi à la for­me impersonnelle, avec rejet du su­jet après le ver­be. La transforma­tion est la sui­vante (le su­jet est en couleur) :

Tant de choses ont été dites à ce su­jet [pas­sif]. Tant de choses se sont dites à ce su­jet [pas­sif pro­no­mi­nal] Il s’est dit tant de choses à ce su­jet. [pas­sif pro­no­mi­nal impersonnel]

Ces cons­truc­tions sont net­te­ment plus rares que celles avec pas­sif pro­no­mi­nal simple (ça se voit, tout peut s’acheter en ligne etc.) et ne sont pos­si­bles qu’avec un nombre limité de ver­bes. En règle générale, le ver­be est au passé, bien que le présent soit pos­si­ble aus­si :

Il s’est dit tant de choses à ce su­jet qu’on ne sait plus où est la vérité. Tästä aiheesta on sanottu niin paljon asioita, että ei enää tiedä, mikä on totuus. C’est une situa­tion ex­cep­tion­nelle, mais il s’est vu des cas où d’importantes sommes accumulées se trouvaient dues. Vaikka tilanne on poikkeuksellinen, on ollut tapauksia, joissa suuret kerään­tyneet summat ovat langenneet maksettaviksi.

Atten­tion à bien interpréter le sens de il s’est dit tant de choses à ce su­jet et à ne pas le confondre avec le ver­be se dire (ajatella) : Il s’est dit tant de choses peut si­gni­fier aus­si « hän ajatteli niin paljon asioita ».

Les auxiliaires de passiva­tion se voir et se faire

L’auxiliaire de passiva­tion se voir

Les ver­bes construits avec un com­plé­ment de ver­be pré­po­si­tion­nel (CVP) ne peu­vent nor­ma­le­ment pas être mis à la for­me pas­si­ve. Il est ce­pen­dant pos­si­ble de « pas­si­ver » les ver­bes à deux com­plé­ments (CVD + CVP) et d’effacer l’agent en uti­li­sant la cons­truc­­tion avec le semi-auxiliaire se voir, grâce auquel le CVP peut être trans­for­mé en su­jet d’une cons­truc­­tion in­fi­ni­tive, sur le mo­dè­le de transforma­tion sui­vant :

On ver­beCVDà CVPsu­jetCVP se voirver­be in­fi­ni­tifCVD
Ona offertun livreàMarc.Marc s’est vuoffrirun livre.

(a) Pour ses cinquante ans, on a offert à Richard une montre de sport. → Pour ses cinquante ans, Richard s’est vu offrir une montre de sport. Vii­si­kym­men­tä­vuo­tis­päi­väk­si hänelle annettiin rullaluistimia.
(b) On lui a refusé l’entrée. → Elle s’est vu refuser l’entrée. Häntä ei päästetty sisään.
(c) On leur a retiré le permis pour six mois. → Ils se sont vu retirer le permis pour six mois. Heidän ajokorttinsa pantiin hyllylle puoleksi vuodeksi.

Le pro­nom réfléchi se est le com­plé­ment de ver­be pré­po­si­tion­nel (offrir à, refuser à, retirer à). Dans la phra­se (b), le pro­nom réfléchi se ren­voie au su­jet. On peut paraphraser la phra­se en fin­nois ainsi : hän totesi itseltään evättävän sisäänpääsy et non « hän totesi itsensä epäävänsä… ». C’est pourquoi le par­ti­ci­pe ne s’ac­cor­de pas, car le pro­nom se n’est pas le su­jet de l’infinitif (con­trai­re­ment à ce qui se passe dans le cas des in­fi­ni­ti­ves com­plé­ment direct d’un ver­be de perception)  : il est le com­plé­ment in­di­rect. Autres exem­ples :

Les services médicaux de l’établissement se voient de plus en plus sollicités pour des soins en urgence.  Ce sont éga­le­ment tous les membres de cette associa­tion qui, s’ils s’étaient vu attribuer le marché en cause, auraient eu l’obliga­tion de signer le contrat. Les langues anciennes, d’abord condamnées pour avoir servi d’instrument de sélection, se sont vu reléguer depuis des lustres dans la marge de l’enseignement secondaire, comme un luxe à démocratiser si pos­si­ble, comme un caviar accessible aux plus riches des pauvres.

Malgré son caractère surprenant pour l’ap­pre­nant de fran­çais lan­gue étran­gè­re, cette cons­truc­­tion est très fré­quente. Par rap­port à on, elle souligne lé­gè­re­ment le caractère inattendu de l’évènement : le CVP devenu su­jet se re­trou­ve impuissant (« pas­sif », au sens où on l’entend dans la langue cou­rante) dans la situa­tion exprimée par le ver­be, mais le ver­be voir n’y a ce­pen­dant pas vraiment de valeur sé­man­ti­que propre, il devient un simple auxiliaire de pas­sivation. Ne pas traduire en uti­li­sant nähdä !

Erreurs fré­quentes  : cette construc­tion n’est pas surprenante seu­le­ment pour les ap­pre­nants de fran­çais lan­gue étran­gè­re. Bien des fran­co­pho­nes ne la comprennent pas réellement, et la grande majorité d’entre eux l’assimilent probablement aux ver­bes de percep­tion (elle s’est vue tomber), ou tout simplement ignorent la règle. On trouve ainsi de nom­breux cas d’ac­cor­d « fautif ».

Avec agent exprimé

On trouve aus­si cette cons­truc­­tion employée avec un agent exprimé. Elle sert alors à thématiser tel ou tel élément de l’é­non­cé, et l’agent est pré­sen­té comme un simple exécutant :

Trois anciens combattants se sont vu remet­tre des médailles par le colonel Kopp lors de la céré­mo­nie anniversaire de la Victoire du 8 mai. [trois anciens com­bat­tants devient le thème] Tous les candidats au bénéfice d’une admission pro­vi­soire (permis F) se sont vu ac­cor­der par l’Office des migrations l’autorisa­tion de solliciter, auprès des autorités cantonales compétentes, un visa de retour [Tous les candidats… devient le thème].

Com­pa­rer avec les phra­ses à structure active normale :

Le colonel Kopp a remis des médailles à trois anciens combattants lors de la cé­ré­mo­nie anniversaire de la Victoire du 8 mai. [on soulignerait ainsi le rôle du colonel Kopp] L’Office des migrations (ODM) a ac­cor­dé à tous les candidats au bénéfice d’une admission provisoire (permis F) l’autorisa­tion de solliciter, auprès des autorités cantonales compétentes, un visa de retour. [Le thème de la phra­se serait ainsi le rôle de l’ODM.]

Résumé

On peut donc traduire la phra­se Osallistujille suotiin suuri etuoikeus/Heille suotiin suuri etuoikeus (voir ci-des­sus) de quatre ma­niè­res dif­fé­ren­tes : (a) avec on et un ver­be actif ; (b) avec un pas­sif normal ; (c) avec un pas­sif impersonnel ; (d) avec l’auxiliaire se voir :

(a) On a ac­cor­dé un grand privilège aux participants. On leur a ac­cor­dé un grand privilège.
(b) Un grand privilège a été ac­cor­dé aux participants. Un grand privilège leur a été ac­cor­dé.
(c) Il a été ac­cor­dé un grand privilège aux participants. Il leur a été ac­cor­dé un grand privilège.
(d) Les participants se sont vu ac­cor­der un grand privilège. Ils se sont vu ac­cor­der un grand privilège.

(a) il y a plu­sieurs focus pos­si­bles (grand privilège, participants) mais la « visibilité » de l’agent exprimé par on donne à celui-ci un cer­tain poids dans l’é­non­cé par rapport à des phra­ses où il est effacé ; le su­jet on suggère une instance (taho) qui a décidé d’ac­cor­der ce privilège (et à qui les participants pourraient ou devraient par ex­em­ple être reconnaissants) ;
(b) le focus est sur les participants ;
(c) l’« agent » est complètement effacé et le focus est sur le ver­be il a été ac­cor­dé, qui prend plus de poids ;
(d) les participants sont « pas­sifs », le focus est sur le grand privilège qui leur a été ac­cor­dé.

La ma­niè­re de percevoir le focus dans ces quatre va­rian­tes peut dépendre évi­dem­ment du contexte, du type de privilège (un privilège concret — par ex­em­ple financier — ou une oc­ca­sion inattendue et rare de faire/voir quel­que chose), ou d’au­tres aspects liées à la situation.

L’auxiliaire de passiva­tion se faire

Le ver­be faire s’uti­li­se assez fré­quem­ment pour ex­pri­mer un pas­sif, no­tam­ment dans le cas de ver­bes indiquant un évènement fâcheux dont on est victime in­vo­lon­tai­re­ment (vol, agression, contrôle de police, etc.). Ce gen­re de pas­sif peut correspondre par exem­ple au fin­nois joutua (jnk kohteeksi) sans qu’il y ait tou­tefois tou­jours cette nuance :

À l’issue d’une soirée […], la chanteuse s’est fait insulter par des gens qui avaient trop bu. Mon ami s’est fait flasher avec ma voiture. Suis-je responsable ? L’orateur s’est fait huer par la foule. Microsoft s’est fait pirater son réseau interne. L’équipe locale s’est fait humilier par les visiteurs. Je me suis fait voler mon bike. Le musée s’est fait voler un tableau de Picasso. Le petit garçon s’est fait renverser par une voiture. Les voisins se sont fait mordre par leur chien. En arrivant sur place pour éteindre l’incendie, les pompiers se sont fait tirer dessus. Tu t’es bien gardé de raconter comment tu t’es fait casser la figure l’au­tre soir. Le chanteur a révélé s’être fait tirer dessus une fois à la sortie d’un res­tau­rant dans le Sud de la France

Se faire avoir

Se faire avoir est une cons­truc­­tion pas­si­ve de ce type extrêmement fré­quente dans le fran­çais parlé. C’est la for­me pas­si­ve d’avoir dans le sens fa­mi­li­er de « tromper, berner » (petkuttaa, Je t’ai bien eu Menit lankaan) et aus­si dans le sens d’« attraper » (saada kiinni). Par plaisanterie, avoir peut d’ailleur s’uti­li­ser dans ce sens au pas­sif : On a été eus ! Meidät on petetty! Les exem­ples d’em­ploi d’avoir uti­li­sé après se faire sont très nom­breux :

On veut pas critiquer pour critiquer, c’est simplement pour aider les gens à ne pas se faire avoir en allant voir des films nuls. À ce prix-là, tu te fais carrément avoir. N’exagère pas trop avec la vitesse, sinon tu vas finir par te faire avoir. Si le « grand public » préfère payer 30 ou 50 € pour se faire avoir au final par le four­nis­seur d’accès, c’est qu’il est plutôt mal infor­mé. J’ai acheté un nouvel ordi, mais je me suis fait avoir, il est plus bruyant qu’un moulin à café !

Dans cet em­ploi pas­sif, il ne faut pas interpréter le ver­be faire comme un factitif (comme teettää, ra­ken­nut­taa etc. en fin­nois). Tous les exem­ples ci-dessus doivent se rendre en fin­nois par un ver­be équi­va­lent à joutua ou par une cons­truc­­tion non pas­si­ve.

Atten­tion aux cons­truc­tions similaires

Cette valeur de faire ne doit donc pas être confondue avec les cas où le ver­be faire s’em­ploie de façon ré­flé­chie :

Il s’est fait couper les cheveux. Hän on leikkauttanut tukkansa. Elle s’est fait tein­dre en noir. Hän on värjäyttänyt tukkansa mustaksi. Il s’est fait connaitre par ses dé­cla­rations racistes. Hän on niittänyt mainetta [tehnyt itsensä tunnetuksi] rasistisilla kan­nanotoillaan. Les réparations se font attendre. Korjaustyöt antavat odottaa it­seään.

L’exem­ple sui­vant présente les deux em­plois (ver­be 1 valeur pas­si­ve, ver­be 2 valeur ré­flé­chie) :

Ils (1) s’étaient fait arrêter par des policiers de Detroit qui (2) s’étaient fait passer pour de pos­si­bles acheteurs. Heidät pidättivät detroitilaiset poliisit, jotka ensiintyivät mah­dol­li­si­na ostajina.

Exemple de con­ju­gai­son : pas­sif du ver­be admet­tre

INDICATIF
présentim­par­faitpassé simplefutur simple
jesuis admis(e)j’étais admis(e)jefus admis(e)jeserai admis(e)
tues admis(e)tuétais admis(e)tufus admis(e)tuseras admis(e)
ilest admisilétait admisilfut admisilsera admis
elleest admiseelleétait admiseellefut admiseellesera admise
noussommes admis(es)nousétions admis(es)nousfûmes admis(es)nousserons admis(es)
vousêtes admis(es)vousétiez admis(es)vousfûtes admis(es)vousserez admis(es)
ilssont admisilsétaient admisilsfurent admisilsseront admis
ellessont admisesellesétaient admisesellesfurent admisesellesseront admises
passé com­po­séplus-que-parfaitpassé antérieurfutur antérieur
j’ai été admis(e)j’avais été admis(e)j’eus été admis(e)j’aurai été admis(e)
tuas été admis(e)tuavais été admis(e)tueus été admis(e)tuauras été admis(e)
ila été admisilavait été admisileut été admisilaura été admis
ellea été admiseelleavait été admiseelleeut été admiseelleaura été admise
nousavons été admis(es)nousavions été admis(es)nouseûmes été admis(es)nousaurons été admis(es)
vousavez été admis(es)vousaviez été admis(es)vouseûtes été admis(es)vousaurez été admis(es)
ilsont été admisilsavaient été admisilseurent été admisilsauront été admis
ellesont été admisesellesavaient été admiseselleseurent été admisesellesauront été admises
passé surcom­po­séconditionnel présentconditionnel passé 1conditionnel passé 2
j’ai eu été admis(e)jeserais admis(e)j’aurais été admis(e)j’eusse été admis(e)
tuas eu été admis(e)tuserais admis(e)tuaurais été admis(e)tueusses été admis(e)
ila eu été admisilserait admisilaurait été admisileût été admis
ellea eu été admiseelleserait admiseelleaurait été admiseelleeût été admise
nousavons eu été admis(es)nousserions admis(es)nousaurions été admis(es)nouseussions été admis(es)
vousavez eu été admis(es)vousseriez admis(es)vousauriez été admis(es)vouseussiez été admis(es)
ilsont eu été admisilsseraient admisilsauraient été admisilseussent été admis
ellesont eu été admisesellesseraient admisesellesauraient été admiseselleseussent été admises
SUBJONCTIF
présentim­par­faitpasséplus-que-parfait
jesois admis(e)jefusse admis(e)j’aie été admis(e)j’eusse été admis(e)
tusois admis(e)tufusse admis(e)tuaies été admis(e)tueusses été admis(e)
ilsoit admisilfût admisilait été admisileût été admis
ellesoit admiseellefût admiseelleait été admiseelleeût été admise
noussoyons admis(es)nousfussions admis(es)nousayons été admis(es)nouseussions été admis(es)
voussoyez admis(es)vousfussiez admis(es)vousayiez été admis(es)vouseussiez été admis(es)
ilssoient admisilsfussent admisilsaient été admisilseussent été admis
ellessoient admisesellesfussent admisesellesaient été admiseselleseussent été admises
IMPÉRATIFPARTICIPEINFINITIF
présentprésentpasséprésent
sois admis(e)étant admis(es)admis(es)être admis(es)
soyons admis(es)passé for­me com­po­séepassé
soyez admis(es)ayant été admis(es)avoir été admis(es)

ISBN 978-951-39-8092-4 © Jyväskylän yliopisto 2020
Page 45. Le pas­sif. Dernière mise à jour : 1.8.2021